1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Votre compte a été clôturé.

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

« Une partie de l'électorat de Macron est restée fidèle au programme de Fillon »
Le Point08/12/2019 à 07:35

Ah ! Si Alain Juppé avait connu le vélib et le télétravail en 1995? C'est vrai, ce 5 décembre 2019, la France n'a pas été bloquée. Les transports n'ont pas fonctionné, mais les Français ont su s'organiser et trouver des alternatives. Et l'affrontement ? La rue contre le pouvoir, le pouvoir contre la rue et l'usager loin de cette mêlée médiatico-politique. Qu'on est loin, pour l'instant, du décembre noir de 1995? Et pourtant : un Premier ministre juppéiste, un président distant, des syndicalistes bien organisés et des vacances de Noël qui arrivent. Vite. Des similitudes qui n'échappent pas à l'ancien directeur du cabinet adjoint d'Alain Juppé en 1995, Patrick Stefanini. Mais cette réforme des retraites cache quelque chose de plus profond pour celui qui fut, il y a peu, directeur de campagne de François Fillon : le décrochage de la classe moyenne française. Entretien.Le Point : Alors que les mouvements sociaux ont commencé, on agite le chiffon de 1995. L'analogie est-elle pertinente ?Patrick Stefanini : Il y a évidemment des éléments de similitudes. Les syndicats ont parfaitement joué le coup : nous sommes début décembre et les vacances de Noël arrivent vite, dans quinze jours. Le départ pour les fêtes ou le ski, c'est le 20 décembre, et il faudra bien que les trains circulent. Les syndicats peuvent donc maintenir la pression. Ce qui avait mis le feu aux poudres en 1995, c'est l'annonce par Juppé, alors qu'il avait préparé...

Lire la suite sur LePoint.fr

0 commentaire

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

Signaler le commentaire

Fermer

Les Risques en Bourse

Fermer