1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Votre compte a été clôturé.

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Un visage sur nos billets : et si c'était Kohl et Mitterrand ?
Le Point16/04/2019 à 19:05

22 septembre 1984 : il tombe une pluie glaciale sur Verdun et l'ossuaire de Douaumont. François Mitterrand et Helmut Kohl se tiennent l'un à côté de l'autre, seuls devant un catafalque. Kohl se tourne vers Mitterrand qui le regarde et tend son bras. Le bras très long du chancelier allemand rejoint celui du président français. Leurs deux mains se rejoignent. Plus qu'échanger une simple poignée de main, ces deux chefs d'État se donnent la main. Ils restent ainsi un long moment, dans un geste qui prend de court les nombreux invités ? dont l'écrivain Ernst Jünger qui avait combattu à Verdun ? et la presse. Aussitôt relayé par les caméras du monde entier, il devient le symbole non plus de la réconciliation, mais de l'amitié franco-allemande et du socle de l'Europe. Ce geste scelle charnellement la paix là où les forces vives du continent sont venues se détruire, précipitant l'Europe dans un cycle de mort et de sang.« Le Point », en partenariat avec RTL, lance une consultation pour choisir quelle personnalité pourrait incarner l'euro sur les billets de banque.22 septembre 1984 : la date ne correspond à aucun anniversaire pour Verdun. Alors pourquoi les deux hommes se retrouvent-ils ainsi de manière si solennelle? ? Pour le comprendre, il faut remonter au mois de juin de la même année, quand l'Élysée est en pleins préparatifs des 40 ans du débarquement du 6 juin 1944. De Gaulle et ses successeurs avaient évité...

Lire la suite sur Le Point.fr

0 commentaire

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

Signaler le commentaire

Fermer

Les Risques en Bourse

Fermer