1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Conserver cet article pour le lire plus tard

Fermer

Ce service est réservé aux clients et membres de Boursorama.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

Valls reconnaît des frictions "normales" au sein du gouvernement
Reuters23/02/2016 à 09:25

    PARIS, 23 février (Reuters) - Le Premier ministre français, 
Manuel Valls, a nié mardi toute querelle au sein du 
gouvernement, notamment avec les ministres des Affaires 
étrangères, Jean-Marc Ayrault, et de l'Economie, Emmanuel 
Macron, tout en reconnaissant quelques "frictions". 
    "Moi je ne suis jamais dans la détestation, et encore moins 
dans la querelle de personnes", a-t-il déclaré sur RTL. 
    "J'ai en charge l'animation d'une équipe et ce qui 
m'intéresse, c'est que cette équipe travaille au service de la 
France. Bien sûr qu'il peut y avoir des frictions entre des 
personnalités qui sont par ailleurs de fortes personnalités", 
a-t-il ajouté. "Tant mieux, c'est normal." 
    "Je préfère avoir dans mon équipe des personnalités, fortes, 
reconnues, solides", a-t-il poursuivi.      
    La presse a notamment fait état d'un malaise entre le chef 
du gouvernement et le ministre de l'Economie, Emmanuel Macron.   
    "Tout ce qui est dit, les liens qui existent entre Emmanuel 
Macron et moi, c'est faux, c'est entièrement faux, c'est assez 
étonnant", a dit Manuel Valls, saluant un ministre "jeune, 
talentueux, qui connaît l'entreprise" avec lequel il a dit 
partager "cette même volonté de la réforme". 
    "Avoir Jean-Marc Ayrault comme ministre des Affaires 
étrangères, pourquoi je m'en plaindrais ?", a-t-il dit à propos 
du nouveau chef de la diplomatie, qui l'avait précédé comme 
Premier ministre entre 2012 et 2014.    
 
 (Elizabeth Pineau, édité par Yves Clarisse) 
 

0 commentaire

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

Signaler le commentaire

Fermer

Les Risques en Bourse

Fermer