Bienvenue sur le nouveau Boursorama. Découvrez tout ce qui a changé
  1. Aide
    1. Espace client
    2. Connexion
Accès membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

USA 2016-Clinton et Sanders ferraillent sur l'assurance-maladie, Wall St

Reuters12/02/2016 à 06:44
    par John Whitesides 
    MILWAUKEE, Wisconsin, 12 février (Reuters) - Les candidats à 
l'investiture démocrate à l'élection présidentielle de 2016 
Hillary Clinton et Bernie Sanders ont étalé leur divergences au 
sujet de l'assurance-maladie et de Wall Street lors d'un débat 
télévisé organisé jeudi, la première accusant le second de faire 
des promesses "qui ne pourront être tenues". 
    Lors du sixième débat entre candidats démocrates, marqué à 
la fois par de vifs échanges mais un ton général plus pondéré, 
l'ancienne secrétaire d'Etat a estimé que la proposition du 
sénateur du Vermont de mettre en place une assurance-maladie 
universelle reviendrait à défaire l'Obamacare, une des réformes 
phare de Barack Obama. 
    Pendant tout le débat, Hillary Clinton n'a d'ailleurs eu de 
cesse de se poser comme le garant du bilan du président actuel, 
reprochant à un moment à Bernie Sanders d'avoir parfois mal 
parlé de Barack Obama. 
    "En me fondant sur chaque analyse disponible faite par des 
personnes (en faveur d'une assurance-maladie universelle), le 
compte n'y est pas. C'est une promesse qui ne peut être tenue", 
a dit Hillary Clinton. 
    Bernie Sanders, qui a dit avoir toujours soutenu le 
président américain tout en revendiquant son droit à contester 
certaines de ses idées, a dit qu'il ne voulait pas démanteler la 
réforme de l'assurance-maladie de Barack Obama, ajoutant qu'il 
voulait simplement aller vers ce qui existe dans la plupart des 
pays industrialisés, une assurance-maladie pour tous. 
    "Nous n'allons rien démanteler. Dans mon esprit, 
l'assurance-maladie est un droit pour tous, pas un privilège", a 
dit celui qui se qualifie de démocrate socialiste. 
     
    LE SOUTIEN DE L'ÉLECTORAT AFRO-AMÉRICAIN 
    Bernie Sanders a une nouvelle accusé Hillary Clinton d'être 
liée à Wall Street, notant que son comité d'action politique 
avait reçu 15 millions de dollars de contributions de banques 
d'affaires. 
    "N'insultons pas l'intelligence des Américains. Dans quel 
but Wall Street fait-il de si importantes contributions de 
campagne ? (...)", a-t-il dit. 
    Hillary Clinton a répondu en disant que ces dons ne 
signifiaient pas qu'elle oeuvrait en faveur de Wall Street, 
notant que Barack Obama avait également eu des contributions des 
banques d'affaires durant ses campagnes. 
    "Quand cela a été nécessaire, il s'est attaqué à Wall 
Street", a-t-elle dit, se référant à la régulation financière 
Dodd-Frank mise en place dans la foulée de la crise financière 
de 2007-2009. 
    Alors que la campagne primaire prend la direction d'Etats 
comptant d'importantes minorités, les deux candidats démocrates 
ont dénoncé le taux d'incarcération élevé des Afro-américains 
tout en plaidant pour des mesures de réforme du système 
judiciaire. 
    Hillary Clinton était quelque peu fragilisée avant ce débat 
après que Bernie Sanders a remporté mardi la primaire du New 
Hampshire avec plus de 20 points d'avance.  ID:nL8N15P040  
    Mais après le New Hampshire et l'Iowa, deux Etats avec une 
population blanche largement supérieure à la moyenne, les 
prochaines étapes de la primaire démocrate sont le Nevada et la 
Caroline du Sud, où il y a plus d'électeurs hispaniques et 
afro-américains. 
    Un sondage national Reuters/Ipsos a montré en janvier que 
les électeurs noirs préféraient Clinton à Sanders à 3 contre 1. 
Parmi les électeurs hispaniques, l'ex-sénatrice de New York est 
à 48% contre 32% pour son rival. 
    Au lendemain de sa victoire dans le New Hampshire, Bernie 
Sanders a petit-déjeuné avec Al Sharpton, figure parmi les plus 
célèbres de la cause des Noirs aux Etats-Unis, en vue de 
conquérir l'électorat afro-américain.  ID:nL8N15P28J  
    Jeudi, le Caucus noir du Congrès, qui rassemble des 
parlementaires afro-américains, a apporté son soutien à Hillary 
Clinton dans la course à l'investiture du Parti démocrate pour 
l'élection présidentielle américaine de novembre. 
 ID:nL8N15Q5LA  
 
 (Benoît Van Overstraeten pour le service français) 
 

Les Risques en Bourse

Fermer

Note d'information importante

Chère Cliente, Cher Client,

Nous souhaitons vous donner quelques règles à suivre pour investir dans les meilleures conditions et vous présenter les risques potentiels auxquels vous êtes susceptibles d'être exposés.

Vos connaissances, Votre profil d'investisseur
Tout d'abord évaluez vos connaissances boursières et financières et formez-vous en consultant le Guide de l'Investisseur, véritable introduction à la bourse et à l'épargne qui est disponible sur votre site Boursorama Banque sous la rubrique «Aide/Formation».
Définissez ensuite votre profil d'investisseur (prudent, équilibré, dynamique) et vos objectifs (durée de placement, rentabilité …). Ce constat vous permettra de vous orienter vers les produits et les marchés qui vous sont le mieux adaptés.

Pensez à vos besoins de liquidité
Adaptez votre durée de placement (1 mois, 1 an, 5 ans, …) à vos besoins de liquidités (projets, impôts …) et en tout état de cause, n'investissez pas en Bourse une partie trop importante de votre patrimoine.

La composition de votre portefeuille
Etudiez la composition de votre portefeuille : diversifiez vos placements afin de réduire au maximum le risque inhérent à un support ou à un secteur en particulier et n'investissez pas dans les produits optionnels (warrants, certificats), fortement risqués, si votre portefeuille n'est pas suffisamment important.

Connaître la vie des Sociétés
Renseignez-vous sur la société au sein de laquelle vous envisagez d'investir (actualités, santé financière, opérations à venir, …).

Agir en connaissance de cause
Soyez conscient des risques auxquels vous êtes exposés : de fait, si certains produits (actions volatiles, warrants, certificats, future…) ou certains modes d'investissement (Service de Règlement Différé) augmentent les espérances de gain, ils accroissent aussi fortement le risque de perte (totale). Ainsi, une connaissance technique préalable approfondie est requise, c'est pourquoi nous conseillons aux néophytes de s'écarter de ce type de produits.

Des risques différents selon les marchés
Prenez connaissance des caractéristiques des marchés sur lesquels vous allez investir : vous êtes confrontés à un risque variable (liquidité, volatilité, niveau d'information, change…) selon les marchés sur lesquels vous décidez d'intervenir (Premier Marché, Second Marché, Nouveau marché, Marché Libre, Marché étranger…).

Figez vos pertes
Enfin, la règle d'or à retenir est de savoir figer ses pertes : à vous de définir le montant de perte acceptable dès le début et une fois ce niveau atteint agissez en conséquence.

En appliquant ces quelques règles de bonnes conduite vous serez à même de mieux appréhender votre risque lorsque vous allez investir sur les Marchés

Un ensemble de cours complets sur la Bourse est également mis à votre disposition gratuitement et que vous pouvez retrouver sur votre site Boursorama Banque dans la rubrique «Aide/Formation». Si des questions resteraient en suspend, n'hésitez pas à contacter votre agence qui est à votre disposition.

Cordialement,
L'équipe de Boursorama Banque.