1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Conserver cet article pour le lire plus tard

Fermer

Ce service est réservé aux clients et membres de Boursorama.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

Vandalisme : le précédent Vélib'

Le Parisien03/03/2018 à 19:42

Vandalisme : le précédent Vélib'

Lorsqu'une partie du canal Saint-Martin a été mise à sec en 2016, on y a trouvé une petite centaine de Vélib' ! Pendant dix ans (entre 2007 et 2017) où JCDecaux a assuré la concession des vélos en libre-service pour la capitale, le parc de 20 000 vélos en libre-service de la Ville de Paris a fait l'objet d'un vandalisme qui frise l'acharnement. « A la fois, un fléau, une surprise et une constante » commente aujourd'hui Albert Asséraf, le directeur général de la stratégie du spécialiste de l'affichage publicitaire.Et la société qui a déployé le même système dans cinquante-sept villes de treize pays fait un bon observatoire de la géographie du vandalisme. « La France est le plus mauvais élève même s'il y a des différences selon les villes. Et nous avons plus souffert à Paris que dans toutes les capitales mondiales » pointe Albert Asséraf.Bien sûr, la Ville Lumière a été avec 20 000 vélos la vitrine et de loin le premier marché pour l'entreprise, alors qu'à Séville ou à Valence JCDecaux a seulement mis à disposition 2 500 unités. « Mais toutes choses égales par ailleurs, le seul autre marché où le vandalisme est aussi un sujet est Bruxelles mais dans des proportions sans commune mesure » précise Albert Asséraf. La société propose également sans qu'il n'y ait ni vol, ni casse, ses bicyclettes en Norvège, en Suède ou au Japon, « des pays où le respect des biens communs est très ancré » estime le pro. De même qu'en Slovénie, Russie, Lituanie, Autriche, le phénomène est très rare « peut-être que les sanctions y sont rédhibitoires » avance-t-il.LIRE AUSSI > Les Français une horde de vandales ? Mars 2014. Des Vélib' repêchés dans le canal de Saint-Denis. /DR «Contre une scie sauteuse, il n'y a pas grand-chose à faire»A Paris où des milliers de ses biclous gris étaient volés ou cassés chaque année, la société a sans cesse dû prendre en compte cette ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr

1 commentaire

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

  • Eboracum
    04 mars09:36

    Et voila on va accusé les motards de mal garer leur motos ....

    Signaler un abus

Signaler le commentaire

Fermer

Les Risques en Bourse

Fermer