Bienvenue sur le nouveau Boursorama. Découvrez tout ce qui a changé
  1. Aide
    1. Espace client
    2. Connexion
Accès membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Vers une enquête sur la cigarette électronique

Reuters05/03/2013 à 16:36

ENQUÊTE SUR LA CIGARETTE ÉLECTRONIQUE

PARIS (Reuters) - La ministre de la Santé, Marisol Touraine, a annoncé mardi avoir demandé l'ouverture d'une enquête en France sur les effets de la cigarette électronique à laquelle de plus en plus de fumeurs s'adonnent pour remplacer le tabac.

Ce produit, qui reproduit la forme de la cigarette classique, utilise des solutions contenant du propylène glycol ou du glycérol, de divers arômes et éventuellement de nicotine.

"J'ai demandé à mes services de me dire très précisément de quel type de produit il s'agit : est-ce qu'on peut considérer que c'est un produit de grande consommation ? Est-ce que c'est un dispositif médical ? Quelles sont les caractéristiques de ce produit ?" a-t-elle déclaré mardi sur France Info.

"D'autre part, il nous faut faire une évaluation bénéfice- risque de ce dispositif qui pose un certain nombre de questions", a ajouté la ministre. "Il s'est beaucoup répandu, ce produit (...) Il faut faire preuve de prudence et donc j'ai commandé une enquête sur le sujet."

En mai 2011, l'Afssaps, l'ancienne Agence nationale de sécurité du médicament (ANSM), recommandait de ne pas en consommer.

"Même lorsqu'ils sont limités à 2%, les e-liquides peuvent contenir des quantités de nicotine susceptibles d'entraîner une exposition cutanée ou orale accidentelle, avec des effets indésirables graves, notamment chez les enfants", notait l'agence.

Elle relevait également qu'aucun type de cigarette électronique ne disposait d'une autorisation de mise sur le marché, "aucun fabricant n'ayant déposé de demande en ce sens".

Les cigarettes électroniques ne peuvent pas officiellement être vendues en pharmacie car elles ne figurent pas sur la liste des produits dont la délivrance y est autorisée. Elles sont toutefois présentes dans toutes les officines.

DEUX EXTRÊMES

La sénatrice UDI de Paris, Chantal Jouanno, a annoncé avoir saisi mardi le Sénat pour demander l'ouverture d'une mission d'information sur la cigarette électronique.

L'ancienne ministre de Nicolas Sarkozy souligne dans un communiqué qu'en France, "près de 500.000 personnes utiliseraient ce produit, alors qu'il ne fait pas l'objet d'une réglementation particulière".

L'élue centriste juge ainsi "indispensable de mener des travaux approfondis dans l'optique d'une réglementation appropriée de ces produits, qui génèrent des bénéfices considérables pour les fabricants".

Pour l'association indépendante des utilisateurs de cigarettes électroniques (Aiduce), l'ouverture d'une enquête sur les bénéfices-risques constitue "une bonne nouvelle".

"Actuellement, nous sommes entre deux extrêmes", a dit à Reuters Brice Lepoutre, président de l'association. "Les vendeurs ont tendance à exagérer le côté bénéfique de la cigarette électronique et les pharmacies et les fabricants de tabac à en faire le mal incarné."

"Il n'y a pour l'instant que les intérêts financiers qui semblent primer alors que c'est notre santé qui est en jeu", a-t-il ajouté.

L'association, pour qui la cigarette électronique "n'est ni un médicament ni un produit du tabac", demande à être entendue prochainement par Marisol Touraine pour faire entendre la voix des consommateurs dans le débat.

Emmanuel Jarry, avec Marine Pennetier et Emile Picy, édité par Yves Clarisse


Les Risques en Bourse

Fermer

Note d'information importante

Chère Cliente, Cher Client,

Nous souhaitons vous donner quelques règles à suivre pour investir dans les meilleures conditions et vous présenter les risques potentiels auxquels vous êtes susceptibles d'être exposés.

Vos connaissances, Votre profil d'investisseur
Tout d'abord évaluez vos connaissances boursières et financières et formez-vous en consultant le Guide de l'Investisseur, véritable introduction à la bourse et à l'épargne qui est disponible sur votre site Boursorama Banque sous la rubrique «Aide/Formation».
Définissez ensuite votre profil d'investisseur (prudent, équilibré, dynamique) et vos objectifs (durée de placement, rentabilité …). Ce constat vous permettra de vous orienter vers les produits et les marchés qui vous sont le mieux adaptés.

Pensez à vos besoins de liquidité
Adaptez votre durée de placement (1 mois, 1 an, 5 ans, …) à vos besoins de liquidités (projets, impôts …) et en tout état de cause, n'investissez pas en Bourse une partie trop importante de votre patrimoine.

La composition de votre portefeuille
Etudiez la composition de votre portefeuille : diversifiez vos placements afin de réduire au maximum le risque inhérent à un support ou à un secteur en particulier et n'investissez pas dans les produits optionnels (warrants, certificats), fortement risqués, si votre portefeuille n'est pas suffisamment important.

Connaître la vie des Sociétés
Renseignez-vous sur la société au sein de laquelle vous envisagez d'investir (actualités, santé financière, opérations à venir, …).

Agir en connaissance de cause
Soyez conscient des risques auxquels vous êtes exposés : de fait, si certains produits (actions volatiles, warrants, certificats, future…) ou certains modes d'investissement (Service de Règlement Différé) augmentent les espérances de gain, ils accroissent aussi fortement le risque de perte (totale). Ainsi, une connaissance technique préalable approfondie est requise, c'est pourquoi nous conseillons aux néophytes de s'écarter de ce type de produits.

Des risques différents selon les marchés
Prenez connaissance des caractéristiques des marchés sur lesquels vous allez investir : vous êtes confrontés à un risque variable (liquidité, volatilité, niveau d'information, change…) selon les marchés sur lesquels vous décidez d'intervenir (Premier Marché, Second Marché, Nouveau marché, Marché Libre, Marché étranger…).

Figez vos pertes
Enfin, la règle d'or à retenir est de savoir figer ses pertes : à vous de définir le montant de perte acceptable dès le début et une fois ce niveau atteint agissez en conséquence.

En appliquant ces quelques règles de bonnes conduite vous serez à même de mieux appréhender votre risque lorsque vous allez investir sur les Marchés

Un ensemble de cours complets sur la Bourse est également mis à votre disposition gratuitement et que vous pouvez retrouver sur votre site Boursorama Banque dans la rubrique «Aide/Formation». Si des questions resteraient en suspend, n'hésitez pas à contacter votre agence qui est à votre disposition.

Cordialement,
L'équipe de Boursorama Banque.