Bienvenue sur le nouveau Boursorama. Découvrez tout ce qui a changé
  1. Aide
    1. Espace client
    2. Connexion
Accès membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Une enquête judiciaire met la pression sur Cahuzac

Reuters19/03/2013 à 19:55

JÉRÔME CAHUZAC VISÉ PAR UNE INFORMATION JUDICIAIRE

par Gérard Bon et Chine Labbé

PARIS (Reuters) - Le parquet de Paris a ouvert mardi une information judiciaire contre X, notamment pour blanchiment de fraude fiscale, visant le ministre socialiste du Budget Jérôme Cahuzac, dont la question du maintien au gouvernement pourrait se poser.

Une enquête de police ouverte en janvier dernier visait jusque-là à déterminer si Jérôme Cahuzac avait ou non détenu un compte en Suisse afin de dissimuler des revenus au fisc.

Le parquet estime désormais que seul un juge d'instruction est à même de mener des investigations suffisamment contraignantes pour percer le secret bancaire en Suisse, mais également à Singapour, où ce compte aurait pu être transféré.

L'Elysée et Matignon se sont refusés à commenter ce rebondissement, susceptible de placer le ministre dans une position comparable à celle de son prédécesseur UMP, devenu ministre du Travail, Eric Woerth. A moins que Jérôme Cahuzac ne démissionne de lui-même pour ne pas embarrasser le gouvernement.

Pris dans des démêlés judiciaires, Eric Woerth avait perdu son poste à l'occasion d'un remaniement gouvernemental, en novembre 2010.

Le ministre du Budget a nié catégoriquement avoir détenu un compte en Suisse, y compris devant l'Assemblée nationale, et de nombreux responsables politiques et élus, dont certains de l'opposition, l'ont soutenu.

L'analyse par les enquêteurs d'un enregistrement dans lequel un homme présenté comme Jérôme Cahuzac évoquait lui-même en 2000 un compte suisse a toutefois conforté l'hypothèse selon laquelle il s'agissait bien du ministre.

Le site Mediapart a estimé pour sa part que ses informations, à l'origine de l'affaire, étaient entièrement validées. "Le ministre s'attend aujourd'hui au pire, comme il l'a confié en off à des journalistes", écrit-il.

Christian Jacob, le président du groupe UMP à l'Assemblée nationale, a estimé que Jérôme Cahuzac devait aujourd'hui "s'expliquer." Signe d'un certain embarras dans la majorité, plusieurs ministres ont refusé de répondre devant les caméras.

LE GROUPE PS DIT SA CONFIANCE EN CAHUZAC

Bruno Le Roux, le président du groupe PS à l'Assemblée, a pour sa part réitéré sa confiance dans la parole d'un des ministres-clés du gouvernement de Jean-Marc Ayrault.

"Pour l'instant, je n'ai qu'une seule chose : c'est la confiance que j'ai dans ce qu'a dit Jérôme Cahuzac et en même temps le fait qu'au-dessus de tout cela, il y a le travail de la justice", a-t-il dit à des journalistes.

"L'amitié que j'ai, la confiance que j'ai, le fait que je crois totalement aujourd'hui Jérôme Cahuzac en tout ce qu'il a dit n'empêchent absolument pas que la justice fasse son travail", a-t-il ajouté.

Selon Frédéric Dabi, de l'Ifop, Jérôme Cahuzac "a toujours été sur une ligne de défense extrêmement cohérente."

"Pour l'instant il a bien tenu le choc, il bénéficie d'une bienveillance à gauche et à droite - c'est un des rares ministres dans ce cas avec (Manuel) Valls", le ministre de l'Intérieur, a-t-il dit à Reuters.

Dans un communiqué, le parquet de Paris détaille les éléments d'enquête l'ayant conduit à ouvrir une information judiciaire, jugeant qu'il fallait "un cadre procédural plus approprié au regard de la complexité des investigations à diligenter", notamment en Suisse et à Singapour".

Il précise que l'enquête contre X vise des chefs de blanchiment de fraude fiscale, perception par un membre d'une profession médicale d'avantages procurés par une entreprise dont les services ou les produits sont pris en charge par la sécurité sociale, blanchiment et recel de ce délit.

MEDIAPART LANCE L'AFFAIRE

Jérôme Cahuzac était alors chirurgien, avant d'ouvrir pendant quelques années avec son épouse une clinique capillaire à Paris.

L'affaire est partie de la diffusion, en décembre dernier, par Mediapart d'une bande sonore dans laquelle un homme supposé être Jérôme Cahuzac évoquait en 2000 un compte suisse à la banque UBS.

Selon le site d'information, qui, outre l'enregistrement, s'appuyait sur plusieurs sources, le ministre, qui s'inquiétait dès 2000 d'éventuelles poursuites, aurait attendu 2010 pour fermer ce compte et le transférer à Singapour.

Fin décembre, l'auteur de l'enregistrement mettant en cause le ministre, l'avocat Michel Gonelle, qui est aussi son ex-adversaire politique dans le Lot-et-Garonne, s'est manifesté auprès de l'Elysée pour en confirmer l'authenticité.

Le procureur de Paris, François Molins, a alors pris l'initiative d'ouvrir une enquête préliminaire.

Confirmant les informations diffusées ce week-end par Mediapart, le parquet précise que l'enregistrement accréditant l'idée que le ministre du Budget a disposé d'un compte bancaire en Suisse n'a subi "aucune altération ou modification."

Trois témoins à qui les enquêteurs ont fait écouter l'enregistrement ont dit reconnaître la voix de monsieur Jérôme Cahuzac et un témoin a reconnu des "intonations de la voix", précise le communiqué.

Dans un rapport remis le 18 mars, les techniciens du laboratoire de police technique scientifique d'Ecully indiquent aussi que leur analyse renforce l'hypothèse que Jérôme Cahuzac "est le locuteur inconnu", s'exprimant sur cette bande.

Le parquet souligne que la récente réponse de l'administration fiscale suisse à la demande d'entraide de son homologue française ne permet pas à la justice d'innocenter Jérôme Cahuzac car il s'agit "d'un simple renseignement."

avec Emile Picy, édité par Patrick Vignal

Les Risques en Bourse

Fermer

Note d'information importante

Chère Cliente, Cher Client,

Nous souhaitons vous donner quelques règles à suivre pour investir dans les meilleures conditions et vous présenter les risques potentiels auxquels vous êtes susceptibles d'être exposés.

Vos connaissances, Votre profil d'investisseur
Tout d'abord évaluez vos connaissances boursières et financières et formez-vous en consultant le Guide de l'Investisseur, véritable introduction à la bourse et à l'épargne qui est disponible sur votre site Boursorama Banque sous la rubrique «Aide/Formation».
Définissez ensuite votre profil d'investisseur (prudent, équilibré, dynamique) et vos objectifs (durée de placement, rentabilité …). Ce constat vous permettra de vous orienter vers les produits et les marchés qui vous sont le mieux adaptés.

Pensez à vos besoins de liquidité
Adaptez votre durée de placement (1 mois, 1 an, 5 ans, …) à vos besoins de liquidités (projets, impôts …) et en tout état de cause, n'investissez pas en Bourse une partie trop importante de votre patrimoine.

La composition de votre portefeuille
Etudiez la composition de votre portefeuille : diversifiez vos placements afin de réduire au maximum le risque inhérent à un support ou à un secteur en particulier et n'investissez pas dans les produits optionnels (warrants, certificats), fortement risqués, si votre portefeuille n'est pas suffisamment important.

Connaître la vie des Sociétés
Renseignez-vous sur la société au sein de laquelle vous envisagez d'investir (actualités, santé financière, opérations à venir, …).

Agir en connaissance de cause
Soyez conscient des risques auxquels vous êtes exposés : de fait, si certains produits (actions volatiles, warrants, certificats, future…) ou certains modes d'investissement (Service de Règlement Différé) augmentent les espérances de gain, ils accroissent aussi fortement le risque de perte (totale). Ainsi, une connaissance technique préalable approfondie est requise, c'est pourquoi nous conseillons aux néophytes de s'écarter de ce type de produits.

Des risques différents selon les marchés
Prenez connaissance des caractéristiques des marchés sur lesquels vous allez investir : vous êtes confrontés à un risque variable (liquidité, volatilité, niveau d'information, change…) selon les marchés sur lesquels vous décidez d'intervenir (Premier Marché, Second Marché, Nouveau marché, Marché Libre, Marché étranger…).

Figez vos pertes
Enfin, la règle d'or à retenir est de savoir figer ses pertes : à vous de définir le montant de perte acceptable dès le début et une fois ce niveau atteint agissez en conséquence.

En appliquant ces quelques règles de bonnes conduite vous serez à même de mieux appréhender votre risque lorsque vous allez investir sur les Marchés

Un ensemble de cours complets sur la Bourse est également mis à votre disposition gratuitement et que vous pouvez retrouver sur votre site Boursorama Banque dans la rubrique «Aide/Formation». Si des questions resteraient en suspend, n'hésitez pas à contacter votre agence qui est à votre disposition.

Cordialement,
L'équipe de Boursorama Banque.