1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Conserver cet article pour le lire plus tard

Fermer

Ce service est réservé aux clients et membres de Boursorama.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

Valls crée une structure pour jeunes Français radicalisés
Reuters19/11/2015 à 11:10

PARIS, 19 novembre (Reuters) - Manuel Valls a annoncé jeudi à l'Assemblée nationale la création, d'ici à la fin de l'année, d'une "structure" de prise en charge des jeunes Français radicalisés, qui y seraient admis sur décision judiciaire. Le Premier ministre avait annoncé en avril la création de cette structure, qui ne pourra, a-t-il dit, pas concerner les personnes de retour de zones de djihad comme la Syrie ou l'Irak. "Une première structure pour jeunes radicalisés va ainsi être créée, les financements sont prêts, le cadre juridique et le projet pédagogique en voie de finalisation, le site sera choisi d'ici la fin de l'année", a-t-il déclaré dans un discours devant l'Assemblée nationale. Les députés ont examiné jeudi le projet de loi sur la prolongation de trois mois de l'état d'urgence, proclamé après les attentats de vendredi soir à Paris et Saint-Denis. "Les premiers admis pourront être des repentis que nous mettrons à l'épreuve afin de mesurer leur volonté de réinsertion dans la durée", a expliqué Manuel Valls. "La création d'un tel centre - ne correspondant pas forcément à notre culture en tout cas jusqu'ici - s'appuyant sur un suivi individualisé et pluridisciplinaire est indispensable." "Les individus qui y sont admis doivent l'être à la suite d'une décision judiciaire et ne peuvent en aucun cas être des djihadistes de retour de Syrie ou d'Irak. Leur place est en prison. Un centre de déradicalisation ne peut pas être une alternative à l'enfermement carcéral." Le Premier ministre a évoqué le chiffre de 966 personnes signalées comme étant allés en Syrie ou en Irak. "Si 142 d'entre eux y sont morts, 588 y sont toujours et 247 en sont repartis", a-t-il précisé. (Marine Pennetier et Elizabeth Pineau, édité par Yves Clarisse)

5 commentaires

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

  • M898407
    19 novembre11:44

    Et on peut faire confiance à Taubira pour s'assurer de leur confort...

    Signaler un abus

  • M2248222
    19 novembre11:24

    mine de sel

    Signaler un abus

  • M8869453
    19 novembre11:23

    Que d'énergie et d'argent dépensés, comme si le problème n'était pas ailleurs

    Signaler un abus

  • frk987
    19 novembre11:20

    Tu vois Manolo, je te dis sérieusement sans socialos plus de problème, tout est réglé ......

    Signaler un abus

  • frk987
    19 novembre11:19

    Eh Manolo tu devrais créer une structure pour désintoxiquer les jeunes socialos, tout le problème vient de là de nulle part ailleurs.

    Signaler un abus

Signaler le commentaire

Fermer

Les Risques en Bourse

Fermer