1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Vers une abrogation de la loi contre l'absentéisme
Reuters25/10/2012 à 18:31

L'ABROGATION DE LA LOI CONTRE L'ABSTENTÉISME SCOLAIRE DEVANT LE SÉNAT

PARIS (Reuters) - Le Sénat français a adopté jeudi une proposition de loi socialiste abrogeant la loi sur l'absentéisme scolaire adoptée sous le précédent gouvernement et qui prévoit la suspension des allocations familiales de parents d'élèves aux absences répétées.

La gauche sénatoriale a voté cette proposition de loi présentée par Françoise Cartron (PS). Les groupes UMP et UDI (centriste) ont voté contre.

Celle-ci devra désormais être adoptée par l'Assemblée nationale avant d'entrer en vigueur.

"Le dispositif de la loi Ciotti est inadapté, injuste et inefficace", a estimé la sénatrice PS de la Gironde à l'origine de la proposition de loi.

Dans la matinée, son texte a reçu le soutien de la ministre déléguée à la Réussite éducative, George Pau-Langevin, qui juge également la loi Ciotti "inefficace".

"Je crois que s'il y a un point sur lequel tout le monde est d'accord aujourd'hui (...) c'est l'inefficacité de cette loi", dit-elle dans un entretien au Parisien.

"J'en veux pour preuve les chiffres qui nous ont été transmis pour l'année scolaire 2011-2012", ajoute-t-elle.

Sur l'année scolaire 2011-2012, 619 foyers en France ont vu leurs allocations familiales suspendues en raison de l'absentéisme scolaire de leurs enfants, d'après les chiffres rendus publics par la ministre déléguée à la Réussite éducative.

Seuls 142 d'entre eux ont demandé un rétablissement de leurs allocations.

George Pau-Langevin en conclut que ce dispositif a été inefficace dans 77% des cas. Eric Ciotti, auteur de la loi, estime au contraire que les premiers résultats prouvent l'effet dissuasif du dispositif.

"Je déplore que les sénateurs socialistes s'enferment une fois de plus dans le dogmatisme et le sectarisme", a-t-il réagi dans un communiqué. "En supprimant la loi visant à lutter contre l'absentéisme scolaire, l'actuel gouvernement pose une nouvelle pierre sur l'autel de l'anti-sarkozysme primaire".

Le texte du député UMP des Alpes-Maritimes, adopté en janvier 2011, prévoit l'envoi d'un avertissement à tout élève absent plus de quatre demi-journées par mois sans justification.

Le directeur de l'établissement en informe alors l'inspecteur d'académie qui rencontre les parents tout en saisissant le président du Conseil général afin que soit mis en place un contrat de "responsabilité parentale".

Si, au cours du mois suivant, l'absentéisme de l'élève est à nouveau constaté, l'inspecteur d'académie a alors "l'obligation" de saisir le directeur de la caisse des allocations familiales pour suspendre le versement des allocations.

Le nombre d'élèves absentéistes en France est estimé à 300.000, rappelle George Pau-Langevin.

Chine Labbé et Emile Picy, édité par Patrick Vignal

4 commentaires

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

  • M9461906
    25 octobre16:43

    Jour après jour les socialistes récompensent leur électorat, ici les familles de voyous, il y a quelques temps c'étaient les étrangers, les profs, les inactifs...bravo continuez mais bientôt l'argent des gens qui travaillent encore ne va plus rentrer dans vos caisses et la on va tout remettre à plat.

    Signaler un abus

Voir plus de commentaires

Signaler le commentaire

Fermer

Les Risques en Bourse

Fermer