Bienvenue sur le nouveau Boursorama. Découvrez tout ce qui a changé
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Valls, entre patriotisme économique et politique de l'offre

Reuters10/04/2014 à 18:40

MANUEL VALLS, ENTRE PATRIOTISME ÉCONOMIQUE ET POLITIQUE DE L'OFFRE

par Julien Ponthus

GENNEVILLIERS Hauts-de-Seine (Reuters) - Manuel Valls s'est inspiré jeudi du patriotisme économique d'Arnaud Montebourg et de la politique de l'offre chère à François Hollande dans un discours pro-entreprises avec lesquelles il dit vouloir en terminer avec la "méfiance".

En déplacement sur le site de l'équipementier de défense Thales pour faire le service après-vente des annonces économiques de son discours de politique générale, le Premier ministre a aussi pris soin d'y apporter une touche personnelle en reprenant à son compte, mais sans le nommer, l'ambition de Nicolas Sarkozy de réhabiliter "la valeur travail".

"Dans notre pays il y a beaucoup trop de méfiance envers les entreprises", a-t-il dit devant des employés de Thales.

Se plaçant dans la philosophie du pacte de responsabilité inspiré par l'industriel Louis Gallois, Manuel Valls a repris à son compte le constat d'un coût du travail trop élevé qu'il avait lui même développé seul contre ses rivaux lors de la primaire socialiste en vue de la présidentielle de 2012.

Il a ainsi défendu les 20 milliards d'allègements de charges prévus dans le cadre du Crédit d'impôt compétitivité emploi (Cice) décidé en novembre 2012 et qui constituait alors pour lui une victoire politique a posteriori.

La thématique de la compétitivité, absente de la campagne de François Hollande, est devenue l'un des socles de la politique d'un président qui a dû se résigner à reprendre à son compte un avatar de la "TVA sociale" lancée par Nicolas Sarkozy.

Manuel Valls s'est fait l'avocat des dix milliards d'euros de baisses de charges supplémentaires détaillées mardi à l'Assemblée nationale et a défendu la décision de ne pas les concentrer exclusivement sur les bas salaires.

LE MÊME SENTIMENT PATRIOTIQUE QUE MONTEBOURG

De nombreux économistes jugent cette option plus efficace pour maximiser les créations d'emplois même si une frange importante du patronat plaide pour aider les entreprises exportatrices qui emploient des salariés très qualifiés.

"Il ne faut pas opposer les deux", a dit Manuel Valls, estimant avoir fait des gestes dans les deux directions.

Son gouvernement a décidé la suppression des cotisations patronales à l'Urssaf pour les salariés payés au smic tout en abaissant les cotisations famille de 1,8% pour les salaires jusqu'à 3,5 fois le smic, soit pour plus de 90% des salariés.

Manuel Valls a aussi jugé nécessaire la baisse de la fiscalité des entreprises via notamment la suppression de la Contribution sociale de solidarité des sociétés (C3S) et la surtaxe sur l'impôt sur le résultat des sociétés en 2016.

Il a profité de la présence du ministre du Redressement productif pour rendre hommage à la stratégie industrielle développée par Arnaud Montebourg, grand gagnant du remaniement par lequel il est devenu ministre de l'Economie.

"Nous devons avoir le sentiment patriotique qu'exprime chaque jour le ministre du Redressement productif", a-t-il dit.

"Il faut aimer la France, il faut être fier de notre pays", a-t-il expliqué à son auditoire, défendant "l'indépendance nationale" sur des secteurs économiques stratégiques via les entreprises publiques françaises.

(Edité par Yves Clarisse)

Les Risques en Bourse

Fermer

Note d'information importante

Chère Cliente, Cher Client,

Nous souhaitons vous donner quelques règles à suivre pour investir dans les meilleures conditions et vous présenter les risques potentiels auxquels vous êtes susceptibles d'être exposés.

Vos connaissances, Votre profil d'investisseur
Tout d'abord évaluez vos connaissances boursières et financières et formez-vous en consultant le Guide de l'Investisseur, véritable introduction à la bourse et à l'épargne qui est disponible sur votre site Boursorama Banque sous la rubrique «Aide/Formation».
Définissez ensuite votre profil d'investisseur (prudent, équilibré, dynamique) et vos objectifs (durée de placement, rentabilité …). Ce constat vous permettra de vous orienter vers les produits et les marchés qui vous sont le mieux adaptés.

Pensez à vos besoins de liquidité
Adaptez votre durée de placement (1 mois, 1 an, 5 ans, …) à vos besoins de liquidités (projets, impôts …) et en tout état de cause, n'investissez pas en Bourse une partie trop importante de votre patrimoine.

La composition de votre portefeuille
Etudiez la composition de votre portefeuille : diversifiez vos placements afin de réduire au maximum le risque inhérent à un support ou à un secteur en particulier et n'investissez pas dans les produits optionnels (warrants, certificats), fortement risqués, si votre portefeuille n'est pas suffisamment important.

Connaître la vie des Sociétés
Renseignez-vous sur la société au sein de laquelle vous envisagez d'investir (actualités, santé financière, opérations à venir, …).

Agir en connaissance de cause
Soyez conscient des risques auxquels vous êtes exposés : de fait, si certains produits (actions volatiles, warrants, certificats, future…) ou certains modes d'investissement (Service de Règlement Différé) augmentent les espérances de gain, ils accroissent aussi fortement le risque de perte (totale). Ainsi, une connaissance technique préalable approfondie est requise, c'est pourquoi nous conseillons aux néophytes de s'écarter de ce type de produits.

Des risques différents selon les marchés
Prenez connaissance des caractéristiques des marchés sur lesquels vous allez investir : vous êtes confrontés à un risque variable (liquidité, volatilité, niveau d'information, change…) selon les marchés sur lesquels vous décidez d'intervenir (Premier Marché, Second Marché, Nouveau marché, Marché Libre, Marché étranger…).

Figez vos pertes
Enfin, la règle d'or à retenir est de savoir figer ses pertes : à vous de définir le montant de perte acceptable dès le début et une fois ce niveau atteint agissez en conséquence.

En appliquant ces quelques règles de bonnes conduite vous serez à même de mieux appréhender votre risque lorsque vous allez investir sur les Marchés

Un ensemble de cours complets sur la Bourse est également mis à votre disposition gratuitement et que vous pouvez retrouver sur votre site Boursorama Banque dans la rubrique «Aide/Formation». Si des questions resteraient en suspend, n'hésitez pas à contacter votre agence qui est à votre disposition.

Cordialement,
L'équipe de Boursorama Banque.