Bienvenue sur le nouveau Boursorama. Découvrez tout ce qui a changé
  1. Aide
    1. Espace client
    2. Connexion
Accès membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Valls défend ses réformes à Londres, capitale du French bashing

Reuters05/10/2014 à 15:53

PARIS, 5 octobre (Reuters) - Manuel Valls traverse la Manche dimanche pour défendre ses réformes économiques à Londres, un terrain difficile voire hostile pour le Premier ministre socialiste, la capitale financière de l'Europe étant aussi celle du "French bashing". Son déplacement intervient alors que le directeur général du distributeur britannique John Lewis a déclenché un tollé en décrivant la France comme un pays à la situation désespérée, appelant les hommes d'affaires britanniques à en retirer le plus rapidement possible leurs investissements. Il a par la suite présenté ses excuses. Exaspéré par les "caricatures" et les "clichés" qui dépeignent une économie française droguée à la dépense publique et incapable de se réformer, le chef du gouvernement aura fort à faire pour retourner l'opinion de la City et du gouvernement du conservateur David Cameron. Ce dernier s'était illustré après l'élection de François Hollande en promettant de dérouler le "tapis rouge" aux entreprises souhaitant fuir la pression fiscale française. Deux semaines après avoir défendu son programme de réformes à Berlin, Manuel Valls doit convaincre la City que la France n'est pas l'homme malade de l'Europe, même si avec 0,4% de croissance escomptée en 2014, elle fait pâle figure à côté des 3,5% attendus au Royaume-Uni. "Il y a une phase d'interrogation sur ce qui se passe en France, d'où la nécessité de faire ce travail d'explication et de conviction sur le sens de l'action que mène la France", explique-t-on dans son entourage, où l'on reconnaît la dureté de la tâche. "On est assez lucide, on voit la presse européenne, le regard porté sur nous." Outre des rencontres avec le Premier ministre britannique David Cameron et le chef de l'opposition travailliste Ed Miliband, Manuel Valls doit faire un discours très attendu au Guildhall, dans le coeur historique de la City. Comme en Allemagne, il plaidera, selon Matignon, pour "une action concertée, à l'échelon européen, pour relancer la croissance et l'emploi à travers des politiques d'investissement dynamiques". Allié des Britanniques dans la lutte contre l'Etat islamique, il est peu probable que le chef du gouvernement français trouve en David Cameron un partenaire privilégié pour réorienter vers la croissance une Europe avec laquelle le Premier ministre britannique souhaite revoir ses liens. Afin d'apaiser un électorat largement eurosceptique, David Cameron s'est engagé à renégocier les termes de la relation entre la Grande-Bretagne et l'UE et à organiser, d'ici fin 2017, un référendum sur son appartenance à l'Union européenne. Pour la France, il est hors de question de changer les traités pour satisfaire les exigences britanniques. L'offensive de Londres pour une simplification radicale de la législation européenne irrite au plus haut point à Paris. François Hollande et Manuel Valls ont néanmoins plus que jamais besoin de ménager leurs partenaires européens. La nouvelle Commission européenne doit se prononcer mi-novembre sur la conformité des choix budgétaires français, jugés laxistes dans certaines capitales, aux règles de stabilité budgétaire de l'Union. Mettant en avant la faible inflation et une croissance atone dans la zone euro, Paris a reporté à la fin 2017 l'objectif de faire passer ses déficits publics sous la barre des 3% du PIB alors qu'il s'était engagé à y parvenir en 2015. (Julien Ponthus, avec Elizabeth Pineau, édité par Chine Labbé)

Les Risques en Bourse

Fermer

Note d'information importante

Chère Cliente, Cher Client,

Nous souhaitons vous donner quelques règles à suivre pour investir dans les meilleures conditions et vous présenter les risques potentiels auxquels vous êtes susceptibles d'être exposés.

Vos connaissances, Votre profil d'investisseur
Tout d'abord évaluez vos connaissances boursières et financières et formez-vous en consultant le Guide de l'Investisseur, véritable introduction à la bourse et à l'épargne qui est disponible sur votre site Boursorama Banque sous la rubrique «Aide/Formation».
Définissez ensuite votre profil d'investisseur (prudent, équilibré, dynamique) et vos objectifs (durée de placement, rentabilité …). Ce constat vous permettra de vous orienter vers les produits et les marchés qui vous sont le mieux adaptés.

Pensez à vos besoins de liquidité
Adaptez votre durée de placement (1 mois, 1 an, 5 ans, …) à vos besoins de liquidités (projets, impôts …) et en tout état de cause, n'investissez pas en Bourse une partie trop importante de votre patrimoine.

La composition de votre portefeuille
Etudiez la composition de votre portefeuille : diversifiez vos placements afin de réduire au maximum le risque inhérent à un support ou à un secteur en particulier et n'investissez pas dans les produits optionnels (warrants, certificats), fortement risqués, si votre portefeuille n'est pas suffisamment important.

Connaître la vie des Sociétés
Renseignez-vous sur la société au sein de laquelle vous envisagez d'investir (actualités, santé financière, opérations à venir, …).

Agir en connaissance de cause
Soyez conscient des risques auxquels vous êtes exposés : de fait, si certains produits (actions volatiles, warrants, certificats, future…) ou certains modes d'investissement (Service de Règlement Différé) augmentent les espérances de gain, ils accroissent aussi fortement le risque de perte (totale). Ainsi, une connaissance technique préalable approfondie est requise, c'est pourquoi nous conseillons aux néophytes de s'écarter de ce type de produits.

Des risques différents selon les marchés
Prenez connaissance des caractéristiques des marchés sur lesquels vous allez investir : vous êtes confrontés à un risque variable (liquidité, volatilité, niveau d'information, change…) selon les marchés sur lesquels vous décidez d'intervenir (Premier Marché, Second Marché, Nouveau marché, Marché Libre, Marché étranger…).

Figez vos pertes
Enfin, la règle d'or à retenir est de savoir figer ses pertes : à vous de définir le montant de perte acceptable dès le début et une fois ce niveau atteint agissez en conséquence.

En appliquant ces quelques règles de bonnes conduite vous serez à même de mieux appréhender votre risque lorsque vous allez investir sur les Marchés

Un ensemble de cours complets sur la Bourse est également mis à votre disposition gratuitement et que vous pouvez retrouver sur votre site Boursorama Banque dans la rubrique «Aide/Formation». Si des questions resteraient en suspend, n'hésitez pas à contacter votre agence qui est à votre disposition.

Cordialement,
L'équipe de Boursorama Banque.