Bienvenue sur le nouveau Boursorama. Découvrez tout ce qui a changé
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Conserver cet article pour le lire plus tard

Fermer

Ce service est réservé aux clients et membres de Boursorama.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

Valls pour créer un revenu minimum dès 18 ans

Reuters18/04/2016 à 15:36
    * Des mesures dès 2017 et une idée pour la présidentielle ? 
    * Une réforme estimée à plusieurs milliards d'euros 
    * Le syndicat étudiant Unef salue ce projet 
 
 (Actualisé avec éléments supplémentaires) 
    PARIS, 18 avril (Reuters) - Manuel Valls souhaite une 
réforme complète des minima sociaux pour créer un revenu minimum 
pour les personnes précaires dès 18 ans comme suggéré par 
Christophe Sirugue, ont annoncé lundi le député socialiste et 
les services du Premier ministre. 
    Avant cette complexe réforme systémique, des mesures de 
simplification et d'harmonisation seront prises en 2017, année 
des élections présidentielle et législatives, ont-ils précisé 
après la remise du rapport de Christophe Sirugue à Manuel Valls. 
    "L'ensemble des propositions formulées dans le rapport 
visant à simplifier et harmoniser les prestations devraient être 
mises en oeuvre très rapidement", a annoncé Matignon. 
    "Le Premier ministre a demandé à ses ministres que les 
propositions de plus long terme présentées dans le rapport 
fassent l'objet d'un travail approfondi, comme le préconise 
Christophe Sirugue, qui permettra de s'engager dans cette 
réforme d'ampleur dans les prochains mois", poursuit le 
communiqué.  
    L'entourage du Premier ministre a confirmé le souhait de 
Manuel Valls de mettre en oeuvre la proposition de revenu 
minimum pour les personnes de plus de 18 ans en situation de 
précarité faite par Christophe Sirugue. 
    Le député a précisé aux journalistes que ce chantier 
nécessitait selon lui des travaux très importants. 
    "C'est quelque chose qui peut être acté en termes de 
principe ou d'engagement mais qui nécessitera du temps pour 
pouvoir être décliné en termes concrets", a-t-il dit. 
    Dans son rapport, il propose de fusionner tous les minima 
sociaux dans une allocation de 400 euros par mois accessible à 
partir de 18 ans, alors que le RSA n'est l'est actuellement qu'à 
partir de 25, une mesure dont le coût est difficile à évaluer. 
         
    UN COÛT DE PLUSIEURS MILLIARDS 
    Dans un entretien à Libération, le député évoque le chiffre 
de 3,5 milliards d'euros par an. Les services du Premier 
ministre ont précisé quant à eux qu'ils ne pouvaient pas estimer 
le coût d'une telle réforme dans l'immédiat. 
    Christophe Sirugue propose que cette allocation soit 
complétée si le bénéficiaire est une personne âgée ou handicapée 
ou s'il est en situation d'insertion professionnelle. 
    "La nécessité d'agir est bien une évidence: aujourd'hui, ni 
la simplicité, ni l'égalité de traitement des allocataires ne 
sont garantis", écrit-il dans son rapport. 
    "Les dix minima sociaux existants se caractérisent par la 
complexité et la diversité des règles applicables aux 
allocataires", poursuit-il, en soulignant le risque que cette 
complexité rende le système inéquitable. 
    Sur l'ouverture des minima à partir de 18 ans au lieu de 25, 
il juge que "priver la très grande majorité des jeunes de 
l'accès à notre dispositif universel de lutte contre la pauvreté 
ne me paraît plus acceptable". 
    "Cette condition d'âge apparaît bien singulière au regard de 
la situation de nos voisins européens et, surtout, elle empêche 
de lutter efficacement contre la pauvreté des plus jeunes, dont 
la hausse depuis 2008 est malheureusement frappante." 
    Après avoir évoqué le chiffre de 3,5 milliards, Christophe 
Sirugue déclare à Libération: "C'est pour cela que je ne demande 
pas à ce que ces mesures s'appliquent au 1er janvier 2017." 
    "Mais c'est aujourd'hui indispensable: acceptons à gauche de 
dire qu'empêcher de voir un jeune commencer sa vie dans la 
précarité, ce n'est pas de l'assistanat mais de 
l'investissement." 
    Le syndicat étudiant Unef s'est félicité du projet de Manuel 
Valls, saluant "une mesure forte qui permettrait de sortir des 
milliers de jeunes de la précarité et d'en finir avec 
l'exclusion d'une partie de la population des minima sociaux". 
    Un deuxième scénario figurant dans le rapport propose le 
maintien des dispositifs existants avec des paramètres modifiés, 
"en allongeant par exemple certaines durées selon les 
allocations", et le dernier scénario propose de fusionner des 
dispositifs pour n'en garder que cinq à l'horizon 2020. 
    La France compte dix minima sociaux dont bénéficient quatre 
millions d'allocataires : le revenu de solidarité active (RSA), 
l'allocation de solidarité pour les personnes âgées (ASPA), 
l'allocation adultes handicapés (AAH), l'allocation 
supplémentaire d'invalidité (ASI), l'allocation de solidarité 
spécifique (ASS), l'allocation veuvage (AV), le revenu de 
solidarité outre-mer (RSO), la prime transitoire de solidarité 
(PTS), le revenu de solidarité outre-mer (RSO), l'allocation 
temporaire d'attente (ATA) et l'allocation pour demandeur 
d'asile (ADA), lit-on dans le rapport.   
 
 (Jean-Baptiste Vey, édité par Yves Clarisse) 
 

Les Risques en Bourse

Fermer

Note d'information importante

Chère Cliente, Cher Client,

Nous souhaitons vous donner quelques règles à suivre pour investir dans les meilleures conditions et vous présenter les risques potentiels auxquels vous êtes susceptibles d'être exposés.

Vos connaissances, Votre profil d'investisseur
Tout d'abord évaluez vos connaissances boursières et financières et formez-vous en consultant le Guide de l'Investisseur, véritable introduction à la bourse et à l'épargne qui est disponible sur votre site Boursorama Banque sous la rubrique «Aide/Formation».
Définissez ensuite votre profil d'investisseur (prudent, équilibré, dynamique) et vos objectifs (durée de placement, rentabilité …). Ce constat vous permettra de vous orienter vers les produits et les marchés qui vous sont le mieux adaptés.

Pensez à vos besoins de liquidité
Adaptez votre durée de placement (1 mois, 1 an, 5 ans, …) à vos besoins de liquidités (projets, impôts …) et en tout état de cause, n'investissez pas en Bourse une partie trop importante de votre patrimoine.

La composition de votre portefeuille
Etudiez la composition de votre portefeuille : diversifiez vos placements afin de réduire au maximum le risque inhérent à un support ou à un secteur en particulier et n'investissez pas dans les produits optionnels (warrants, certificats), fortement risqués, si votre portefeuille n'est pas suffisamment important.

Connaître la vie des Sociétés
Renseignez-vous sur la société au sein de laquelle vous envisagez d'investir (actualités, santé financière, opérations à venir, …).

Agir en connaissance de cause
Soyez conscient des risques auxquels vous êtes exposés : de fait, si certains produits (actions volatiles, warrants, certificats, future…) ou certains modes d'investissement (Service de Règlement Différé) augmentent les espérances de gain, ils accroissent aussi fortement le risque de perte (totale). Ainsi, une connaissance technique préalable approfondie est requise, c'est pourquoi nous conseillons aux néophytes de s'écarter de ce type de produits.

Des risques différents selon les marchés
Prenez connaissance des caractéristiques des marchés sur lesquels vous allez investir : vous êtes confrontés à un risque variable (liquidité, volatilité, niveau d'information, change…) selon les marchés sur lesquels vous décidez d'intervenir (Premier Marché, Second Marché, Nouveau marché, Marché Libre, Marché étranger…).

Figez vos pertes
Enfin, la règle d'or à retenir est de savoir figer ses pertes : à vous de définir le montant de perte acceptable dès le début et une fois ce niveau atteint agissez en conséquence.

En appliquant ces quelques règles de bonnes conduite vous serez à même de mieux appréhender votre risque lorsque vous allez investir sur les Marchés

Un ensemble de cours complets sur la Bourse est également mis à votre disposition gratuitement et que vous pouvez retrouver sur votre site Boursorama Banque dans la rubrique «Aide/Formation». Si des questions resteraient en suspend, n'hésitez pas à contacter votre agence qui est à votre disposition.

Cordialement,
L'équipe de Boursorama Banque.