Bienvenue sur le nouveau Boursorama. Découvrez tout ce qui a changé
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Conserver cet article pour le lire plus tard

Fermer

Ce service est réservé aux clients et membres de Boursorama.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

Valls veut isoler les détenus radicaux, muscler le renseignement

Reuters12/01/2015 à 13:12

VALLS ÉVOQUE DE PREMIÈRES PISTES POUR RENFORCER LA LUTTE ANTI-TERRORISTE

PARIS (Reuters) - Manuel Valls a évoqué lundi de premières pistes pour renforcer la lutte contre la menace terroriste en France, notamment la possibilité d'isoler des détenus déjà radicalisés des autres, tout en se montrant prudent sur l'idée d'un "Patriot Act".

Le Premier ministre, qui a confirmé le maintien à son plus haut niveau du plan Vigipirate, a déclaré sur RMC et BFM TV souhaiter que des mesures soient prises très rapidement mais en faisant primer "le droit" et "la démocratie", après les attentats qui ont fait 17 morts la semaine dernière.

"Il faut (...) réfléchir vite, pas dans quelques mois, réfléchir très vite aux dispositifs qui doivent être améliorés pour renforcer la sécurité de nos compatriotes", a-t-il dit.

"S'il faut, à une attaque exceptionnelle par sa violence et sa barbarie, une réponse d'une très grande fermeté, et donc une réponse exceptionnelle, pour cela elle doit reposer sur le débat, la concorde nationale et dans le cadre du Parlement, nous en reparlerons", a-t-il ajouté.

Le Premier ministre a toutefois déjà évoqué les pistes de réflexion de l'exécutif, autour de deux points essentiels : le renseignement, dans lequel des failles ont sans doute empêché d'éviter les attentats, et la prison.

Chérif Kouachi, auteur avec son frère Saïd de l'attentat contre Charlie Hebdo, qui a fait 12 morts, et Amedy Coulibaly, meurtrier d'une policière et de quatre juifs dans une supérette casher, se sont rencontrés en prison.

"Il y a évidemment un travail sur les prisons (...) c'est une priorité majeure", a-t-il dit à l'heure où les autorités politiques et judiciaires s'inquiètent de la radicalisation des détenus, proposant d'isoler certains détenus.

"On sépare un certain nombre d'individus qui présentent un danger pour d'autres qui arriveraient en prison, puisqu'ils souhaiteraient les radicaliser", a-t-il proposé.

Le directeur de la prison de Fresnes (Val-de-Marne) teste depuis la mi-octobre un regroupement des islamistes radicaux, pour voir si un tel "découpage" peut juguler la contagion. Une idée sur laquelle la ministre de la Justice Christiane Taubira s'est dite "très réservée" en fin d'année dernière.

La chancellerie a lancé un appel d'offres pour entraver le discours radical et accompagner ses victimes. Les résultats de celui-ci devaient être connus en début d'année.

PAS DE "PRÉCIPITATION"

Ce travail irait de pair avec celui sur le renseignement, pour lequel Manuel Valls a promis "davantage de moyens" humains, ainsi que la prise en compte des "problèmes de lois ou des problèmes juridiques pour améliorer encore la possibilité des systèmes d'interception, d'écoutes".

"Il faut sans doute être plus performant", a-t-il dit, en espérant que la loi sur le renseignement en préparation puisse être "donnée dans trois ou quatre mois au parlement" et porte "des propositions que nous pourrions élaborer dans un cadre bipartisan".

Douze 12 personnels se consacrent aujourd'hui au renseignement pénitentiaire, et la question du renforcement de ces effectifs est posée, disait-on déjà à la chancellerie avant les attentats.

Manuel Valls s'est toutefois montré réservé lundi sur l'idée d'un "Patriot Act" à la française, référence aux mesures prises par les Etats-Unis après les attentats du 11 septembre 2001, qu'a appelé de ses voeux l'ex-ministre UMP Valérie Pécresse.

"Attention à toutes les procédures d'exception", a-t-il dit en invoquant "ce qui s'est passé quelques années après en Irak", pays envahi en 2003 par une coalition sous commandement américain et qui a ensuite sombré dans le chaos interreligieux.

"La précipitation et l'inventivité (...) seraient également une mauvaise solution", a-t-il souligné.

Il a enfin rappelé qu'il était nécessaire d'améliorer la "prévention", pour éviter que de jeunes gens soient tentés par un départ en Irak ou en Syrie, sans donner de mesure précise mais en définissant une priorité : "travailler sur internet".

"C'est là où une partie de la radicalisation se forme", a-t-il dit. "Mais pour cela, il faut des moyens (...) Nous créons des postes supplémentaires. S'il faut en créer davantage, (on) le fera parce que la sécurité des Français ne peut pas se discuter."

(Gregory Blachier, avec Chine Labbé, édité par Yves Clarisse)

Les Risques en Bourse

Fermer

Note d'information importante

Chère Cliente, Cher Client,

Nous souhaitons vous donner quelques règles à suivre pour investir dans les meilleures conditions et vous présenter les risques potentiels auxquels vous êtes susceptibles d'être exposés.

Vos connaissances, Votre profil d'investisseur
Tout d'abord évaluez vos connaissances boursières et financières et formez-vous en consultant le Guide de l'Investisseur, véritable introduction à la bourse et à l'épargne qui est disponible sur votre site Boursorama Banque sous la rubrique «Aide/Formation».
Définissez ensuite votre profil d'investisseur (prudent, équilibré, dynamique) et vos objectifs (durée de placement, rentabilité …). Ce constat vous permettra de vous orienter vers les produits et les marchés qui vous sont le mieux adaptés.

Pensez à vos besoins de liquidité
Adaptez votre durée de placement (1 mois, 1 an, 5 ans, …) à vos besoins de liquidités (projets, impôts …) et en tout état de cause, n'investissez pas en Bourse une partie trop importante de votre patrimoine.

La composition de votre portefeuille
Etudiez la composition de votre portefeuille : diversifiez vos placements afin de réduire au maximum le risque inhérent à un support ou à un secteur en particulier et n'investissez pas dans les produits optionnels (warrants, certificats), fortement risqués, si votre portefeuille n'est pas suffisamment important.

Connaître la vie des Sociétés
Renseignez-vous sur la société au sein de laquelle vous envisagez d'investir (actualités, santé financière, opérations à venir, …).

Agir en connaissance de cause
Soyez conscient des risques auxquels vous êtes exposés : de fait, si certains produits (actions volatiles, warrants, certificats, future…) ou certains modes d'investissement (Service de Règlement Différé) augmentent les espérances de gain, ils accroissent aussi fortement le risque de perte (totale). Ainsi, une connaissance technique préalable approfondie est requise, c'est pourquoi nous conseillons aux néophytes de s'écarter de ce type de produits.

Des risques différents selon les marchés
Prenez connaissance des caractéristiques des marchés sur lesquels vous allez investir : vous êtes confrontés à un risque variable (liquidité, volatilité, niveau d'information, change…) selon les marchés sur lesquels vous décidez d'intervenir (Premier Marché, Second Marché, Nouveau marché, Marché Libre, Marché étranger…).

Figez vos pertes
Enfin, la règle d'or à retenir est de savoir figer ses pertes : à vous de définir le montant de perte acceptable dès le début et une fois ce niveau atteint agissez en conséquence.

En appliquant ces quelques règles de bonnes conduite vous serez à même de mieux appréhender votre risque lorsque vous allez investir sur les Marchés

Un ensemble de cours complets sur la Bourse est également mis à votre disposition gratuitement et que vous pouvez retrouver sur votre site Boursorama Banque dans la rubrique «Aide/Formation». Si des questions resteraient en suspend, n'hésitez pas à contacter votre agence qui est à votre disposition.

Cordialement,
L'équipe de Boursorama Banque.