Bienvenue sur le nouveau Boursorama. Découvrez tout ce qui a changé
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Conserver cet article pour le lire plus tard

Fermer

Ce service est réservé aux clients et membres de Boursorama.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

Vers une dégradation de la situation des retraités

Reuters15/12/2014 à 22:28

VERS UNE DÉGRADATION DE LA SITUATION DES RETRAITÉS

PARIS (Reuters) - Le système de retraite français ne pourra revenir à l'équilibre financier, à législation égale, qu'au prix d'une dégradation de la situation relative des retraités et d'un prolongement de la durée d'activité, estime le Conseil d'orientation des retraites (Cor) dans un rapport qui sera rendu public mardi.

Les projections actualisées du Cor, dont Reuters a obtenu une copie, font apparaître des perspectives financières globales un peu moins négatives que ses prévisions de fin 2012, sur lesquelles le gouvernement s'est appuyé pour élaborer la réforme des retraites de janvier 2014.

A court terme, le Cor prévoit, sur la base des prévisions macro-économiques du projet de loi de financement de la Sécurité sociale pour 2015, un déficit de l'ensemble des régimes passant de 9,3 milliards d'euros en 2014 à huit milliards en 2018.

Ce chiffre cache cependant d'importantes disparités : le déficit des régimes de base passerait de 3,6 milliards d'euros en 2013 à 1,4 milliard en 2018, alors que celui des retraites complémentaires continuerait à se creuser pour atteindre 5,5 milliards en 2018.

L'amélioration du solde des régimes de base provient d'une légère hausse du taux de prélèvement global et de l'amélioration du rapport entre le nombre des cotisants et celui des retraités, du fait de l'allongement de la durée de cotisation.

"Ces résultats ne doivent pas nécessairement conduire à la conclusion qu'il n'y aura pas de problème de retraite en cas de croissance économique soutenue", souligne cependant le Cor, qui prévoit au demeurant un besoin de financement de 0,3% à 0,5% de PIB pendant les années 2010-2020.

HYPERSENSIBILITÉ

Même dans le scénario retenu par le gouvernement pour la réforme de 2014, jugé optimiste, avec un chômage à 4,5% en 2030-2040 et une évolution de la productivité du travail de 1,5% par an, le retour à l'équilibre a un prix, souligne le Cor.

Il ne serait envisageable à la fin des années 2020, à législation inchangée, qu'avec un relèvement de l'âge effectif moyen de départ à la retraite d'environ trois années, de 61 ans aujourd'hui à 64 ans à la fin des années 2030.

Le prix en serait aussi une diminution de 22% du ratio entre pension et revenu d'activité moyens entre 2013 et 2060. Dans les scénarios les moins favorables, cette dégradation de la situation relative des retraités atteint même 31%.

Le rapport confirme l'hypersensibilité du système français de retraites à la conjoncture économique.

Selon les scénarios étudiés par le Cor, des plus optimistes aux plus pessimistes, les dépenses de retraites varient entre 11,3% et 14,9% du PIB à l'horizon 2060, au lieu de 14% en 2013, alors que les ressources du système se stabilisent entre 13% et 13,3% du PIB, contre 14% l'an dernier.

Le Cor a en outre introduit dans ses projections des paramètres économiques plus conformes aux réalités constatées, dont l'hypothèse d'un chômage maintenu à 10% jusqu'en 2060, qui conduirait à une dégradation supplémentaire du solde du système des retraites de 0,5% du PIB en 2040 et de 0,3% en 2060.

De même, un solde migratoire positif de 50.000 personnes par an au lieu de 100.000 entraînerait une dégradation du solde financier du système de retraite de 0,3 à 0,4 point de PIB vers la fin des années 2040, estime le Conseil.

(Emmanuel Jarry, édité par Yves Clarisse)

5 commentaires

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

  • eskimmo
    29 décembre17:04

    Les retraités vivent grassement sur le dos des jeunes actifs. Patience, ils finiront bien en engrais.

    Signaler un abus

  • mcarre1
    29 décembre12:27

    Ah ah! le solde migratoire avec ses cohortes d'analphabètes chomeurs... vachement efficace à n'en pas douter. De plus, quand allez vous enfin comprendre que le vieillissement de la population est inévitable dès lors qu'on va se prendre le mur de la surpopulation en pleine poire et qu'il faudra bien arrêter de "pondre" à tout va, au niveau mondial.

    Signaler un abus

  • j.sallio
    28 décembre20:43

    Il a fait sauter des tranches par l'indexation des mutuelles et obligeant les ménages à avoir des mutuelles respectives.ainsi les français ce sont vus l'an dernier payer de l'impôt par excès par des mesures confiscatoires tel du racket fiscal.

    Signaler un abus

  • j.sallio
    28 décembre20:40

    Pour Hollande les retraités doivent être des sans dents à tondre, ou du moins ce qu'y laisse à présager. Une catégorie de personnes qui ont de l'argent et qui peuvent être plumés toujours plus. Ces hauts fonctionnaires ont besoin d'argent pour assumer leurs trains de vie.

    Signaler un abus

  • gevrais3
    28 décembre19:17

    On va bien inventer quelques taxes sur la dos des retraités.. Encore un peu d'imaginations !!!

    Signaler un abus

Signaler le commentaire

Fermer

Les Risques en Bourse

Fermer

Note d'information importante

Chère Cliente, Cher Client,

Nous souhaitons vous donner quelques règles à suivre pour investir dans les meilleures conditions et vous présenter les risques potentiels auxquels vous êtes susceptibles d'être exposés.

Vos connaissances, Votre profil d'investisseur
Tout d'abord évaluez vos connaissances boursières et financières et formez-vous en consultant le Guide de l'Investisseur, véritable introduction à la bourse et à l'épargne qui est disponible sur votre site Boursorama Banque sous la rubrique «Aide/Formation».
Définissez ensuite votre profil d'investisseur (prudent, équilibré, dynamique) et vos objectifs (durée de placement, rentabilité …). Ce constat vous permettra de vous orienter vers les produits et les marchés qui vous sont le mieux adaptés.

Pensez à vos besoins de liquidité
Adaptez votre durée de placement (1 mois, 1 an, 5 ans, …) à vos besoins de liquidités (projets, impôts …) et en tout état de cause, n'investissez pas en Bourse une partie trop importante de votre patrimoine.

La composition de votre portefeuille
Etudiez la composition de votre portefeuille : diversifiez vos placements afin de réduire au maximum le risque inhérent à un support ou à un secteur en particulier et n'investissez pas dans les produits optionnels (warrants, certificats), fortement risqués, si votre portefeuille n'est pas suffisamment important.

Connaître la vie des Sociétés
Renseignez-vous sur la société au sein de laquelle vous envisagez d'investir (actualités, santé financière, opérations à venir, …).

Agir en connaissance de cause
Soyez conscient des risques auxquels vous êtes exposés : de fait, si certains produits (actions volatiles, warrants, certificats, future…) ou certains modes d'investissement (Service de Règlement Différé) augmentent les espérances de gain, ils accroissent aussi fortement le risque de perte (totale). Ainsi, une connaissance technique préalable approfondie est requise, c'est pourquoi nous conseillons aux néophytes de s'écarter de ce type de produits.

Des risques différents selon les marchés
Prenez connaissance des caractéristiques des marchés sur lesquels vous allez investir : vous êtes confrontés à un risque variable (liquidité, volatilité, niveau d'information, change…) selon les marchés sur lesquels vous décidez d'intervenir (Premier Marché, Second Marché, Nouveau marché, Marché Libre, Marché étranger…).

Figez vos pertes
Enfin, la règle d'or à retenir est de savoir figer ses pertes : à vous de définir le montant de perte acceptable dès le début et une fois ce niveau atteint agissez en conséquence.

En appliquant ces quelques règles de bonnes conduite vous serez à même de mieux appréhender votre risque lorsque vous allez investir sur les Marchés

Un ensemble de cours complets sur la Bourse est également mis à votre disposition gratuitement et que vous pouvez retrouver sur votre site Boursorama Banque dans la rubrique «Aide/Formation». Si des questions resteraient en suspend, n'hésitez pas à contacter votre agence qui est à votre disposition.

Cordialement,
L'équipe de Boursorama Banque.