1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Une publicité pour un hamburger montrant un homme frapper une femme fait scandale en Belgique
Le Monde10/10/2019 à 07:00

Une société néerlandaise avait choisi le dessin d'un homme frappant une femme pour promouvoir son hamburger-phare en Belgique. Elle l'a retiré au bout de quelques heures.

Elle n'a pas rapporté le bon hamburger à son cher et tendre et reçoit, dès lors, un coup de poing en plein visage : cette case de bande dessinée, imaginée pour une campagne publicitaire, a suscité un véritable tollé en Belgique.

Visiblement hermétique tant au phénomène #metoo qu'aux informations sur le féminicide (38 cas en Belgique, l'an dernier) et les violences faites aux femmes, la société néerlandaise qui produit le Bicky, produit phare des friteries belges, n'avait, semble-t-il, pas mesuré l'ampleur de la colère qu'allait déclencher son image. Celle d'un homme en costume et à la mâchoire carrée s'exclamant « Sérieux ? Un faux Bicky ! » et expédiant au tapis une jeune femme.

GoodLife Foods, une société basée à Breda, s'est paraît-il entourée d'une agence dont elle préfère taire le nom pour cette campagne désastreuse. Elle a posté l'image sur sa page Facebook et l'a promptement retirée une dizaine d'heures plus tard, après une vague de protestations sur les réseaux sociaux. Tentant d'abord de faire croire qu'elle voulait surtout dénoncer les imitations de son burger, la firme a présenté excuses et regrets et sa « compréhension pour le débat survenu dans les médias ».

« Nous avons posé les mauvais choix », a indiqué un responsable de la firme, qui affirme désormais vouloir clore la polémique et poser « des actes positifs ». Dont une aide aux institutions qui luttent contre les violences. Hypocrite ? C'est l'avis de beaucoup de monde. Et un rapide coup d'œil sur des campagnes antérieures du fabricant indique d'ailleurs que, moins brutales sans doute, elles dégagent quand même un fort parfum de machisme.

... Retrouvez cet article sur LeMonde.fr

0 commentaire

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

Signaler le commentaire

Fermer

Les Risques en Bourse

Fermer