1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Une nouvelle entité pour l'islam, bisbilles au CFCM
Reuters12/04/2019 à 16:18

UNE NOUVELLE ENTITÉ POUR L'ISLAM, BISBILLES AU CFCM

par Danielle Rouquié

PARIS (Reuters) - Un organisme à deux têtes vient de naître pour promouvoir un islam de France "indépendant", rival potentiel du très officiel Conseil français du culte musulman (CFCM) en mal de représentativité mais pour l'heure seul interlocuteur de l'Etat.

L'Association musulmane pour l'islam de France (Amif), contre-projet du consultant Hakim El Karoui au CFCM, a déposé ses statuts vendredi 5 avril en préfecture de Paris.

Hakim El Karoui avait présenté l'Amif à Emmanuel Macron au lendemain de l'attentat islamiste du 14 juillet 2016 à Nice, alors que le président était encore ministre de l'Economie. Les deux hommes se sont connus à la banque d'affaires Rothschild.

Trois ans et moult tergiversations plus tard, ce sont finalement deux Amif qui sont créées. L'Amif, association cultuelle "loi de 1905", contribuera à la formation et à la rémunération des imams et à la construction de mosquées dans une optique d'indépendance vis-à-vis des Etats étrangers.

"L'Amif - Chapitre culturel", qui veut lutter contre la radicalisation en se servant notamment d'internet, a pour but ultime de servir de caisse de financement à la première.

Cette caisse espère elle-même se financer en obtenant le statut de régulateur officiel des agences de voyage qui organisent le pèlerinage à la Mecque, en Arabie saoudite, et en percevant à ce titre une rémunération.

"C'est la clé qui permet de mettre en marche sérieusement l'Amif", indique Hakim El Karoui, son président, dans un échange de mails avec Reuters. Il qualifie les "contacts préliminaires" avec l'Arabie saoudite d'encourageants, sans autre précision. 

L'Amif cultuelle, présidée par le médiatique imam de la mosquée de Bordeaux, Tareq Oubrou, travaille à la création d'un Conseil national des imams de France (Cnif) pour participer à la formation des religieux musulmans, défendre leurs droits et aider à l'avènement d'un islam de France, explique son vice-président Mohamed Bajrafil, imam de la mosquée d'Ivry-sur-Seine.

Une charte de l'imam est en cours d'élaboration.

"MOSQUÉES INDIFFÉRENTES"

Dans le "camp" adverse, le CFCM a fini par voter la réforme de ses statuts dimanche 7 avril malgré un "désaccord profond" avec l'Union des mosquées de France (UMF), selon les termes du président de cette dernière, Mohammed Moussaoui.

Cette organisation dissidente créée en 2013 par un ancien président du CFCM aurait voulu, en vue des prochaines élections, une "vraie consultation des musulmans de France via la départementalisation". L'UMF revendique 700 mosquées affiliées.

Des conseils départementaux du culte musulman (CDCM), qui regrouperont les mosquées locales, ont certes été entérinés dimanche pour rapprocher l'instance officielle des fidèles sur le terrain, mais ce seront des entités "informelles".

Les élections continueront à se faire au niveau de la région via les Conseil régionaux du culte musulman.

"On est très loin de la demande formulée par les 3.000 participants" aux assises territoriales de l'islam organisées par les préfectures l'été dernier", déplore Mohammed Moussaoui dans un communiqué publié mercredi.

"Le bureau du CFCM prend la lourde responsabilité de creuser davantage le fossé qui sépare déjà l'institution représentative du culte musulman de ceux qu'elle est censée servir", dit-il.

CALENDRIER ÉLECTORAL

La présidence tournante du CFCM instituée il y a six ans, qui échoit à tour de rôle aux fédérations arrivées en tête des élections (en l'espèce Maroc, Algérie, Turquie) est maintenue.

Les élections au CFCM, prévues fin juin avec la fin du mandat du président actuel Ahmet Ogras, dont la fédération est proche de la Turquie, ont été reportées, officiellement en raison de la survenue du ramadan puis du pèlerinage à La Mecque.

Un calendrier électoral devrait être arrêté le 16 juin lors d'un conseil d'administration. Comme un préavis de trois mois est nécessaire pour organiser les élections, elles ne devraient pas avoir lieu avant la mi-septembre, voire octobre.

Pour rallier des mosquées indifférentes, le CFCM a décidé dimanche de ne plus rendre obligatoire la participation aux élections. L'adhésion aux grands textes de référence suffira.

Il s'agit de "rétablir le contact avec l'ensemble des mosquées de France", reconnaît Anouar Kbibech, vice-président du CFCM et président du Rassemblement des musulmans de France (RMF), proche du Maroc.

Quelque 900 mosquées sur les 2.500 de France ont participé aux dernières élections en 2013.

(Edité par Yves Clarisse)

2 commentaires

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

  • YTRAM
    12 avril18:13

    Voir Zineb el Rhasoui sur you tube

    Signaler un abus

  • jamesw
    12 avril16:56

    et tout cela dans la france de saint louis

    Signaler un abus

Signaler le commentaire

Fermer

Les Risques en Bourse

Fermer