Bienvenue sur le nouveau Boursorama. Découvrez tout ce qui a changé
  1. Aide
    1. Espace client
    2. Connexion
Accès membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Un rapport du Sénat pointe le coût élevé d'une sortie de Schengen

Reuters04/04/2017 à 11:30

LE SÉNAT POINTE LE COÛT ÉLEVÉ D'UNE SORTIE DE SCHENGEN

PARIS (Reuters) - Une sortie de l'espace Schengen, souhaitée par la candidate à l'élection présidentielle Marine Le Pen, serait coûteuse à la fois pour l'Europe et pour la France, estime une commission d'enquête parlementaire qui juge toutefois indispensable de réformer le dispositif de libre circulation.

"En dépit de ses dysfonctionnements, Schengen constitue un acquis précieux de la construction européenne", peut-on lire dans ce rapport des sénateurs Jean-Claude Requier (Rassemblement démocratique et social européen) et François-Noël Buffet (Les Républicains) publié mardi.

"Symbole de la citoyenneté européenne, il permet de réaliser la libre circulation entre les États membres, que les Européens considèrent comme l'un des résultats les plus positifs de l'Union européenne", ajoute-t-il.

Le dispositif, souligne le rapport, constitue un facteur de fluidité économique propice aux échanges commerciaux.

"Dès lors, 'sortir de Schengen' serait coûteux à plusieurs égards : les conséquences économiques directes et indirectes seraient néfastes, tant pour le continent européen que pour la France", écrivent les auteurs.

Le coût total pour la France d'un rétablissement des frontières s'élèverait à 1,15 milliard d'euros, selon l'estimation basse calculée à partir des rapports de France Stratégie et RAND Europe.

Le tourisme supporterait la moitié du coût d'un abandon des accords de Schengen et les frontaliers un quart. Un huitième de ces coûts seraient budgétaires et le dernier huitième est supporté par le transport de marchandises.

Mis en oeuvre en 1985, l'espace Schengen regroupe 22 des 28 Etats membres de l'Union européenne (Allemagne, Belgique, France, Luxembourg, Pays-Bas, Autriche, Suède, Finlande, Espagne, Portugal, Italie, Grèce, Danemark, Estonie, Lettonie, Lituanie, Hongrie, Pologne, République tchèque, Slovénie, Slovaquie et Malte) et quatre Etats associés (Islande, Norvège, Suisse, Liechtenstein).

L'accord supprime les contrôles aux frontières intérieures, permettant la libre circulation des personnes entre les Etats signataires et associés. Des contrôles frontaliers ont toutefois été rétablis par plusieurs Etats européens en 2015 pour faire face à l'afflux de migrants en provenance d'Afrique et du Moyen-Orient.

"FAILLES"

Le dispositif "comportait des failles que des flux migratoires et des attentats terroristes (...) ont mises en évidence, mais qui préexistaient, aussi parce que les mesures compensatoires, qui avaient pour but d'assurer la sécurité, ont été en partie négligées au profit de l'objectif de la liberté de circulation", peut-on lire dans le rapport.

Il est donc "indispensable d'en réformer profondément le fonctionnement, en particulier en rétablissant un certain équilibre en faveur de la sécurité", ajoute la commission d'enquête, qui formule 32 propositions.

Elle suggère entre autres d'exclure tout nouvel élargissement à court terme afin de veiller à la consolidation du dispositif et d'accélérer la mise en place du PNR (Passenger Name Record), un fichier de données des passagers aériens.

Elle appelle également à améliorer et rendre interopérables les systèmes d'information grâce à une interface de recherche unique au niveau européen.

Le programme de la présidente du Front national Marine Le Pen, que les sondages placent systématiquement au second tour, prévoit de rétablir les frontières nationales et de sortir de l'espace Schengen.

Un "dispositif particulier" pour les travailleurs frontaliers serait mis en place "pour leur faciliter le passage de la frontière".

(Marine Pennetier, avec Emile Picy, édité par Yann Le Guernigou)

Les Risques en Bourse

Fermer

Note d'information importante

Chère Cliente, Cher Client,

Nous souhaitons vous donner quelques règles à suivre pour investir dans les meilleures conditions et vous présenter les risques potentiels auxquels vous êtes susceptibles d'être exposés.

Vos connaissances, Votre profil d'investisseur
Tout d'abord évaluez vos connaissances boursières et financières et formez-vous en consultant le Guide de l'Investisseur, véritable introduction à la bourse et à l'épargne qui est disponible sur votre site Boursorama Banque sous la rubrique «Aide/Formation».
Définissez ensuite votre profil d'investisseur (prudent, équilibré, dynamique) et vos objectifs (durée de placement, rentabilité …). Ce constat vous permettra de vous orienter vers les produits et les marchés qui vous sont le mieux adaptés.

Pensez à vos besoins de liquidité
Adaptez votre durée de placement (1 mois, 1 an, 5 ans, …) à vos besoins de liquidités (projets, impôts …) et en tout état de cause, n'investissez pas en Bourse une partie trop importante de votre patrimoine.

La composition de votre portefeuille
Etudiez la composition de votre portefeuille : diversifiez vos placements afin de réduire au maximum le risque inhérent à un support ou à un secteur en particulier et n'investissez pas dans les produits optionnels (warrants, certificats), fortement risqués, si votre portefeuille n'est pas suffisamment important.

Connaître la vie des Sociétés
Renseignez-vous sur la société au sein de laquelle vous envisagez d'investir (actualités, santé financière, opérations à venir, …).

Agir en connaissance de cause
Soyez conscient des risques auxquels vous êtes exposés : de fait, si certains produits (actions volatiles, warrants, certificats, future…) ou certains modes d'investissement (Service de Règlement Différé) augmentent les espérances de gain, ils accroissent aussi fortement le risque de perte (totale). Ainsi, une connaissance technique préalable approfondie est requise, c'est pourquoi nous conseillons aux néophytes de s'écarter de ce type de produits.

Des risques différents selon les marchés
Prenez connaissance des caractéristiques des marchés sur lesquels vous allez investir : vous êtes confrontés à un risque variable (liquidité, volatilité, niveau d'information, change…) selon les marchés sur lesquels vous décidez d'intervenir (Premier Marché, Second Marché, Nouveau marché, Marché Libre, Marché étranger…).

Figez vos pertes
Enfin, la règle d'or à retenir est de savoir figer ses pertes : à vous de définir le montant de perte acceptable dès le début et une fois ce niveau atteint agissez en conséquence.

En appliquant ces quelques règles de bonnes conduite vous serez à même de mieux appréhender votre risque lorsque vous allez investir sur les Marchés

Un ensemble de cours complets sur la Bourse est également mis à votre disposition gratuitement et que vous pouvez retrouver sur votre site Boursorama Banque dans la rubrique «Aide/Formation». Si des questions resteraient en suspend, n'hésitez pas à contacter votre agence qui est à votre disposition.

Cordialement,
L'équipe de Boursorama Banque.