Bienvenue sur le nouveau Boursorama. Découvrez tout ce qui a changé
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Conserver cet article pour le lire plus tard

Fermer

Ce service est réservé aux clients et membres de Boursorama.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

Valls hérite de la "boîte à outils" fiscale de Ayrault

Reuters02/04/2014 à 22:09

MANUEL VALLS HÉRITE DE LA ?BOÎTE À OUTILS? FISCALE DE JEAN-MARC AYRAULT

PARIS (Reuters) - Le groupe de travail sur la fiscalité des ménages mis en place par Jean-Marc Ayrault remettra le 11 avril à son successeur une "boîte à outils", dont le principal instrument est une baisse des cotisations sociales payées par les salariés modestes.

Ce devrait être un des principaux piliers du "pacte de solidarité" que François Hollande a donné pour mission à son nouveau Premier ministre, Manuel Valls, de mettre en place parallèlement au pacte de responsabilité pour les entreprises.

"Dans le même mouvement où nous baissons les charges des entreprises, il est légitime de baisser aussi les cotisations des salariés", a expliqué lundi le chef de l'Etat, au lendemain de la déroute de sa majorité aux élections municipales.

Dans un pré-rapport obtenu par Reuters, les co-présidents de ce groupe de travail, le député Dominique Lefebvre et le haut fonctionnaire François Auvigne, préconisent entre autres mesures une baisse de ces cotisations jusqu'à 1,3 smic.

"Sur la base d'un montant estimé à 2,1 milliards d'euros, cet allègement pourrait s'élever à hauteur de 3,5% du salaire brut pour les rémunérations au smic horaire", écrivent-ils.

"Il diminuerait au-delà et s'annulerait à 1,3 smic", ajoutent-ils. "Un salarié au smic à temps plein verrait donc son salaire mensuel net augmenter d'environ 50 euros."

Les deux auteurs du rapport estiment que l'effet pourrait être amplifié "en fonction du calibrage budgétaire" - Dominique Lefebvre évoquait ces derniers jours une enveloppe de deux à trois milliards d'euros.

Mais ils ne se prononcent pas sur le financement de cette mesure, qui prendrait effet en 2015 et coexisterait, proposent-ils, avec le dernier versement de la prime pour l'emploi (PPE).

Ce n'est que dans un deuxième temps, à compter de 2016, que la PPE disparaîtrait et que son enveloppe budgétaire d'environ deux milliards d'euros serait recyclée dans le financement d'allègements de cotisations salariales supplémentaires.

ATTÉNUER LES EFFETS DE SEUIL

Ce processus en deux temps vise à éviter les inconvénients d'une suppression brutale de la PPE, un crédit d'impôt assis sur les revenus d'activité de l'année précédente, dont le versement est donc décalé d'un an.

En complément de la baisse de cotisations salariales sur les bas revenus, Dominique Lefebvre et François Auvigne proposent de renforcer le revenu de solidarité active (RSA) dit d'activité (1,5 milliard d'euros en 2012 pour 700.000 bénéficiaires).

Le RSA activité est versé aujourd'hui entre 0 et 1,15 smic en complément du revenu d'activité et constitue une avance sur la PPE de l'année suivante.

Les deux rapporteurs proposent par ailleurs de réaménager les dispositifs fiscaux et sociaux "en bas de barème", c'est-à-dire pour les ménages les plus modestes, afin d'atténuer les effets de seuil qui peuvent entraîner une baisse soudaine de revenus, par exemple au moment où ils redeviennent imposables.

Ainsi, le revenu fiscal de référence pourrait devenir progressivement l'unique base pour l'octroi d'un avantage fiscal ou social fondé sur des critères de ressources.

Le rapport cite aussi parmi les pistes envisageables la possibilité de rendre décroissant avec le revenu l'abattement dont bénéficient les personnes âgées en matière d'impôt sur le revenu (IR) ou de moduler le taux de contribution sociale généralisée (CSG) sur les revenus de remplacement.

Il écarte en revanche, du moins à court terme, la question d'une fusion de l'impôt sur le revenu (IR) et de la CSG qui, si elle "n'est pas taboue", comporte des difficultés techniques et des risques non négligeables.

De même, la mise en oeuvre du prélèvement de l'IR à la source "nécessiterait un délai incompressible d'au moins deux à trois ans", écrivent les deux rapporteurs. Une façon également de renvoyer sine die une telle mesure.

(Emmanuel Jarry, édité par Yves Clarisse)

Les Risques en Bourse

Fermer

Note d'information importante

Chère Cliente, Cher Client,

Nous souhaitons vous donner quelques règles à suivre pour investir dans les meilleures conditions et vous présenter les risques potentiels auxquels vous êtes susceptibles d'être exposés.

Vos connaissances, Votre profil d'investisseur
Tout d'abord évaluez vos connaissances boursières et financières et formez-vous en consultant le Guide de l'Investisseur, véritable introduction à la bourse et à l'épargne qui est disponible sur votre site Boursorama Banque sous la rubrique «Aide/Formation».
Définissez ensuite votre profil d'investisseur (prudent, équilibré, dynamique) et vos objectifs (durée de placement, rentabilité …). Ce constat vous permettra de vous orienter vers les produits et les marchés qui vous sont le mieux adaptés.

Pensez à vos besoins de liquidité
Adaptez votre durée de placement (1 mois, 1 an, 5 ans, …) à vos besoins de liquidités (projets, impôts …) et en tout état de cause, n'investissez pas en Bourse une partie trop importante de votre patrimoine.

La composition de votre portefeuille
Etudiez la composition de votre portefeuille : diversifiez vos placements afin de réduire au maximum le risque inhérent à un support ou à un secteur en particulier et n'investissez pas dans les produits optionnels (warrants, certificats), fortement risqués, si votre portefeuille n'est pas suffisamment important.

Connaître la vie des Sociétés
Renseignez-vous sur la société au sein de laquelle vous envisagez d'investir (actualités, santé financière, opérations à venir, …).

Agir en connaissance de cause
Soyez conscient des risques auxquels vous êtes exposés : de fait, si certains produits (actions volatiles, warrants, certificats, future…) ou certains modes d'investissement (Service de Règlement Différé) augmentent les espérances de gain, ils accroissent aussi fortement le risque de perte (totale). Ainsi, une connaissance technique préalable approfondie est requise, c'est pourquoi nous conseillons aux néophytes de s'écarter de ce type de produits.

Des risques différents selon les marchés
Prenez connaissance des caractéristiques des marchés sur lesquels vous allez investir : vous êtes confrontés à un risque variable (liquidité, volatilité, niveau d'information, change…) selon les marchés sur lesquels vous décidez d'intervenir (Premier Marché, Second Marché, Nouveau marché, Marché Libre, Marché étranger…).

Figez vos pertes
Enfin, la règle d'or à retenir est de savoir figer ses pertes : à vous de définir le montant de perte acceptable dès le début et une fois ce niveau atteint agissez en conséquence.

En appliquant ces quelques règles de bonnes conduite vous serez à même de mieux appréhender votre risque lorsque vous allez investir sur les Marchés

Un ensemble de cours complets sur la Bourse est également mis à votre disposition gratuitement et que vous pouvez retrouver sur votre site Boursorama Banque dans la rubrique «Aide/Formation». Si des questions resteraient en suspend, n'hésitez pas à contacter votre agence qui est à votre disposition.

Cordialement,
L'équipe de Boursorama Banque.