1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Conserver cet article pour le lire plus tard

Fermer

Ce service est réservé aux clients et membres de Boursorama.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

Une lycéenne blessée par un tir de flash-ball à Grenoble : «Ma fille est défigurée»

Le Parisien07/12/2018 à 12:25

Une lycéenne blessée par un tir de flash-ball à Grenoble : «Ma fille est défigurée»

« J'ai perdu deux dents et je risque d'en perdre d'autres. J'ai été opérée pendant quatre heures. Les médecins ont été obligés de reconstruire ma mâchoire inférieure avec des plaques, des vis, des élastiques », confie, sur son lit d'hôpital, Doriana, 16 ans. Cette élève d'un lycée professionnel de Grenoble (Isère) a été grièvement blessée par un tir de flash-ball mardi, lors d'une manifestation en centre-ville, en marge du mouvement de contestation lycéen et des Gilets jaunes.Comme elle, au moins trois autres adolescents ont été touchés par ce type d'arme depuis le début de la semaine dans le département.La police des polices saisie C'est également ce qui est arrivé à Oumar dans le Loiret. « Voir notre fils dans cet état, ça a dévasté la famille », se désole son père. « Il est conscient, il réagit à ce qu'on lui dit mais il est fatigué, souffle Mady Cissé. Et sa blessure est très impressionnante. »Mercredi matin, l'adolescent de 16 ans occupe le trottoir avec d'autres jeunes du lycée Jacques-Monod à Saint-Jean-de-Braye. L'élève de seconde participe au blocus de son établissement scolaire. A proximité, les pompiers tentent d'éteindre des poubelles incendiées à l'entrée du lycée. C'est le moment où débutent les tensions avec les forces de l'ordre.« Il y avait environ 150 jeunes. Les policiers et les pompiers ont alors essuyé des jets de pierres, prises sur le ballast de la voie ferrée voisine » souligne le procureur de la République d'Orléans, Nicolas Bessone. Une version démentie par plusieurs lycéens, qui affirme que les policiers « ont mis la pression ». Un point où tout le monde se retrouve : l'un des membres des forces de l'ordre dégaine son flash-ball et tire.Touché au front, Oumar s'effondre au sol en sang et est tiré loin de la zone d'affrontement par ses amis. « Il était juste là en spectateur, affirme son père. Je ne comprends pas comment ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr

3 commentaires

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

  • dupon666
    07 décembre04:42

    la schiapette va etre heureuse..la parité dans les victimes de manif

    Signaler un abus

  • m1234592
    07 décembre03:28

    qui sème le vent récolte la tempête ! Elle était déjà pas terrible avant elle en profite pour se faire faire de la chirurgie esthétique. Problème côté intelligence on ne peut rien ....

    Signaler un abus

  • nayara10
    06 décembre23:57

    Quelle coincidence ,elle ne doit pas s'appeler Rashe Hida ,sinon sut été le feu dans la ville...

    Signaler un abus

Signaler le commentaire

Fermer

Les Risques en Bourse

Fermer