1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Une candidature de Hollande hors primaire tuerait le PS-Montebourg
Reuters01/12/2016 à 12:14

    PARIS, 1er décembre (Reuters) - Une candidature de François 
Hollande qui ne passerait pas par la primaire ouverte du Parti 
socialiste pour l'élection présidentielle de 2017 signifierait 
la fin de ce parti, a déclaré jeudi Arnaud Montebourg.  
    L'ex-ministre est candidat à ce scrutin interne, prévu les 
22 et 29 janvier.  
    Plusieurs autres personnalités proches de la gauche ont 
décidé de se lancer dans la course à l'Elysée sans passer par la 
primaire : Jean-Luc Mélenchon, Emmanuel Macron, Sylvia Pinel.  
    Alors que François Hollande doit dire dans les jours qui 
viennent s'il brigue ou non un second mandat, la question de sa 
participation à la primaire fait débat.  
    Si un socialiste se présente en dehors de la primaire, "le 
sort que réserverait le Parti socialiste à une telle candidature 
serait l'exclusion. C'est la règle de la primaire", a déclaré 
Arnaud Montebourg dans un discours à Paris.  
    "Si François Hollande décidait d'outrepasser la primaire, de 
se présenter au suffrage universel des Français contre la 
primaire, ce serait la fin, la destruction finale du Parti 
socialiste et du parti de Jean Jaurès", a ajouté l'ancien 
ministre.  
    Dans un entretien publié mardi dans Le Monde, Arnaud 
Montebourg avait déjà argumenté contre l'idée d'une candidature 
présidentielle hors primaire, qualifiée de "49-3 élyséen".  
    "Le président qui refuserait un processus qu'il a accepté 
parce qu'il n'aurait pas l'heur de lui donner la certitude 
d'être désigné serait un coup de force dont il ne se relèverait 
jamais", déclarait l'ancien ministre de l'Economie. 
    "Un président qui commettrait une sorte de 49-3 élyséen 
contre la primaire se rendrait coupable d'une oeuvre de 
destruction de nos progrès démocratiques", ajoutait-il. 
 
 (Elizabeth Pineau, édité par Yves Clarisse) 
 

0 commentaire

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

Signaler le commentaire

Fermer

Les Risques en Bourse

Fermer