1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Une photographe française accuse Roman Polanski de l'avoir violée en 1975
Le Monde08/11/2019 à 21:36

Dans une enquête du « Parisien », Valentine Monnier dit avoir été frappée et violée par le cinéaste lorsqu'elle avait 18 ans. Celui-ci conteste cette accusation.

C'est la sortie au cinéma du film J'accuse, consacré à l'affaire Dreyfus, de Roman Polanski, qui l'a décidée à parler. La photographe française Valentine Monnier a affirmé au Parisien que le cinéaste l'avait violée en 1975, une information que le quotidien explique avoir vérifiée auprès de plusieurs témoins. Dans un texte publié par le journal, elle raconte :

« En 1975, j'ai été violée par Roman Polanski. Je n'avais aucun lien avec lui, ni personnel ni professionnel, et le connaissais à peine. (...) Ce fut d'une extrême violence, après une descente de ski, dans son chalet, à Gstaad [Suisse]. Il me frappa, me roua de coups jusqu'à ma reddition puis me viola en me faisant subir toutes les vicissitudes. Je venais d'avoir 18 ans et ma première relation seulement quelques mois auparavant. Je crus mourir. »

Les faits, qui sont aujourd'hui prescrits, se seraient déroulés dans le chalet du cinéaste à Gstaad, en Suisse. La Française, qui fut mannequin et actrice dans quelques films, n'a jamais déposé plainte.

Dans J'accuse, qui sort mercredi en France, Roman Polanski met en scène l'une des erreurs judiciaires les plus célèbres de l'histoire française ; dans une interview, il a dressé un parallèle avec l'acharnement dont il estime être victime, alors qu'il est poursuivi par la justice américaine depuis 1977 pour avoir violé une mineure de 13 ans. Et Valentine Monnier de s'interroger :

« Est-ce tenable, sous prétexte d'un film, sous couvert de l'histoire, d'entendre dire "J'accuse" par celui qui vous a marquée au fer, alors qu'il vous est interdit, à vous, victime, de l'accuser ? »
... Retrouvez cet article sur LeMonde.fr

0 commentaire

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

Signaler le commentaire

Fermer

Les Risques en Bourse

Fermer