1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Conserver cet article pour le lire plus tard

Fermer

Ce service est réservé aux clients et membres de Boursorama.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

Valls refuse de "jouer" avec une candidature présidentielle

Reuters24/09/2015 à 23:33

* Le Premier ministre n'entend pas "miser sur l'échec" de son propre camp * Il assume pleinement la politique économique du gouvernement * Valls rend hommage à Macron, un "atout" PARIS, 24 septembre (Reuters) - Manuel Valls a assuré jeudi qu'il refusait de "jouer" avec l'idée d'une candidature à la présidence de la République si François Hollande ne se présentait pas en 2017, assumant la politique économique "social-réformiste" du gouvernement. Le Premier ministre, qui effectuait son grand oral de rentrée sur le plateau de France 2, où la quasi-totalité du gouvernement s'était rendue pour l'émission "Des paroles et des actes", a été interrogé sur la persistance des mauvais sondages du président, donné exclu du second tour de la présidentielle. "Je n'ai jamais caché mon ambition", a-t-il dit. "Mais ma nature c'est de ne jamais miser sur l'échec de mon propre camp." "Aujourd'hui la situation est suffisamment grave, on ne peut pas jouer", a-t-il ajouté. "Moi ce que je veux, c'est la réussite du quinquennat de François Hollande." Manuel Valls s'est déclaré investi d'une "mission". "Moi je veux incarner une gauche sans complexe, une gauche qui réforme", a-t-il expliqué en se revendiquant "social-réformiste". "Je veux incarner le mouvement, la réforme face à tous les conservatismes. Nous devons assumer pleinement ce que nous sommes en train de faire." Pendant deux heures et demie couronnées par un débat courtois avec l'ancien Premier ministre François Fillon, candidat déclaré à la primaire des Républicains en vue de la présidentielle, il a labouré le même sillon. Les mauvais chiffres du chômage publiés quelques heures plus tôt ( ID:nL5N11U46M ], qui montrent une reprise de la hausse du nombre de personnes inscrites à Pôle Emploi après deux mois de relative stabilisation ? "C'est pour ça que nous réformons, parce que la croissance n'est pas assez forte", a-t-il répondu, en estimant que les indicateurs - consommation, climat des affaires, exportations, confiance et consommation - étaient désormais orientés dans la bonne direction. MACRON, UN "ATOUT" POUR LE GOUVERNEMENT La politique économique du gouvernement, contestée par la gauche du PS comme étant trop libérale mais jugée trop timorée par le patronat pour faire redémarrer la machine ? "Quand on engage 40 milliards (de baisse des charges en faveur des entreprises), ce ne sont pas des mesurettes", a dit le Premier ministre. "Ça prend du temps." Le gouvernement, a-t-il ajouté, a baissé les impôts pour des millions de Français, même si les plus aisés doivent payer plus en raison de la nécessaire "solidarité", et concrétisera le plan d'économies prévu de 50 milliards d'euros sur trois ans. Interrogé sur Emmanuel Macron, qui défraye la chronique lorsqu'il évoque une évolution des 35 heures ou du statut des fonctionnaires, Manuel Valls a fait l'éloge de son jeune ministre de l'Economie, tout sourire dans l'assistance. "Les qualités d'Emmanuel Macron sont un atout pour le gouvernement", a-t-il dit. "C'est une chance." Du reste, a ajouté le Premier ministre, la fonction publique d'Etat "peut évoluer mais en même temps elle est au coeur de notre pacte républicain" et "personne n'envisage un seul instant (...) de privatiser" la police, la justice ou l'enseignement. "Le code du travail, il faut le revoir", a-t-il expliqué en estimant que 300.000 postes de travail ne sont pas pourvus "à cause de la rigidité du marché du travail". Dans les mois à venir, la priorité est de "tout faire pour empêcher le Front national de gagner" des régions lors des élections de décembre prochain et, pour cela, a-t-il ajouté, l'unité de la gauche, actuellement dispersée, est vitale. (Yves Clarisse; édité par Henri-Pierre André)

0 commentaire

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

Signaler le commentaire

Fermer

Les Risques en Bourse

Fermer

Note d'information importante

Chère Cliente, Cher Client,

Nous souhaitons vous donner quelques règles à suivre pour investir dans les meilleures conditions et vous présenter les risques potentiels auxquels vous êtes susceptibles d'être exposés.

Vos connaissances, Votre profil d'investisseur
Tout d'abord évaluez vos connaissances boursières et financières et formez-vous en consultant le Guide de l'Investisseur, véritable introduction à la bourse et à l'épargne qui est disponible sur votre site Boursorama Banque sous la rubrique «Aide/Formation».
Définissez ensuite votre profil d'investisseur (prudent, équilibré, dynamique) et vos objectifs (durée de placement, rentabilité …). Ce constat vous permettra de vous orienter vers les produits et les marchés qui vous sont le mieux adaptés.

Pensez à vos besoins de liquidité
Adaptez votre durée de placement (1 mois, 1 an, 5 ans, …) à vos besoins de liquidités (projets, impôts …) et en tout état de cause, n'investissez pas en Bourse une partie trop importante de votre patrimoine.

La composition de votre portefeuille
Etudiez la composition de votre portefeuille : diversifiez vos placements afin de réduire au maximum le risque inhérent à un support ou à un secteur en particulier et n'investissez pas dans les produits optionnels (warrants, certificats), fortement risqués, si votre portefeuille n'est pas suffisamment important.

Connaître la vie des Sociétés
Renseignez-vous sur la société au sein de laquelle vous envisagez d'investir (actualités, santé financière, opérations à venir, …).

Agir en connaissance de cause
Soyez conscient des risques auxquels vous êtes exposés : de fait, si certains produits (actions volatiles, warrants, certificats, future…) ou certains modes d'investissement (Service de Règlement Différé) augmentent les espérances de gain, ils accroissent aussi fortement le risque de perte (totale). Ainsi, une connaissance technique préalable approfondie est requise, c'est pourquoi nous conseillons aux néophytes de s'écarter de ce type de produits.

Des risques différents selon les marchés
Prenez connaissance des caractéristiques des marchés sur lesquels vous allez investir : vous êtes confrontés à un risque variable (liquidité, volatilité, niveau d'information, change…) selon les marchés sur lesquels vous décidez d'intervenir (Premier Marché, Second Marché, Nouveau marché, Marché Libre, Marché étranger…).

Figez vos pertes
Enfin, la règle d'or à retenir est de savoir figer ses pertes : à vous de définir le montant de perte acceptable dès le début et une fois ce niveau atteint agissez en conséquence.

En appliquant ces quelques règles de bonnes conduite vous serez à même de mieux appréhender votre risque lorsque vous allez investir sur les Marchés

Un ensemble de cours complets sur la Bourse est également mis à votre disposition gratuitement et que vous pouvez retrouver sur votre site Boursorama Banque dans la rubrique «Aide/Formation». Si des questions resteraient en suspend, n'hésitez pas à contacter votre agence qui est à votre disposition.

Cordialement,
L'équipe de Boursorama Banque.