1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Conserver cet article pour le lire plus tard

Fermer

Ce service est réservé aux clients et membres de Boursorama.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

« Une condition de ressources est à respecter par le conjoint survivant pour percevoir la pension de réversion »

Le Monde07/10/2018 à 06:15

La pension de réversion permet au conjoint survivant de bénéficier d'une partie de la retraite du conjoint défunt.

Dominique Prévert, associé chez Optimaretraite, explique pour « Le Monde » les mécanismes de la pension de réversion.

Question à un expert

Comment fonctionne la pension de réversion ? Le gouvernement souhaite remettre à plat les règles de perception des pensions de réversion, qui sont jugées inégalitaires. La pension de réversion permet au conjoint survivant de bénéficier d'une partie de la retraite du conjoint défunt, que celui-ci soit déjà retraité ou pas encore.

Il existe, dans pratiquement tous les régimes, une condition d'âge pour que le conjoint survivant puisse percevoir la pension de réversion, indépendamment de l'âge du conjoint décédé, par exemple avoir 60 ans pour le régime de base des salariés du privé et avoir 55 ans pour les régimes complémentaires Arrco et Agirc.

Dans la quasi-totalité des régimes de base, une condition de ressources est à respecter par le conjoint survivant pour percevoir la pension de réversion. Pour les salariés du privé, par exemple, ce montant ne doit pas dépasser pour 2018 la somme de 20 550,40 euros. Cependant, pour la quasi-totalité des régimes complémentaires, il n'existe pas de conditions de ressources à respecter. C'est le cas pour la pension de réversion des régimes Arrco et Agirc. Mais, dans ce cas, il existe une condition de non-remariage.

Le cas des conjoints décédés et remariés La pension de réversion du régime de base correspond généralement à 54 % (comme pour les salariés du privé) de ce qu'était (ou aurait été) la pension du conjoint défunt. La pension de réversion des régimes complémentaires tels l'Arrco et l'Agirc est généralement...

Retrouvez cet article sur LeMonde.fr

4 commentaires

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

  • bearnhar
    07 octobre09:53

    Et quelle est donc cette société qui fait encore du mariage la norme, presqu'une obligation ? Je me marie si je veux, j'ai des enfants si je veux, je vais à la messe le dimanche si je veux. Donc, ceux qui se sont mariés sont traités differemment des autres, c'est ça l'égalité ?

    Signaler un abus

  • bearnhar
    07 octobre09:50

    La reversion ne devrait bénéficier qu'aux personnes pauvres avec leur seule retraite, pour tous les autres c'est un scandale qui est devennu un acquis social accordé par des irresponsables, comme lorsque Mitterand a mis la retraite à 60ans, ou Aubry avec ses 35h.

    Signaler un abus

  • nextdoor
    07 octobre08:50

    on s'étonne que les caisses soient vides!

    Signaler un abus

  • olivie91
    07 octobre07:55

    Le top c est avoir été marié à un fonctionnaire décédé non remarié. Pour la réversion, aucune vérification réelle de concubinage et pas de limite de ressources.

    Signaler un abus

Signaler le commentaire

Fermer

Les Risques en Bourse

Fermer