Bienvenue sur le nouveau Boursorama. Découvrez tout ce qui a changé
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

USA-Commerce extérieur et défense ont dopé la croissance

Reuters30/10/2014 à 17:04

* La croissance du PIB au T3 estimée à 3,5% en rythme annualisé * Contributions positives du commerce extérieur, de la défense * Consommation et investissement ont décéléré * Contribution négative des stocks (Avec précisions, commentaire, marchés) par Lucia Mutikani WASHINGTON, 30 octobre (Reuters) - La diminution du déficit commercial et l'augmentation des dépenses de défense ont soutenu la croissance de l'économie américaine au troisième trimestre mais d'autres éléments des statistiques officielles publiées jeudi suggèrent un certain ralentissement de la reprise. Le produit intérieur brut (PIB) a augmenté de 3,5% en rythme annualisé, a annoncé le département du Commerce, alors que les économistes interrogés par Reuters prévoyaient en moyenne un chiffre de 3,0% pour juillet-septembre après celui de 4,6% du deuxième trimestre. La croissance de l'investissement des entreprises, de la construction et des dépenses de consommation a ralenti d'un trimestre sur l'autre mais ces trois postes ont néanmoins apporté une contribution positive au PIB. "Le rapport est globalement favorable, la hausse est assez bien répartie et suggère une tendance de fond favorable pour l'économie américaine", a commenté Millan Mulraine, économiste de TD Securities. "Cependant, avec l'apparition de certains signes de faiblesse dans la construction et les dépenses de consommation, nous prévoyons un nouveau ralentissement de rythme de la croissance au quatrième trimestre." La première économie mondiale a enregistré une croissance supérieure ou égale à 3,5% en rythme annualisé au cours de quatre des cinq derniers trimestres. Le département du Travail a par ailleurs fait état d'une légère augmentation des inscriptions au chômage la semaine dernière, mais cet indicateur ne remet pas pour autant en cause le scénario d'une poursuite de l'amélioration du marché de l'emploi. ID:nZON17AV04 Ces chiffres sont publiés au lendemain de l'annonce par la Fed de l'arrêt de ses achats d'actifs sur les marchés. ID:nL5N0SO5QK Le dollar a amplifié sa progression face à l'euro après les indicateurs américains tandis que les emprunts du Trésor réduisaient leurs gains et Wall Street a ouvert en légère baisse. LES TENSIONS INFLATIONNISTES DIMINUENT La réduction du déficit commercial au troisième trimestre traduit une diminution des importations, qui ont enregistré leur baisse la plus marquée depuis le quatrième trimestre 2012, en raison notamment de la diminution de la facture des importations pétrolières. Le commerce extérieur a ainsi contribué à la croissance à hauteur de 1,32 point de pourcentage. Les dépenses de défense, elles, affichent un bond de 16%, leur plus forte progression depuis le deuxième trimestre 2009. A l'opposé, l'évolution des stocks des entreprises a apporté une contribution négative au PIB, à hauteur de 0,57 point de pourcentage, après une contribution positive de 1,42 point sur avril-juin. La croissance des investissements des entreprises a quant à elle ralenti sur la période juillet-septembre, les dépenses d'équipement progressant de 7,2% en rythme annualisé alors que les économistes tablaient sur une hausse à deux chiffres, comme sur avril-juin (+11,2%). La hausse de la consommation des ménages est parallèlement revenue à 1,8% au troisième trimestre après 2,5% au deuxième mais affiche une contribution positive de 1,22 point à la croissance. Les dépenses de consommation représentent plus de deux tiers de l'activité économique globale aux Etats-Unis. La modération de la consommation a contribué à contenir les tensions inflationnistes: l'indice des prix du PIB a augmenté de 1,2% après +2,3% au deuxième trimestre. L'indice de base, qui exclut les composantes volatiles des prix alimentaires et de ceux de l'énergie, a lui ralenti à 1,4% contre 2,0%. La baisse des prix à la pompe et l'accélération de la croissance du marché du travail, propice à des hausses de salaires, pourraient favoriser la consommation des ménages au quatrième trimestre. Tableau ID:nLLAULEA65 Les indicateurs américains en temps réel ECONUS (Lucia Mutikani, Marc Angrand pour le service français)

Les Risques en Bourse

Fermer

Note d'information importante

Chère Cliente, Cher Client,

Nous souhaitons vous donner quelques règles à suivre pour investir dans les meilleures conditions et vous présenter les risques potentiels auxquels vous êtes susceptibles d'être exposés.

Vos connaissances, Votre profil d'investisseur
Tout d'abord évaluez vos connaissances boursières et financières et formez-vous en consultant le Guide de l'Investisseur, véritable introduction à la bourse et à l'épargne qui est disponible sur votre site Boursorama Banque sous la rubrique «Aide/Formation».
Définissez ensuite votre profil d'investisseur (prudent, équilibré, dynamique) et vos objectifs (durée de placement, rentabilité …). Ce constat vous permettra de vous orienter vers les produits et les marchés qui vous sont le mieux adaptés.

Pensez à vos besoins de liquidité
Adaptez votre durée de placement (1 mois, 1 an, 5 ans, …) à vos besoins de liquidités (projets, impôts …) et en tout état de cause, n'investissez pas en Bourse une partie trop importante de votre patrimoine.

La composition de votre portefeuille
Etudiez la composition de votre portefeuille : diversifiez vos placements afin de réduire au maximum le risque inhérent à un support ou à un secteur en particulier et n'investissez pas dans les produits optionnels (warrants, certificats), fortement risqués, si votre portefeuille n'est pas suffisamment important.

Connaître la vie des Sociétés
Renseignez-vous sur la société au sein de laquelle vous envisagez d'investir (actualités, santé financière, opérations à venir, …).

Agir en connaissance de cause
Soyez conscient des risques auxquels vous êtes exposés : de fait, si certains produits (actions volatiles, warrants, certificats, future…) ou certains modes d'investissement (Service de Règlement Différé) augmentent les espérances de gain, ils accroissent aussi fortement le risque de perte (totale). Ainsi, une connaissance technique préalable approfondie est requise, c'est pourquoi nous conseillons aux néophytes de s'écarter de ce type de produits.

Des risques différents selon les marchés
Prenez connaissance des caractéristiques des marchés sur lesquels vous allez investir : vous êtes confrontés à un risque variable (liquidité, volatilité, niveau d'information, change…) selon les marchés sur lesquels vous décidez d'intervenir (Premier Marché, Second Marché, Nouveau marché, Marché Libre, Marché étranger…).

Figez vos pertes
Enfin, la règle d'or à retenir est de savoir figer ses pertes : à vous de définir le montant de perte acceptable dès le début et une fois ce niveau atteint agissez en conséquence.

En appliquant ces quelques règles de bonnes conduite vous serez à même de mieux appréhender votre risque lorsque vous allez investir sur les Marchés

Un ensemble de cours complets sur la Bourse est également mis à votre disposition gratuitement et que vous pouvez retrouver sur votre site Boursorama Banque dans la rubrique «Aide/Formation». Si des questions resteraient en suspend, n'hésitez pas à contacter votre agence qui est à votre disposition.

Cordialement,
L'équipe de Boursorama Banque.