Bienvenue sur le nouveau Boursorama. Découvrez tout ce qui a changé
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Un troisième soldat français tué au Mali, violents combats

Reuters03/03/2013 à 16:38

DÉCÈS D'UN TROISIÈME MILITAIRE FRANÇAIS AU MALI

PARIS (Reuters) - Un soldat français de 26 ans a été tué samedi dans le nord du Mali, "dans l'un des combats les plus violents" depuis le début de l'opération Serval, ce qui porte à trois le nombre de militaires français tués depuis le 11 janvier.

Le caporal Cédric Charenton, qui appartenait au 1er Régiment de chasseurs parachutistes de Pamiers (Ariège), a été "mortellement touché par un tir ennemi" lors d'un assaut contre une position djihadiste dans l'Adrar des Ifoghas, massif montagneux du Nord-Est, a précisé dimanche le ministère de la Défense.

La mort du militaire avait été annoncée auparavant par la présidence de la République et Matignon qui ont fait part de leur tristesse.

Cédric Charenton était engagé depuis le 25 janvier sur le territoire malien.

Il a été tué par un tireur samedi "vers 18h00 alors que sa section montait à l'assaut d'une position ennemie au c?ur du sanctuaire des terroristes", a indiqué le ministère de la Défense.

Sur son compte Twitter, le ministre de la Défense, Jean-Yves Le Drian, parle d'"un des combats les plus violents que nous ayons menés sur le territoire malien".

Au cours de l'opération de samedi, qui visait selon l'état-major français "à fouiller des cavités et des galeries", l'armée française, appuyée par des avions de chasse et des hélicoptères de combat, a mené plusieurs assauts contre "des éléments terroristes".

"Une quinzaine de terroristes" ont été tués lors de l'opération, a dit dimanche le colonel Thierry Burkhard, porte-parole de l'état-major, lors d'un point de presse.

L'opération s'est déroulée dans la vallée d'Ametetai, à une cinquantaine de kilomètres au sud de Tessalit, là où les forces tchadiennes, engagées aux côtés des Français, affirment avoir tué samedi le chef islamiste Mokhtar Belmokhtar, ce que les autorités françaises ne confirmaient toujours pas dimanche, tout comme la mort d'Abdelhamid Abou Zeïd, un autre chef islamiste.

"UN ADVERSAIRE FANATISÉ"

Trois pick-ups ont été détruits, d'importants stocks de munitions et plusieurs armes lourdes ont été saisis à cette occasion, a précisé Thierry Burkhard.

"Tout indique" que les djihadistes présents dans cette zone appartiennent à Al Qaïda au Maghreb islamique (AQMI), a-t-il dit.

"On a face à nous un adversaire qui est fanatisé, qui défend fermement les positions sur lesquelles nous sommes obligés de successivement donner l'assaut", a-t-il expliqué. "Il combat sans esprit de recul".

"Dans cette zone, les djihadistes sont équipés d'armements légers d'infanterie - Kalachnikov, fusils mitrailleurs, lance-roquettes, lance-grenades - mais ils disposent également d'armements lourds - mortiers, mitrailleuses, explosifs" et mines artisanales, a-t-il expliqué.

Environ 1.200 soldats français sont engagés dans l'Adrar des Ifoghas ainsi que 800 soldats tchadiens.

La totalité ou une partie des otages enlevés au Sahel seraient détenus dans cette zone.

Le ministère français des Affaires étrangères a catégoriquement démenti que les autorités françaises aient l'intention de demander des éléments d'ADN aux proches des otages français, comme l'affirme Le Point.fr

"Nous n'avons jamais fait une telle demande, c'est absolument faux", a dit dimanche un porte-parole à Reuters.

Deux autres militaires français ont été tués depuis le début de l'intervention au Mali : un pilote d'hélicoptère le premier jour de l'intervention et un sous-officier le 19 février.

"Dans ces circonstances particulièrement tragiques, le Premier ministre tient à affirmer que la France est déterminée à tenir ses engagements et à poursuivre ses actions aux côtés du peuple malien et des contingents africains", souligne Matignon dans un communiqué.

Le soutien des Français à l'intervention militaire au Mali s'érode, cédant 13 points en trois semaines, selon un sondage Ifop pour Atlantico publié samedi.

Quatre mille soldats français sont engagés au Mali.

Sophie Louet avec Gus Trompiz

Les Risques en Bourse

Fermer

Note d'information importante

Chère Cliente, Cher Client,

Nous souhaitons vous donner quelques règles à suivre pour investir dans les meilleures conditions et vous présenter les risques potentiels auxquels vous êtes susceptibles d'être exposés.

Vos connaissances, Votre profil d'investisseur
Tout d'abord évaluez vos connaissances boursières et financières et formez-vous en consultant le Guide de l'Investisseur, véritable introduction à la bourse et à l'épargne qui est disponible sur votre site Boursorama Banque sous la rubrique «Aide/Formation».
Définissez ensuite votre profil d'investisseur (prudent, équilibré, dynamique) et vos objectifs (durée de placement, rentabilité …). Ce constat vous permettra de vous orienter vers les produits et les marchés qui vous sont le mieux adaptés.

Pensez à vos besoins de liquidité
Adaptez votre durée de placement (1 mois, 1 an, 5 ans, …) à vos besoins de liquidités (projets, impôts …) et en tout état de cause, n'investissez pas en Bourse une partie trop importante de votre patrimoine.

La composition de votre portefeuille
Etudiez la composition de votre portefeuille : diversifiez vos placements afin de réduire au maximum le risque inhérent à un support ou à un secteur en particulier et n'investissez pas dans les produits optionnels (warrants, certificats), fortement risqués, si votre portefeuille n'est pas suffisamment important.

Connaître la vie des Sociétés
Renseignez-vous sur la société au sein de laquelle vous envisagez d'investir (actualités, santé financière, opérations à venir, …).

Agir en connaissance de cause
Soyez conscient des risques auxquels vous êtes exposés : de fait, si certains produits (actions volatiles, warrants, certificats, future…) ou certains modes d'investissement (Service de Règlement Différé) augmentent les espérances de gain, ils accroissent aussi fortement le risque de perte (totale). Ainsi, une connaissance technique préalable approfondie est requise, c'est pourquoi nous conseillons aux néophytes de s'écarter de ce type de produits.

Des risques différents selon les marchés
Prenez connaissance des caractéristiques des marchés sur lesquels vous allez investir : vous êtes confrontés à un risque variable (liquidité, volatilité, niveau d'information, change…) selon les marchés sur lesquels vous décidez d'intervenir (Premier Marché, Second Marché, Nouveau marché, Marché Libre, Marché étranger…).

Figez vos pertes
Enfin, la règle d'or à retenir est de savoir figer ses pertes : à vous de définir le montant de perte acceptable dès le début et une fois ce niveau atteint agissez en conséquence.

En appliquant ces quelques règles de bonnes conduite vous serez à même de mieux appréhender votre risque lorsque vous allez investir sur les Marchés

Un ensemble de cours complets sur la Bourse est également mis à votre disposition gratuitement et que vous pouvez retrouver sur votre site Boursorama Banque dans la rubrique «Aide/Formation». Si des questions resteraient en suspend, n'hésitez pas à contacter votre agence qui est à votre disposition.

Cordialement,
L'équipe de Boursorama Banque.