Activer le contraste adaptéDésactiver le contraste adapté
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Votre compte a été clôturé.

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Pour des raisons de sécurité et pour continuer à accéder à votre espace membre, nous vous remercions de bien vouloir valider votre compte membre en cliquant sur le lien suivant : Je valide mon compte membre
Vous allez recevoir un email à l'adresse indiquée lorsque vous aviez créé votre compte.
Cliquez ensuite sur le lien présent dans le mail. Vous pourrez alors de nouveau accéder à votre compte membre.
Si vous n'avez pas reçu cet email, contactez-nous

Un email de confirmation vient de vous être adressé.

  • 8 caractères minimum

  • 1 majuscule

  • 1 minuscule

  • 1 chiffre

  • 1 caractère spécial

  • Différent de votre pseudo

  • Les deux mots de passe sont identiques

Mot de passe oublié ?

Bénéficiez gratuitement de fonctionnalités et de services additionnels. Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Une nouvelle réforme des retraites "ne mettra pas de bonne humeur" les cheminots, prévient la CGT
Boursorama avec Media Services10/06/2021 à 11:47

Les cheminots "n'ont pas fait deux mois et demi de grève pour rien" à l'hiver 2019-20, a mis en garde le secrétaire général de la CGT-Cheminots.

Le secrétaire général de la CGT Philippe Martinez (au centre) et le secrétaire général de la CGT-Cheminots Laurent Brun (à droite) en mai 2018. ( AFP / FRANCOIS GUILLOT )

Le secrétaire général de la CGT Philippe Martinez (au centre) et le secrétaire général de la CGT-Cheminots Laurent Brun (à droite) en mai 2018. ( AFP / FRANCOIS GUILLOT )

Alors que le flou demeure quant à une remise en chantier de la réforme des retraites avant la fin du quinquennat d'Emmanuel Macron, la CGT-Cheminots a lancé un avertissement mercredi 9 juin : une nouvelle réforme "ne mettra pas de bonne humeur" les cheminots. "On a fait deux mois et demi de grève contre la précédente réforme. (...) Je pense que si on nous remet ça sur la table, ça ne va pas bien se passer , parce qu'on n'a pas fait deux mois et demi de grève pour rien (...) Ça ne nous mettra pas de bonne humeur", a lancé le secrétaire général de la CGT-Cheminots, Laurent Brun, lors d'une conférence de presse. 

"Nous sommes très contents que le système (de retraite) par points ait été mis à la poubelle", mais "les mesures d'âge qui sont annoncées sont tout aussi scandaleuses", a-t-il jugé. " Est-ce que vraiment la réforme des retraites c'est la priorité ? Moi, je ne pense pas ", a-t-il poursuivi. Le ministre de l'Économie, Bruno Le Maire, "ferait mieux de s'occuper" de "la relance industrielle" et des emplois, "plutôt que de nous rabâcher les vieilles antiennes : 'il faut travailler plus'...", a-t-il jugé.

Quant au climat social à la SNCF, il y a "un très gros mécontentement dans l'entreprise ", a rapporté Laurent Brun. Le Covid-19 "a mis l'étouffoir sur des revendications et de la colère qui étaient extrêmement présentes" avant la crise sanitaire et "nous sommes aujourd'hui très clairement sur le sentier de la guerre", a-t-il affirmé. "Ce seront les cheminots" qui décideront s'il y a grève, mais "les restructurations dans l'entreprise continuent à avancer (...), le mécontentement grandit, les promesses ne sont pas tenues, le système est de plus en plus inefficace. Il est probable qu'on soit contraint de retourner à un conflit (social), ce n'est pas impossible", a-t-il considéré.

La CGT-Cheminots organise d'ailleurs le 22 juin prochain un "rassemblement national" devant le siège de la SNCF, à Saint-Denis (Seine-Saint-Denis), a indiqué Laurent Brun, "pour porter nos revendications sur le cadre social auprès de la direction", alors que la réforme ferroviaire a ouvert à la concurrence le transport ferroviaire de voyageurs et arrêté les embauches au statut de cheminot. La SNCF et "les entreprises privées" du secteur ferroviaire sont "en train de réduire les acquis" des salariés, a-t-il protesté. "Nous ne nous laisserons pas tondre la laine sur le dos par rapport à la mise en concurrence", a-t-il averti.

En déplacement dans le Lot la semaine dernière, Emmanuel Macron avait expliqué que "rien n'était exclu" sur le dossier des retraites, mais que la réforme "très ambitieuse" présentée en 2019 ne pourrait pas être "reprise en l'état". Le chef de l'Etat a ajouté mardi, lors de son déplacement dans la Drôme, que cette réforme n'était "pas la priorité du moment" . La priorité, c'est "l'emploi et la reconquête industrielle" , a-t-il martelé. Selon une source gouvernementale, le chef de l'Etat devrait donner plus de détails sur ses intentions quant à la réforme début juillet, avec probablement le lancement d'un sommet social.

A l'instar de la CGT-Cheminots, les différents syndicats ont mis en garde ces derniers jours le gouvernement contre l'adoption avant 2022 d'une réforme des retraites, sujet "explosif" s'il en est. 

11 commentaires

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

  • 445566ZM
    10 juin17:48

    Avez-vous déjà oublié ? Cette réforme était pratiquement achevé, mais suspendue à cause de l 'épidémie.Les syndicalistes nous ont infligé des semaines de grèves, sommes-nous obligé de supporter, à nouveau, des grèves des syndicats ? Incroyable.

    Signaler un abus

Voir plus de commentaires

Signaler le commentaire

Fermer

Les Risques en Bourse

Fermer