1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Conserver cet article pour le lire plus tard

Fermer

Ce service est réservé aux clients et membres de Boursorama.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

Une ouvrière de Lactalis : «Ça devait arriver»

Le Parisien14/02/2018 à 21:39

Une ouvrière de Lactalis : «Ça devait arriver»

On l'appellera Mélodie*. Cette jeune femme, qui ne travaille plus aujourd'hui chez Lactalis, a été intérimaire pendant plusieurs mois, en 2016, dans l'usine de Craon (Mayenne) où elle gagnait jusqu'à « 1 200 € net en trois semaines ». « Ici, dès qu'on cherche un boulot, on frappe à la porte de l'entreprise », raconte-t-elle. Depuis fin décembre, des traces de salmonelle retrouvées dans l'usine ont intoxiqué 38 nourrissons, provoquant un scandale inédit. La même bactérie avait déjà été décelée sur le site en 2005 alors que le groupe laitier n'en était pas propriétaire et elle est réapparue après des travaux début 2017.

Selon Mélodie, de gros problèmes de propreté existent sur le site, fermé jusqu'à nouvel ordre. Malgré la peur d'être reconnue à Craon, une petite ville où chacun se connaît, elle a accepté de se confier sur les conditions de production du lait infantile. « Je culpabilise un peu, je suis aussi maman ». Mais également pour que les intérimaires, nombreux dans l'usine, « soient plus conscients des protocoles d'hygiène et mieux formés ». Joint, Lactalis dit « condamner ces accusations : les règles de propreté sont notre préoccupation au quotidien et notre métier ».

Quelle était votre mission chez Lactalis ?

Mélodie. Je travaillais à la chaîne, surtout la nuit de 21 heures à 5 heures. Je mettais les cuillères doseuses entre deux sachets de lait en poudre, une fois que la machine les avait fermés. Ils tombaient ensuite dans des boîtes prêtes à être vendues. Je faisais la même chose avec « Picolite », les solutions de réhydratation en cas de diarrhée du nourrisson. J'ai également travaillé dans la partie fromagerie.

Que retenez-vous de cette expérience ?

Les problèmes d'hygiène. Un jour, je cherchais une balayette pour enlever les résidus de poudre de lait dans les tuyaux des machines. Et là, un intérimaire m'a dit : « Prends celle pour ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr

0 commentaire

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

Signaler le commentaire

Fermer

Les Risques en Bourse

Fermer