Bienvenue sur le nouveau Boursorama. Découvrez tout ce qui a changé
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Une mission gouvernementale sur l'avenir de Florange

Reuters04/06/2012 à 16:54

Une mission gouvernementale sur l'avenir de Florange

PARIS (Reuters) - Le gouvernement français a annoncé lundi le lancement d'une mission d'expertise sur l'avenir du site sidérurgique menacé d'ArcelorMittal de Florange, en Moselle, dont les résultats seront examinés d'ici à fin juillet.

Une délégation syndicale d'ArcelorMittal a été reçue à l'Elysée par le président François Hollande et le ministre du Redressement productif, Arnaud Montebourg, qui va entamer une tournée européenne pour établir une stratégie commune face au géant sidérurgique indien.

"Nous demandons à ArcelorMittal de ne procéder à aucune décision qui remettrait en cause la viabilité du site de manière à ce que le gouvernement puisse -et je prendrai la décision dans les heures qui suivent- désigner une mission d'expertise indépendante sur les perspectives industrielles du site de Florange", a déclaré Arnaud Montebourg à la presse.

La mission "rendra son rapport dernier délai 30 juillet, dans deux mois. Elle consultera l'ensemble des parties prenantes, notamment l'intersyndicale, les élus, les collectivités territoriales et sera pilotée par un expert que je désignerai", a précisé le ministre.

Parmi les différents scénarios envisagés pour l'avenir de Florange, le gouvernement semble vouloir privilégier le projet Ulcos, programme expérimental de captage de CO2 dans le sol qui relancerait le site mais dépend des subventions européennes.

La mission gouvernementale "examinera en priorité le projet Ulcos et toute autre forme de projet qui a été soit initié par ArcelorMittal, soit à l'initiative de l'intersyndicale, et examinera avec précision les perspectives industrielles pour que ce site soit un site viable, performant sur le long terme et soit maintenu", a expliqué Arnaud Montebourg.

"IL Y A DE L'ESPOIR"

Les syndicats ont accueilli cette annonce avec un certain soulagement.

"Il y a encore de l'espoir, il y a de l'espoir de voir couler encore de l'acier en Lorraine, et je voulais dire ici aujourd'hui: ne perdez pas espoir, salariés d'ArcelorMittal Florange, le combat continue, et on est sûrs de gagner", a déclaré le délégué Force ouvrière du site, Walter Broccoli.

Philippe Verbeke, de la filière sidérurgie de la CGT-Métallurgie, a salué l'intérêt du chef de l'Etat pour l'avenir de Florange, où il s'était rendu pendant la campagne électorale.

"Nous réclamons au-delà de cette expertise sur ArcelorMittal une véritable table ronde sur la sidérurgie, y compris une commission d'enquête parlementaire sur le sujet", a-t-il demandé.

"On ne peut pas laisser des financiers détruire à petit feu la sidérurgie comme ils sont en train de le faire par l'intermédiaire de Lakshmi Mittal", a-t-il ajouté à propos du PDG d'ArcelorMittal.

Arnaud Montebourg a annoncé qu'il engagerait, à la demande du président de la République, "une tournée européenne des ministres de l'Industrie des pays qui sont eux aussi le siège de sites industriels ArcelorMittal" -Belgique, Espagne, Allemagne, Luxembourg- afin de "conduire une action commune vis-à-vis du groupe ArcelorMittal".

ArcelorMittal a annoncé vendredi lors d'un comité central d'entreprise que les deux hauts-fourneaux de son usine de Florange resteraient éteints au moins jusqu'à la fin de l'année.

Ces deux équipements, qui conditionnent l'activité de la filière liquide sur le site, sont à l'arrêt depuis juillet 2011 pour l'un, octobre 2011 pour l'autre, en raison d'une demande d'acier insuffisante.

Les syndicats soupçonnent la direction de vouloir fermer l'usine.

Après avoir reçu les syndicats pendant une heure, François Hollande a salué une délégation d'une dizaine de salariés qui avaient fait plus de 300 kilomètres de marche entre Florange et Paris au printemps dernier.

Ils avaient achevé symboliquement leur parcours au pied de la Tour Eiffel, faite d'acier de Lorraine.

Elizabeth Pineau, édité par Patrick Vignal

Les Risques en Bourse

Fermer

Note d'information importante

Chère Cliente, Cher Client,

Nous souhaitons vous donner quelques règles à suivre pour investir dans les meilleures conditions et vous présenter les risques potentiels auxquels vous êtes susceptibles d'être exposés.

Vos connaissances, Votre profil d'investisseur
Tout d'abord évaluez vos connaissances boursières et financières et formez-vous en consultant le Guide de l'Investisseur, véritable introduction à la bourse et à l'épargne qui est disponible sur votre site Boursorama Banque sous la rubrique «Aide/Formation».
Définissez ensuite votre profil d'investisseur (prudent, équilibré, dynamique) et vos objectifs (durée de placement, rentabilité …). Ce constat vous permettra de vous orienter vers les produits et les marchés qui vous sont le mieux adaptés.

Pensez à vos besoins de liquidité
Adaptez votre durée de placement (1 mois, 1 an, 5 ans, …) à vos besoins de liquidités (projets, impôts …) et en tout état de cause, n'investissez pas en Bourse une partie trop importante de votre patrimoine.

La composition de votre portefeuille
Etudiez la composition de votre portefeuille : diversifiez vos placements afin de réduire au maximum le risque inhérent à un support ou à un secteur en particulier et n'investissez pas dans les produits optionnels (warrants, certificats), fortement risqués, si votre portefeuille n'est pas suffisamment important.

Connaître la vie des Sociétés
Renseignez-vous sur la société au sein de laquelle vous envisagez d'investir (actualités, santé financière, opérations à venir, …).

Agir en connaissance de cause
Soyez conscient des risques auxquels vous êtes exposés : de fait, si certains produits (actions volatiles, warrants, certificats, future…) ou certains modes d'investissement (Service de Règlement Différé) augmentent les espérances de gain, ils accroissent aussi fortement le risque de perte (totale). Ainsi, une connaissance technique préalable approfondie est requise, c'est pourquoi nous conseillons aux néophytes de s'écarter de ce type de produits.

Des risques différents selon les marchés
Prenez connaissance des caractéristiques des marchés sur lesquels vous allez investir : vous êtes confrontés à un risque variable (liquidité, volatilité, niveau d'information, change…) selon les marchés sur lesquels vous décidez d'intervenir (Premier Marché, Second Marché, Nouveau marché, Marché Libre, Marché étranger…).

Figez vos pertes
Enfin, la règle d'or à retenir est de savoir figer ses pertes : à vous de définir le montant de perte acceptable dès le début et une fois ce niveau atteint agissez en conséquence.

En appliquant ces quelques règles de bonnes conduite vous serez à même de mieux appréhender votre risque lorsque vous allez investir sur les Marchés

Un ensemble de cours complets sur la Bourse est également mis à votre disposition gratuitement et que vous pouvez retrouver sur votre site Boursorama Banque dans la rubrique «Aide/Formation». Si des questions resteraient en suspend, n'hésitez pas à contacter votre agence qui est à votre disposition.

Cordialement,
L'équipe de Boursorama Banque.