Bienvenue sur le nouveau Boursorama. Découvrez tout ce qui a changé
  1. Aide
    1. Espace client
    2. Connexion
Accès membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Une "Semaine sans pesticide" en France, toujours aussi accro

RelaxNews18/03/2013 à 11:17

Buquet/shutterstock.com

(AFP) - La France a bien du mal à se passer des pesticides, dans l'agriculture qui en consomme plus de 90%, mais aussi, plus étonnant, jusque dans les cimetières de Paris devenus les derniers bastions du tout chimique face aux herbes folles.

Et pour la huitième année, la "Semaine pour les alternatives aux pesticides", du 20 au 30 mars, coordonnée par l'ONG Générations futures, et soutenue par l'Union nationale de l'Apiculture Française ou encore l'Association des Maires de France, veut inverser la tendance.

L'utilisation de pesticides (herbicides, fongicides et insecticides) en France, premier pays consommateur en Europe, a augmenté de 2,5% en 2011. Une hausse à contre-courant du plan Ecophyto, lancé en 2008, qui entend en diviser par deux l'usage d'ici 2018.

"L'objectif est ambitieux, mais ce plan ne fonctionne pas", souligne le président de Générations Futures, François Veillerette. "J'espère que ce sera la Semaine qui marquera le passage des paroles aux actes", ajoute-t-il lors d'une présentation à Paris.

Ateliers de jardinage, conférences, repas bio... plus de 700 évènements sont programmés en France, mais aussi dans 15 autres pays, durant la période de reprise des épandages de pesticides.

À l'heure où les études se multiplient sur les maladies (respiratoires, troubles neurologiques, cancers....) auxquelles sont exposés les agriculteurs - notamment les viticulteurs - et les impacts négatifs sur les abeilles, l'idée est de montrer qu"'on peut faire avec beaucoup moins de pesticides, voire plus du tout", insiste François Veillerette.

Plus de 90% des produits phytosanitaires sont utilisés dans l'agriculture, le reste se partageant entre les usages collectifs comme les voies ferrées et les jardiniers amateurs.

Un "problème avec les cimetières"

Avec l'agriculture bio, "il y a plus d'un million d'hectares sans produits chimiques de synthèse (4,5% des fermes françaises, NDLR)", rappelle le délégué général de la Fédération Nationale d'Agriculture Biologique (FNAB), Julien Adda.

Mais le nombre de conversions des agriculteurs au bio, 26.000 entre 2008 et 2011, "stagne", déplore-t-il, appelant le gouvernement à faire passer la part du bio de 2% à 20% dans les cantines pour créer un "appel d'air".

Le ministre de l'Agriculture, Stephane Le Foll, qui veut impulser une mutation écologique du monde agricole, réfléchit notamment à une fiscalité incitative pour réduire les pesticides.

Les villes se sont également mise au diapason avec, depuis des années, nombre de municipalités moyennes ou grandes qui ont adopté un objectif "zéro phyto". Au désherbage, elles préfèrent par exemple le paillage au pied des arbres pour empêcher l'apparition des mauvaises herbes.

À Paris, partenaire officiel de la Semaine, la quantité de pesticides achetés a diminué de plus de 90% depuis 2001, sauf dans les cimetières où 600 kg d'herbicides ont encore été déversés en 2012.

"On a un problème avec les cimetières", reconnaît Fabienne Giboudeaux, l'adjointe au maire de Paris chargée des espaces verts. "Il faudrait dix fois plus de personnes" pour désherber à la main entre les tombes, explique-t-elle à l'AFP. Et dans le même temps, "laisser pousser l'herbe est souvent vu comme irrespectueux" de la mémoire des défunts.

Aussi, depuis deux ans, Paris tente de "changer le regard" sur le cimetière pour en finir avec le marbre, les gravillons et les pots de chrysanthème. "J'ai demandé de planter des prairies, avec des espèces indigènes, dans certaines parties des cimetières", explique Mme Giboudeaux. "On va y arriver, mais doucement".

En attendant, l'ONG Agir pour l'Environnement appelle le gouvernement à prendre un certain nombre de mesures: agriculture biologique obligatoire autour des captages d'eau potable, interdiction de la vente des pesticides aux particuliers ou encore instauration d'une norme limitant la présence des pesticides dans l'air.

cls/fa/ed/mml


Les Risques en Bourse

Fermer

Note d'information importante

Chère Cliente, Cher Client,

Nous souhaitons vous donner quelques règles à suivre pour investir dans les meilleures conditions et vous présenter les risques potentiels auxquels vous êtes susceptibles d'être exposés.

Vos connaissances, Votre profil d'investisseur
Tout d'abord évaluez vos connaissances boursières et financières et formez-vous en consultant le Guide de l'Investisseur, véritable introduction à la bourse et à l'épargne qui est disponible sur votre site Boursorama Banque sous la rubrique «Aide/Formation».
Définissez ensuite votre profil d'investisseur (prudent, équilibré, dynamique) et vos objectifs (durée de placement, rentabilité …). Ce constat vous permettra de vous orienter vers les produits et les marchés qui vous sont le mieux adaptés.

Pensez à vos besoins de liquidité
Adaptez votre durée de placement (1 mois, 1 an, 5 ans, …) à vos besoins de liquidités (projets, impôts …) et en tout état de cause, n'investissez pas en Bourse une partie trop importante de votre patrimoine.

La composition de votre portefeuille
Etudiez la composition de votre portefeuille : diversifiez vos placements afin de réduire au maximum le risque inhérent à un support ou à un secteur en particulier et n'investissez pas dans les produits optionnels (warrants, certificats), fortement risqués, si votre portefeuille n'est pas suffisamment important.

Connaître la vie des Sociétés
Renseignez-vous sur la société au sein de laquelle vous envisagez d'investir (actualités, santé financière, opérations à venir, …).

Agir en connaissance de cause
Soyez conscient des risques auxquels vous êtes exposés : de fait, si certains produits (actions volatiles, warrants, certificats, future…) ou certains modes d'investissement (Service de Règlement Différé) augmentent les espérances de gain, ils accroissent aussi fortement le risque de perte (totale). Ainsi, une connaissance technique préalable approfondie est requise, c'est pourquoi nous conseillons aux néophytes de s'écarter de ce type de produits.

Des risques différents selon les marchés
Prenez connaissance des caractéristiques des marchés sur lesquels vous allez investir : vous êtes confrontés à un risque variable (liquidité, volatilité, niveau d'information, change…) selon les marchés sur lesquels vous décidez d'intervenir (Premier Marché, Second Marché, Nouveau marché, Marché Libre, Marché étranger…).

Figez vos pertes
Enfin, la règle d'or à retenir est de savoir figer ses pertes : à vous de définir le montant de perte acceptable dès le début et une fois ce niveau atteint agissez en conséquence.

En appliquant ces quelques règles de bonnes conduite vous serez à même de mieux appréhender votre risque lorsque vous allez investir sur les Marchés

Un ensemble de cours complets sur la Bourse est également mis à votre disposition gratuitement et que vous pouvez retrouver sur votre site Boursorama Banque dans la rubrique «Aide/Formation». Si des questions resteraient en suspend, n'hésitez pas à contacter votre agence qui est à votre disposition.

Cordialement,
L'équipe de Boursorama Banque.