Bienvenue sur le nouveau Boursorama. Découvrez tout ce qui a changé
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Conserver cet article pour le lire plus tard

Fermer

Ce service est réservé aux clients et membres de Boursorama.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

"Urgence absolue" dans les camps de migrants de Paris

Reuters16/05/2018 à 13:41

"URGENCE ABSOLUE" DANS LES CAMPS DE MIGRANTS DE PARIS

par Julie Carriat

PARIS (Reuters) - Plus de deux mille migrants s'entassent ce printemps à Paris dans des campements précaires où règne la violence, une situation d'"urgence absolue" née au fil des arrivées et malgré les évacuations, sur fond de polémique entre l'Etat et la Ville.

Le directeur général de l'association d'aide aux migrants France Terre d'asile, Pierre Henry, fustige des crispations politiques "indignes" des pouvoirs publics contre la mairie, et appelle à mettre fin à une situation de "pourrissement".

Un peu plus de 2.400 migrants sont répartis sur trois camps à Paris, dont 1.600 à la porte de la Villette, où des tentes s'entassent sous les ponts, le long du canal Saint-Martin et sous l'échangeur routier de la porte de la Chapelle. Au plus fort de la "jungle", Calais comptait en comparaison jusqu'à 8.000 migrants avant d'être démantelée en octobre 2016.

Le 6 mai, un migrant afghan d'une vingtaine d'années et un homme non identifié possiblement d'origine somalienne sont morts noyés aux abords des campements des canaux Saint-Martin et Saint-Denis.

Le long du canal Saint-Martin, en plein Paris, près de 200 tentes collées les unes aux autres et occupées principalement par des Afghans longent les quais de Jemmapes et de Valmy.

Suleiman, Pakistanais de 24 ans présent depuis quelques jours dans le camp, est arrivé à seize ans en Europe et a traversé onze pays différents en plus de sept années d'errance.

Après trois mois au Royaume-Uni, il est de retour à Paris. Des occupants du camp l'ont frappé et lui ont volé son téléphone portable et les 300 euros qu'il portait sur lui, dit-il.

"Je me cherche une vie, mais en onze pays, rien", dit-il. Faute de tente et pour éviter les violences du camp, il a passé la nuit à marcher dans les rues: "Ici tout le monde se bat."

"IL Y AURA D'AUTRES DRAMES"

Les téléphones et les cartes de retrait données par les préfectures aux demandeurs d'asile, créditées chaque mois d'une allocation d'environ 200 euros, sont la cible de vols, le code de la carte extorqué sous la menace d'un couteau, précise sur place une intervenante de l'association, Pauline Doyen.

Faute de douches (seules des latrines existent), certains se lavent dans l'eau du canal insalubre, d'autres font la cuisine sur des braseros. Les derniers arrivés dorment à même le sol.

"Chaque centimètre carré de disponible devient un objet de conquête", dit Pierre Henry du camp voisin du Millénaire, dans le 19e, citant de très fortes tensions. Un homme y a été grièvement blessé par arme blanche dimanche soir.

"Si cette situation perdure il y aura d'autres drames, il y aura forcément des morts", estime-t-il.

Jan, un afghan d'une quarantaine d'années assis dans une tente au bord du canal, veut croire qu'il existe à Paris un sentiment d'"humanité", après avoir vu ses affaires brûlées par des policiers lors de son passage en Bulgarie.

"Tous les Européens ont ce mot à la bouche, les droits de l'homme. Mais je n'ai pas vu de droits de l'homme en Bulgarie, je n'ai pas vu de droits de l'homme en Croatie, je n'ai pas vu de droits de l'homme en Serbie", dit-il, tout en se montrant plus optimiste quant à l'accueil de la France.

BISBILLES POLITIQUES

Dans ce contexte tendu, la ville de Paris et le ministère de l'Intérieur se renvoient la balle à deux ans des municipales.

"Les relations entre l'Etat et la mairie de Paris sont complexes", dit-on au ministère de l'Intérieur, qui a procédé à une trentaine d'évacuations par les forces de l'ordre des camps de migrants ces deux dernières années.

"Si (Anne Hidalgo) souhaite continuer, en toute irresponsabilité, à refuser la demande d'évacuation du camp avec l'idée d'opposer les bons (la mairie) contre les méchants (le ministère de l'Intérieur ), ce sera au détriment tant des demandeurs d'asile qui vivent actuellement dans des conditions inhumaines que de la population francilienne", ajoute-t-on.

Depuis juin 2015, plus de 26.000 personnes ont été évacuées lors de différentes opérations menées dans la capitale pour être prises en charge, notamment pour leur demande d'asile.

La maire demande pour sa part une "mise à l'abri" passant par une prise en charge globale, dénonce "l'abandon de la Ville" et souligne que la prise en charge des demandeurs d'asile est de la compétence de l'Etat, dans une lettre au Premier ministre datée de vendredi, consultée par Reuters.

Le directeur de France Terre d'asile "avoue être assez étonné du discours d'attente des pouvoirs publics".

"Le problème des municipales en 2020 et l'opposition qui peut exister à la politique menée par Anne Hidalgo n'a aucun sens aujourd'hui", dit Pierre Henry. "La question parisienne est d'une urgence absolue, il ne faut pas l'instrumentaliser".

(Avec Elizabeth Pineau, Philippe Wojazer et Clotaire Achi, édité par Yves Clarisse)

10 commentaires

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

  • M3366730
    16 mai22:27

    A LIRE http://www.lemonde.fr/societe/article/2013/12/06/soupcons-de-detournements-de-fonds-publics-a-france-terre-d-asile_3526804_3224.html Le président de l'association, Pierre Henry, est accusé de prise illégale d'intérêts, d'emploi fictif et de favoritisme par un collectif anonyme. Une enquête préliminaire est ouverte.

    Signaler un abus

  • rillouto
    16 mai17:13

    si ce gouvernement de laches et immigrationistes, ne les avaient pas autorisés a poser leur pieds sur notre sol , il n'y aurait pas d'urgence ....et pas besoin de depenser des milliards, dont les français ne bénéficient plus ..... mais le medef a donné des ordres ....

    Signaler un abus

  • mim69005
    16 mai15:28

    Une autre solution : des camps de réfugiés militarisés (n'en déplaise aux humanistes bisounours) qui permettraient soit de valider un projet d'insertion individuel (langue française et connaissances professionnelles) pour rester en France, soit un retour contraint vers leur pays d'origine ou de leur choix (hors UE évidemment).

    Signaler un abus

  • TITI0107
    16 mai15:25

    Nicog > Je vous rassure, il y a 1% de Syriens dans le tas hein.. l'immense majorité ne fuitent pas la guerre..

    Signaler un abus

  • TITI0107
    16 mai15:23

    L'etat devrait requisitionner l'ensemble des gymnases parisiens (vu que la Mairie est d'accord pour les accueillir) pour les loger.. tant pis les parisiens et leurs enfants ne pourront plus les utiliser mais bon leur humanisme doit se traduire dans les faits !!

    Signaler un abus

Voir plus de commentaires

Signaler le commentaire

Fermer

Les Risques en Bourse

Fermer

Note d'information importante

Chère Cliente, Cher Client,

Nous souhaitons vous donner quelques règles à suivre pour investir dans les meilleures conditions et vous présenter les risques potentiels auxquels vous êtes susceptibles d'être exposés.

Vos connaissances, Votre profil d'investisseur
Tout d'abord évaluez vos connaissances boursières et financières et formez-vous en consultant le Guide de l'Investisseur, véritable introduction à la bourse et à l'épargne qui est disponible sur votre site Boursorama Banque sous la rubrique «Aide/Formation».
Définissez ensuite votre profil d'investisseur (prudent, équilibré, dynamique) et vos objectifs (durée de placement, rentabilité …). Ce constat vous permettra de vous orienter vers les produits et les marchés qui vous sont le mieux adaptés.

Pensez à vos besoins de liquidité
Adaptez votre durée de placement (1 mois, 1 an, 5 ans, …) à vos besoins de liquidités (projets, impôts …) et en tout état de cause, n'investissez pas en Bourse une partie trop importante de votre patrimoine.

La composition de votre portefeuille
Etudiez la composition de votre portefeuille : diversifiez vos placements afin de réduire au maximum le risque inhérent à un support ou à un secteur en particulier et n'investissez pas dans les produits optionnels (warrants, certificats), fortement risqués, si votre portefeuille n'est pas suffisamment important.

Connaître la vie des Sociétés
Renseignez-vous sur la société au sein de laquelle vous envisagez d'investir (actualités, santé financière, opérations à venir, …).

Agir en connaissance de cause
Soyez conscient des risques auxquels vous êtes exposés : de fait, si certains produits (actions volatiles, warrants, certificats, future…) ou certains modes d'investissement (Service de Règlement Différé) augmentent les espérances de gain, ils accroissent aussi fortement le risque de perte (totale). Ainsi, une connaissance technique préalable approfondie est requise, c'est pourquoi nous conseillons aux néophytes de s'écarter de ce type de produits.

Des risques différents selon les marchés
Prenez connaissance des caractéristiques des marchés sur lesquels vous allez investir : vous êtes confrontés à un risque variable (liquidité, volatilité, niveau d'information, change…) selon les marchés sur lesquels vous décidez d'intervenir (Premier Marché, Second Marché, Nouveau marché, Marché Libre, Marché étranger…).

Figez vos pertes
Enfin, la règle d'or à retenir est de savoir figer ses pertes : à vous de définir le montant de perte acceptable dès le début et une fois ce niveau atteint agissez en conséquence.

En appliquant ces quelques règles de bonnes conduite vous serez à même de mieux appréhender votre risque lorsque vous allez investir sur les Marchés

Un ensemble de cours complets sur la Bourse est également mis à votre disposition gratuitement et que vous pouvez retrouver sur votre site Boursorama Banque dans la rubrique «Aide/Formation». Si des questions resteraient en suspend, n'hésitez pas à contacter votre agence qui est à votre disposition.

Cordialement,
L'équipe de Boursorama Banque.