Activer le contraste adaptéDésactiver le contraste adapté
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Votre compte a été clôturé.

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Pour des raisons de sécurité et pour continuer à accéder à votre espace membre, nous vous remercions de bien vouloir valider votre compte membre en cliquant sur le lien suivant : Je valide mon compte membre
Vous allez recevoir un email à l'adresse indiquée lorsque vous aviez créé votre compte.
Cliquez ensuite sur le lien présent dans le mail. Vous pourrez alors de nouveau accéder à votre compte membre.
Si vous n'avez pas reçu cet email, contactez-nous

Un email de confirmation vient de vous être adressé.

Mot de passe oublié ?

Bénéficiez gratuitement de fonctionnalités et de services additionnels. Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Un réseau de contrefaçon démantelé à Paris
Le Point18/07/2019 à 19:40

Grâce à un tuyau, le département de la criminalité organisée (DCO) de la sous-direction de la lutte contre l'immigration irrégulière (SDLII) de la préfecture de police vient de tarir la source de commerçants ambulants sans patente qui revendaient des milliers de produits contrefaits. Parmi lesquels des centaines de fausses ceintures Gucci, plus d'un millier de paires de lunettes prétendument Cartier, Ray-Ban ou Hermès, des faux foulards de grands couturiers, des sacs ou des porte-monnaie en toc Louis Vuitton. Outre la maroquinerie, les policiers ont également saisi des fausses Rolex, des Chopard, en tout plus d'un millier de montres siglées indûment de grandes marques. De l'argent liquide a aussi été retrouvé par les limiers du DCO, moins de 5 000 euros.L'enquête a permis d'identifier les têtes du réseau. Un trio de Congolais qui exploitait des sans-papiers à qui il confiait la marchandise à revendre. Le couple gérait deux bars restaurants en banlieue parisienne et un entrepôt où les travailleurs clandestins venaient se ravitailler. La marchandise était écoulée dans les quartiers du nord de la capitale.Mis en examenSi les « revendeurs » ont écopé d'un rappel à la loi, les trois principaux protagonistes ont fait l'objet d'un défèrement. Ils ont été mis en examen pour « mise en vente en bande organisée de produits présentés sous une marque contrefaisante », « travail dissimulé en bande organisée » et « exploitation de...

Lire la suite sur Le Point.fr

0 commentaire

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

Signaler le commentaire

Fermer

Les Risques en Bourse

Fermer