Bienvenue sur le nouveau Boursorama. Découvrez tout ce qui a changé
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Une visite d'Etat aux accents "2.0" pour Hollande aux Etats-Unis

Reuters10/02/2014 à 08:41

HOLLANDE ATTENDU AUX ÉTATS-UNIS POUR UN VISITE D'ÉTAT

par Julien Ponthus

PARIS (Reuters) - François Hollande entame ce lundi un périple de trois jours aux Etats-Unis qui le conduira du bureau ovale de la Maison Blanche à San Francisco, où il rencontrera les dirigeants des géants de l'internet américain comme Google, Twitter ou Facebook.

Premier dirigeant français depuis Jacques Chirac en 1996 à se voir accorder les honneurs d'une visite d'Etat, le président français compte effectuer à Washington, lundi et mardi, un tour d'horizon diplomatique complet avec Barack Obama tout en sacrifiant à un programme protocolaire très chargé.

Les négociations en cours pour mettre un terme à la guerre civile en Syrie -"un des sujets bilatéraux permanents de préoccupation et de dialogue" selon l'Elysée- devraient être, avec le programme nucléaire iranien, au coeur de leurs entretiens.

François Hollande profitera aussi de son tête-à-tête avec le président américain pour évoquer la coopération américaine aux opérations françaises en Centrafrique et au Mali.

La crise politique ukrainienne devrait aussi être abordée, l'occasion pour Barack Obama de s'expliquer sur le peu diplomatique "que l'UE aille se faire foutre", proféré sur ce sujet par la secrétaire d'Etat adjointe Victoria Nuland lors d'une conversation enregistrée à son insu.

Une conférence de presse commune prévue à midi, mardi, permettra aux deux hommes de faire le point sur leurs échanges.

La Maison Blanche, qui ne réserve qu'à une poignée de chefs d'Etat le faste d'une telle visite, a préparé un programme censé illustrer les liens d'amitié qu'entretiennent les Etats-Unis avec leur allié bicentenaire.

UN CÉLIBATAIRE À LA MAISON BLANCHE

François Hollande embarquera ainsi lundi à bord de l'"Air Force One" du président américain pour la Virginie où les deux hommes visiteront le domaine de Monticello, l'ancienne demeure de Thomas Jefferson, troisième président des Etats-Unis et ambassadeur en France de 1785 à 1789.

Alors que la France s'apprête à célébrer le 70e anniversaire du débarquement de Normandie auquel est invité en juin Barack Obama, la mémoire de la Seconde Guerre mondiale sera honorée avec une cérémonie de décorations de vétérans.

Point d'orgue des festivités, un dîner d'Etat à la Maison Blanche auquel le président assistera en célibataire après sa séparation d'avec Valérie Trierweiler, une actualité dont la presse américaine s'est délectée.

Seul bémol à la visite, François Hollande ne fera pas de discours devant le Congrès, un exercice pourtant traditionnel mais écarté officiellement pour cause d'agenda.

Le volet économique du déplacement débutera mardi à Washington avec une rencontre de grands patrons américains comme Zein Abdalla, président du conglomérat agroalimentaire Pepsico ou Ellen Kulman, directrice générale du groupe chimique américain DuPont.

Il se poursuivra mercredi à San Francisco, où François Mitterrand fit étape en 1984.

Accompagné d'entrepreneurs comme Frédéric Mazzella, fondateur du site de covoiturage Blablacar ou Vincent Ricordeau du site de financement participatif Kisskissbankbank, François Hollande tentera de faire passer le message que la France n'est pas l'enfer fiscal et administratif dont elle a parfois la réputation.

Si le chef de l'Etat a commencé son quinquennat avec un conflit avec les entrepreneurs "pigeons", qui l'accusaient de faire fuir les créateurs d'entreprises, il s'est depuis lancé dans une opération de séduction envers les jeunes entrepreneurs.

Il s'est ainsi fixé l'ambition de faire de la France une "start-up république", sur le modèle d'Israël, surnommé la "start-up nation" pour son vivier d'entrepreneurs.

"START-UP REPUBLIQUE"

François Hollande déjeunera avec la présidente de Mozilla, Winifred Baker, le fondateur de Twitter Jack Dorsey, Sheryl Sandberg de Facebook et Eric Schmidt, le président exécutif du moteur de recherche Google auquel le fisc français réclamerait un milliard d'euros, selon des informations de presse.

François Hollande pourrait s'expliquer à cette occasion sur son plaidoyer pour une harmonisation mondiale des pratiques fiscales afin d'empêcher l'optimisation agressive pratiquée sur une vaste échelle par certains géants de l'économie numérique.

Le Conseil national du numérique estime qu'en France, pour des revenus compris entre 2,5 et 3 milliards d'euros par an, quatre des plus grandes entreprises de l'économie numérique ne versent que quatre millions d'euros d'impôt sur les sociétés au lieu des 500 millions d'euros dont elles seraient en principe redevables.

François Hollande visitera dans l'après-midi, avec le maire de San Francisco, le "US French Tech Hub", un lieu qui se veut une vitrine des sociétés innovantes françaises comme Sculpteo, qui propose des services d'impression en 3D, ou Carmat, rendue célèbre pour son coeur artificiel implanté avec succès sur un patient français.

Les Risques en Bourse

Fermer

Note d'information importante

Chère Cliente, Cher Client,

Nous souhaitons vous donner quelques règles à suivre pour investir dans les meilleures conditions et vous présenter les risques potentiels auxquels vous êtes susceptibles d'être exposés.

Vos connaissances, Votre profil d'investisseur
Tout d'abord évaluez vos connaissances boursières et financières et formez-vous en consultant le Guide de l'Investisseur, véritable introduction à la bourse et à l'épargne qui est disponible sur votre site Boursorama Banque sous la rubrique «Aide/Formation».
Définissez ensuite votre profil d'investisseur (prudent, équilibré, dynamique) et vos objectifs (durée de placement, rentabilité …). Ce constat vous permettra de vous orienter vers les produits et les marchés qui vous sont le mieux adaptés.

Pensez à vos besoins de liquidité
Adaptez votre durée de placement (1 mois, 1 an, 5 ans, …) à vos besoins de liquidités (projets, impôts …) et en tout état de cause, n'investissez pas en Bourse une partie trop importante de votre patrimoine.

La composition de votre portefeuille
Etudiez la composition de votre portefeuille : diversifiez vos placements afin de réduire au maximum le risque inhérent à un support ou à un secteur en particulier et n'investissez pas dans les produits optionnels (warrants, certificats), fortement risqués, si votre portefeuille n'est pas suffisamment important.

Connaître la vie des Sociétés
Renseignez-vous sur la société au sein de laquelle vous envisagez d'investir (actualités, santé financière, opérations à venir, …).

Agir en connaissance de cause
Soyez conscient des risques auxquels vous êtes exposés : de fait, si certains produits (actions volatiles, warrants, certificats, future…) ou certains modes d'investissement (Service de Règlement Différé) augmentent les espérances de gain, ils accroissent aussi fortement le risque de perte (totale). Ainsi, une connaissance technique préalable approfondie est requise, c'est pourquoi nous conseillons aux néophytes de s'écarter de ce type de produits.

Des risques différents selon les marchés
Prenez connaissance des caractéristiques des marchés sur lesquels vous allez investir : vous êtes confrontés à un risque variable (liquidité, volatilité, niveau d'information, change…) selon les marchés sur lesquels vous décidez d'intervenir (Premier Marché, Second Marché, Nouveau marché, Marché Libre, Marché étranger…).

Figez vos pertes
Enfin, la règle d'or à retenir est de savoir figer ses pertes : à vous de définir le montant de perte acceptable dès le début et une fois ce niveau atteint agissez en conséquence.

En appliquant ces quelques règles de bonnes conduite vous serez à même de mieux appréhender votre risque lorsque vous allez investir sur les Marchés

Un ensemble de cours complets sur la Bourse est également mis à votre disposition gratuitement et que vous pouvez retrouver sur votre site Boursorama Banque dans la rubrique «Aide/Formation». Si des questions resteraient en suspend, n'hésitez pas à contacter votre agence qui est à votre disposition.

Cordialement,
L'équipe de Boursorama Banque.