Bienvenue sur le nouveau Boursorama. Découvrez tout ce qui a changé
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Une note de police sur les Roms rectifiée à Paris

Reuters15/04/2014 à 21:44

UNE NOTE DE POLICE SUR LES ROMS RECTIFIÉE

PARIS (Reuters) - Une note interne au commissariat du VIe arrondissement de Paris demandant de "localiser" et d'"évincer systématiquement" les familles Roms vivant dans la rue a été "rectifiée", annonce mardi le ministre de l'Intérieur.

Ce document, révélé par Le Parisien, a provoqué un tollé chez les associations de lutte contre le racisme, alors que le porte-parole du gouvernement, Stéphane Le Foll, a déclaré qu'il fallait chercher à "faire retourner (les Roms) d'où ils viennent, en Roumanie ou en Bulgarie, et éviter qu'il y en ait qui reviennent ou qui viennent".

"La consigne interne au commissariat du VIe arrondissement de Paris publiée dans la presse ce matin a été rectifiée", déclare Bernard Cazeneuve dans un communiqué, sans donner davantage de détails.

"Aucun contrôle de police ne peut être effectué en ciblant une personne en fonction d'une nationalité réelle ou supposée", rappelle-t-il.

Le maire UMP du VIe arrondissement, Jean-Pierre Lecoq, défendait la "vocation sociale" de cette note destinée selon lui à empêcher que de jeunes enfants, voire des nourrissons, dorment dans la rue.

Mais pour SOS Racisme, cette consigne, dans un contexte de discriminations à l'encontre des Roms en Europe, relève de véritables "dérives antirépublicaines."

"C'est une violence de plus à l'endroit des populations Roms, et/ou supposées Roms, déjà victimes en France et sur l'ensemble du continent européen d'un niveau de stigmatisation au-delà de l'inquiétant", écrit-elle dans un communiqué.

Le Syndicat de la magistrature, classé à gauche, dénonce également "la stigmatisation quotidienne de certaines catégories de population, reléguées au rang de sous-citoyens de l'Europe, et le traitement indigne et discriminatoire dont elles font l'objet en France."

CIRCULAIRE DU 26 AOÛT 2012

La politique du gouvernement français, qui a procédé en 2013 à 21.537 évacuations hors de campements Roms - soit deux fois plus qu'en 2012, selon un rapport de la Ligue des droits de l'Homme (LDH) et l'European Roma Rights Center (ERRC) - se fonde sur une circulaire du 26 août 2012.

Fruit d'un compromis gouvernemental, celle-ci demande aux préfets d'anticiper et d'accompagner les démantèlements des "campements illicites", notamment en cherchant des solutions de relogement et en procédant à un diagnostic social.

Mais les associations de terrain, qui avaient salué sa publication, dressent un bilan amer de son application.

Le précédent gouvernement socialiste s'est déchiré en septembre dernier sur la question des Roms, à la suite de propos de Manuel Valls, aujourd'hui Premier ministre.

Alors ministre de l'Intérieur, celui-ci avait estimé que les Roms avaient vocation à retourner en Roumanie ou en Bulgarie, leurs pays d'origine, jugeant leur mode de vie en "confrontation" avec celui des Français. Des propos critiqués par la commissaire européenne à la Justice, Viviane Reding.

Stéphane Le Foll s'est pourtant inscrit mardi sur RTL dans cette ligne, plaidant pour "une politique de fermeté qui doit garder sa dimension humaine".

"L?objectif, c?est d?éviter que des gens qui, dans la capitale, parce qu?ils sont dans une situation de difficulté et de pauvreté, finissent par rendre tout le monde extrêmement nerveux et n?acceptent plus cette présence", a-t-il expliqué.

"On est obligé de réguler tout ça, d?être clairs sur tout ça, de ne pas considérer qu'il ne se passe rien".

Quelque 20.000 Roms, originaires de Bulgarie et de Roumanie, vivent en France, dont plus de la moitié en Ile-de-France.

La fréquence des violences à leur endroit a nettement augmenté en Europe, selon Amnesty International, qui dénonce en particulier le harcèlement policier dont ils seraient victimes en France.

(Chine Labbé, édité par Sophie Louet)

Les Risques en Bourse

Fermer

Note d'information importante

Chère Cliente, Cher Client,

Nous souhaitons vous donner quelques règles à suivre pour investir dans les meilleures conditions et vous présenter les risques potentiels auxquels vous êtes susceptibles d'être exposés.

Vos connaissances, Votre profil d'investisseur
Tout d'abord évaluez vos connaissances boursières et financières et formez-vous en consultant le Guide de l'Investisseur, véritable introduction à la bourse et à l'épargne qui est disponible sur votre site Boursorama Banque sous la rubrique «Aide/Formation».
Définissez ensuite votre profil d'investisseur (prudent, équilibré, dynamique) et vos objectifs (durée de placement, rentabilité …). Ce constat vous permettra de vous orienter vers les produits et les marchés qui vous sont le mieux adaptés.

Pensez à vos besoins de liquidité
Adaptez votre durée de placement (1 mois, 1 an, 5 ans, …) à vos besoins de liquidités (projets, impôts …) et en tout état de cause, n'investissez pas en Bourse une partie trop importante de votre patrimoine.

La composition de votre portefeuille
Etudiez la composition de votre portefeuille : diversifiez vos placements afin de réduire au maximum le risque inhérent à un support ou à un secteur en particulier et n'investissez pas dans les produits optionnels (warrants, certificats), fortement risqués, si votre portefeuille n'est pas suffisamment important.

Connaître la vie des Sociétés
Renseignez-vous sur la société au sein de laquelle vous envisagez d'investir (actualités, santé financière, opérations à venir, …).

Agir en connaissance de cause
Soyez conscient des risques auxquels vous êtes exposés : de fait, si certains produits (actions volatiles, warrants, certificats, future…) ou certains modes d'investissement (Service de Règlement Différé) augmentent les espérances de gain, ils accroissent aussi fortement le risque de perte (totale). Ainsi, une connaissance technique préalable approfondie est requise, c'est pourquoi nous conseillons aux néophytes de s'écarter de ce type de produits.

Des risques différents selon les marchés
Prenez connaissance des caractéristiques des marchés sur lesquels vous allez investir : vous êtes confrontés à un risque variable (liquidité, volatilité, niveau d'information, change…) selon les marchés sur lesquels vous décidez d'intervenir (Premier Marché, Second Marché, Nouveau marché, Marché Libre, Marché étranger…).

Figez vos pertes
Enfin, la règle d'or à retenir est de savoir figer ses pertes : à vous de définir le montant de perte acceptable dès le début et une fois ce niveau atteint agissez en conséquence.

En appliquant ces quelques règles de bonnes conduite vous serez à même de mieux appréhender votre risque lorsque vous allez investir sur les Marchés

Un ensemble de cours complets sur la Bourse est également mis à votre disposition gratuitement et que vous pouvez retrouver sur votre site Boursorama Banque dans la rubrique «Aide/Formation». Si des questions resteraient en suspend, n'hésitez pas à contacter votre agence qui est à votre disposition.

Cordialement,
L'équipe de Boursorama Banque.