1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Conserver cet article pour le lire plus tard

Fermer

Ce service est réservé aux clients et membres de Boursorama.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

Verdun : 102 ans après sa mort, on a retrouvé le soldat Wyman
Le Point21/07/2018 à 18:10

De nombreuses sépultures restent sans nom, trace des nombreux soldats encore inconnus. (crédit : AUDUREAU AURELIE)

Plus d'un siècle... Après 102 ans de recherches, le fils puis le petit-fils d'un soldat mort le 14 mars 1916 sont parvenus à retrouver sa tombe. Ce jour de 1916, à quelques kilomètres de Verdun, sur le site du fort du Bois-Bourru, un obus explose et coûte la vie à de nombreux soldats dont Aloïse Wyman. Quelques jours plus tard, sa famille recevra ses effets personnels ainsi qu'une lettre : « Aloïse Wyman est mort presque sur le coup, et n'a pas dû souffrir ; il a été enterré dans un petit cimetière à quelques kilomètres, dont on vous donnera le nom après les hostilités, si vous le désirez », révèle France 3 Grand-Est.

Le dénouement grâce à un historien

Seulement, la famille du soldat mort ne recevra jamais les informations sur le lieu où il a été enterré. Son fils, qui n'avait que trois ans quand son père a été tué, puis son petit-fils, se rendront à de nombreuses reprises sur place pour tenter de trouver sa sépulture, en vain. Leur demande de précision envoyée au ministère des Anciens Combattants n'aura pas eu la réponse espérée : « Aloïse Wyman n'a pas été identifié, et doit se trouver dans un ossuaire tout proche. »

À lire aussi : 11 Novembre : décédé en 1956, un soldat reconnu « mort pour la France »

Leurs recherches prennent un nouveau virage le jour où l'historien Christophe Grudler appelle le petit-fils...

Lire la suite sur Le Point.fr

0 commentaire

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

Signaler le commentaire

Fermer

Les Risques en Bourse

Fermer