Aller au contenu principal Activer le contraste adaptéDésactiver le contraste adapté
Plus de 40 000 produits accessibles à 0€ de frais de courtage
Découvrir Boursomarkets

Vaccins : la chaîne publique Guadeloupe la 1ère accusée de diffuser de la "propagande délirante antivax"
information fournie par Boursorama avec Media Services07/01/2022 à 10:00

La direction de France TV a répondu à un collectif de médecins que "l'ampleur de la très forte réticence à l'encontre de la vaccination d'une partie de la population, rend impossible le fait de ne lui réserver aucun traitement journalistique".

L'émission "Regards Croisés", sur les effets secondaires des vaccins contre la Covid-19 a provoqué l'émoi en Guadeloupe. ( AFP / BERTRAND GUAY )

L'émission "Regards Croisés", sur les effets secondaires des vaccins contre la Covid-19 a provoqué l'émoi en Guadeloupe. ( AFP / BERTRAND GUAY )

Médecins, représentants de la société civile et jusqu'au ministre des Outre-mer se sont émus d'une émission sur les vaccins diffusée sur la chaîne publique Guadeloupe la 1ère, certains allant jusqu'à évoquer une "propagande délirante antivax".

Le ministre des Outre-mer Sébastien Lecornu a "appelé à la responsabilité des acteurs (...) surtout médiatiques au sujet de la vaccination" dans un courrier, révélé jeudi 6 janvier, adressé à Delphine Ernotte, la présidente de France télévision, groupe auquel appartient Guadeloupe la première.

Le ministre a écrit partager l'émoi "provoqué au sein de la communauté médicale et de la société civile du territoire" par la diffusion, le 9 décembre, de l'émission "Regards Croisés", sur les effets secondaires des vaccins contre la Covid-19.

"Il est indéniable que votre mission de service public consiste à ouvrir le débat et à répondre aux inquiétudes de la population", mais, "dans la réalité, aussi bien l'intitulé de l'émission que la composition de plateau, ainsi que les échanges entre les intervenants ont laissé s'installer dans l'opinion l'idée que les vaccins n'étaient pas sûrs, alors que les études scientifiques nous disent l'inverse" , a écrit le ministre.

Nombreux signalements

"Ce type de diffusion ne peut qu'alimenter les doutes et je le regrette", a encore écrit Sébastien Lecornu, qui rappelle que "c'est aujourd'hui l'un des moyens les plus efficaces pour protéger nos concitoyens des formes graves de cette maladie". "Ce courrier fait suite à plusieurs signalements que nous avons reçus", indique-t-on au ministère des Outre-mer.

Plusieurs médecins, mais aussi des représentants de la société civile comme le président de la chambre de commerce et d'industrie, qui a qualifié l'émission de "propagande délirante antivax" , ont écrit à Delphine Ernotte et au ministre.

"Nous avons répondu au collectif de médecins", a-t-on indiqué chez France TV , où l'on ajoute qu'une réponse sera également formulée au ministre.

Dans le courrier adressé au collectif de médecins, Delphine Ernotte a rappelé "20 mois de sensibilisation quotidienne" aux gestes barrières, à la vaccination, la diffusion de "conférences publiques" sur le sujet, en partenariat avec les instances hospitalières et de gouvernance locale. Par ailleurs, "l'ampleur de la très forte réticence à l'encontre de la vaccination d'une partie de la population, rend impossible le fait de ne lui réserver aucun traitement journalistique ", a-t-elle estimé.

À l'heure actuelle, moins de 50% de la population guadeloupéenne de plus de 18 ans est primo vaccinée.

9 commentaires

  • 07 janvier18:39

    Covid-19 : pourquoi des patients jeunes et sans comorbidité peuvent finir en réanimationDes chercheurs à Strasbourg sont parvenus à identifier un gène impliqué dans les formes sévères de Covid-19.