Activer le contraste adaptéDésactiver le contraste adapté
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Votre compte a été clôturé.

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Pour des raisons de sécurité et pour continuer à accéder à votre espace membre, nous vous remercions de bien vouloir valider votre compte membre en cliquant sur le lien suivant : Je valide mon compte membre
Vous allez recevoir un email à l'adresse indiquée lorsque vous aviez créé votre compte.
Cliquez ensuite sur le lien présent dans le mail. Vous pourrez alors de nouveau accéder à votre compte membre.
Si vous n'avez pas reçu cet email, contactez-nous

Un email de confirmation vient de vous être adressé.

  • 8 caractères minimum

  • 1 majuscule

  • 1 minuscule

  • 1 chiffre

  • 1 caractère spécial

  • Différent de votre pseudo

  • Les deux mots de passe sont identiques

Mot de passe oublié ?

Bénéficiez gratuitement de fonctionnalités et de services additionnels. Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Vent de fronde chez Debout la France, Dupont-Aignan minimise
AFP22/11/2020 à 20:22

Le président de DLF Nicolas Dupont-Aignan (g) et Jean-Philippe Tanguy, alors vice-président du parti, sur le perron de l'Elysée à Paris, le 16 mai 2014 ( AFP / ALAIN JOCARD )

Le président de DLF Nicolas Dupont-Aignan (g) et Jean-Philippe Tanguy, alors vice-président du parti, sur le perron de l'Elysée à Paris, le 16 mai 2014 ( AFP / ALAIN JOCARD )

Le porte-parole de Debout la France (DLF), Jean-Philippe Tanguy, a annoncé dimanche son ralliement à Marine Le Pen en critiquant la stratégie politique de Nicolas Dupont-Aignan, une démarche saluée par un autre cadre du mouvement mais relativisée par le patron du parti souverainiste.

Selon M. Tanguy dans un entretien au Figaro, Nicolas Dupont-Aignan "mène Debout la France dans une impasse". Ce cadre estime que le président de DLF a trahi l'"immense espoir" né de son ralliement à Mme Le Pen entre les deux tours de l'élection présidentielle de 2017. 

Pour lui, la présidente du Rassemblement national (RN), qui "sera au second tour", est "la candidate naturelle pour faire gagner nos idées".

"Depuis l'accord présidentiel de 2017 que j'avais coécrit, DLF et le RN sont d'accord sur tous les enjeux fondamentaux. Nos rares différences sont autant d'enrichissements mutuels. J'appelle Nicolas Dupont-Aignan à renouer avec sa ligne de rassemblement des patriotes", a-t-il encore demandé.

"C'est son choix", a évacué M. Dupont-Aignan sur LCI. "Notre parti est indépendant. J'ai soutenu Marine Le Pen au second tour de la présidentielle car je ne voulais pas d'Emmanuel Macron mais j'ai toujours pensé que le duel Macron-Le Pen est une tragédie pour le pays", a-t-il ajouté en soulignant que cette ligne était celle du bureau national du parti.

"Un de perdu, dix de retrouvés", a balayé le fondateur de DLF, candidat à la présidentielle de 2022.

"S'il y en a qui veulent faire carrière, qu'ils aillent faire carrière ailleurs", a-t-il cinglé.

"Je suis convaincu qu'on gagnera demain s'il y a une vaste primaire (...) qui permettrait que les Français, les patriotes, les républicains qui veulent en finir avec Emmanuel Macron mais qui ne veulent pas la chienlit de la gauche puissent choisir leur candidat", a-t-il exposé, citant son nom, celui de Marine Le Pen ou celui du chef des file des sénateurs LR au Sénat Bruno Retailleau comme choix possibles.

Sur Twitter, le directeur de la communication du parti souverainiste et président de son organisation de jeunesse, Alexandre Loubet a déclaré soutenir l'initiative de M. Tanguy.  

"Ni Jean-Philippe ni moi n'avons démissionné de DLF, nous soutenons Marine Le Pen qui est la plus à même de rassembler car nous restons fidèles à la ligne décidée en 2017 qui consistait à unir les patriotes", a-t-il affirmé à l'AFP.

"Nous n'en pouvons plus des incohérences. On ne peut prétendre unir les patriotes sans s'allier à Marine Le Pen", a-t-il ajouté.

grd-are/cs/cal

3 commentaires

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

  • cavalair
    23 novembre11:19

    Non 8% pas 2,5% d'apres les sondages

    Signaler un abus

Voir plus de commentaires

Signaler le commentaire

Fermer

Les Risques en Bourse

Fermer