Bienvenue sur le nouveau Boursorama. Découvrez tout ce qui a changé
  1. Aide
    1. Espace client
    2. Connexion
Accès membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Un projet autoroutier suspendu à l'arbitrage de Hulot

Reuters21/09/2017 à 17:19

UN PROJET AUTOROUTIER SUSPENDU À L'ARBITRAGE DE HULOT

STRASBOURG (Reuters) - La poursuite des travaux préparatoires à la réalisation du Contournement ouest de Strasbourg (Cos), un projet d'autoroute à péage contesté, devra attendre l'arbitrage du ministre de la Transition écologique Nicolas Hulot, a annoncé jeudi Martine Wonner, députée locale pour La République en marche.

La décision résulte d'une réunion organisée à Paris entre le cabinet de la ministre des transports, Elisabeth Borne, le concessionnaire Vinci et elle-même, au lendemain d'une intervention de sa part pour faire interrompre une opération de déboisement sur la commune de Kolbsheim.

"Le cabinet d'Elisabeth Borne doit faire remonter une note technique à Nicolas Hulot et revenir vers nous pour donner sa position", a-t-elle expliqué.

La société Arcos, filiale à 100% de Vinci chargée de réaliser le Contournement de Strasbourg, rappelle de son côté que le déboisement d'1,5 ha de forêt qu'elle souhaitait mener mercredi pour réaliser des sondages de terrain et des fouilles préventives, avait été autorisé par arrêté préfectoral.

Aucune information sur la réunion de Paris n'a pu être obtenue auprès d'Arcos ou du ministère des Transports.

Le projet d'un "Grand contournement ouest" de Strasbourg, son nom d'origine, est apparu dans les années 1970 et s'est concrétisé au début des années 2000 avant d'être abandonné en juin 2012 puis relancé l'année suivante dans une configuration réduite à deux fois deux voies contre deux fois trois initialement. Il reste contesté par les écologistes et les maires des communes concernées.

LES PARTISANS DU PROJET INQUIETS

Cet investissement de 553 millions d'euros (chiffre Arcos) devrait être soumis à enquête publique vers la fin de l'année, ouvrant la voie à un début des travaux en 2018.

Le Conseil national de protection de la nature (CNPN), qui a rendu un avis défavorable, au début de l'été, sur les mesures environnementales prévues par Arcos pour compenser l'impact de l'infrastructure, doit encore se prononcer sur le correctif que lui a transmis le groupe de BTP.

Lors d'une première réunion au ministère des Transports le 6 septembre, "il nous a été confirmé que le gouvernement ne passerait pas outre le deuxième avis du CNPN", a dit à Reuters Martine Wonner.

Les partisans du projet d'autoroute ont de leur côté adressé mercredi soir une lettre ouverte au Premier ministre Edouard Philippe pour signifier leurs craintes face au risque d'un nouveau report du projet.

"Face à la situation de blocage engendrée par cette décision de suspension, nous souhaitons vivement une intervention de votre part pour ne pas tomber dans un report inéluctable des travaux qui amènerait à une impasse et à un vrai risque pour le projet", écrivent le président socialiste de l'Eurométropole de Strasbourg, ceux, Les Républicains, de la région Grand-Est et du département du Bas-Rhin, ainsi que les présidents des chambres consulaires.

"Très attendu par le monde économique, ce nouvel axe permettra de faciliter l'accessibilité de tout le bassin d'emploi de Strasbourg et ce sera un atout pour son développement futur", ajoutent-ils.

(Gilbert Reilhac, édité par Yves Clarisse)

Les Risques en Bourse

Fermer

Note d'information importante

Chère Cliente, Cher Client,

Nous souhaitons vous donner quelques règles à suivre pour investir dans les meilleures conditions et vous présenter les risques potentiels auxquels vous êtes susceptibles d'être exposés.

Vos connaissances, Votre profil d'investisseur
Tout d'abord évaluez vos connaissances boursières et financières et formez-vous en consultant le Guide de l'Investisseur, véritable introduction à la bourse et à l'épargne qui est disponible sur votre site Boursorama Banque sous la rubrique «Aide/Formation».
Définissez ensuite votre profil d'investisseur (prudent, équilibré, dynamique) et vos objectifs (durée de placement, rentabilité …). Ce constat vous permettra de vous orienter vers les produits et les marchés qui vous sont le mieux adaptés.

Pensez à vos besoins de liquidité
Adaptez votre durée de placement (1 mois, 1 an, 5 ans, …) à vos besoins de liquidités (projets, impôts …) et en tout état de cause, n'investissez pas en Bourse une partie trop importante de votre patrimoine.

La composition de votre portefeuille
Etudiez la composition de votre portefeuille : diversifiez vos placements afin de réduire au maximum le risque inhérent à un support ou à un secteur en particulier et n'investissez pas dans les produits optionnels (warrants, certificats), fortement risqués, si votre portefeuille n'est pas suffisamment important.

Connaître la vie des Sociétés
Renseignez-vous sur la société au sein de laquelle vous envisagez d'investir (actualités, santé financière, opérations à venir, …).

Agir en connaissance de cause
Soyez conscient des risques auxquels vous êtes exposés : de fait, si certains produits (actions volatiles, warrants, certificats, future…) ou certains modes d'investissement (Service de Règlement Différé) augmentent les espérances de gain, ils accroissent aussi fortement le risque de perte (totale). Ainsi, une connaissance technique préalable approfondie est requise, c'est pourquoi nous conseillons aux néophytes de s'écarter de ce type de produits.

Des risques différents selon les marchés
Prenez connaissance des caractéristiques des marchés sur lesquels vous allez investir : vous êtes confrontés à un risque variable (liquidité, volatilité, niveau d'information, change…) selon les marchés sur lesquels vous décidez d'intervenir (Premier Marché, Second Marché, Nouveau marché, Marché Libre, Marché étranger…).

Figez vos pertes
Enfin, la règle d'or à retenir est de savoir figer ses pertes : à vous de définir le montant de perte acceptable dès le début et une fois ce niveau atteint agissez en conséquence.

En appliquant ces quelques règles de bonnes conduite vous serez à même de mieux appréhender votre risque lorsque vous allez investir sur les Marchés

Un ensemble de cours complets sur la Bourse est également mis à votre disposition gratuitement et que vous pouvez retrouver sur votre site Boursorama Banque dans la rubrique «Aide/Formation». Si des questions resteraient en suspend, n'hésitez pas à contacter votre agence qui est à votre disposition.

Cordialement,
L'équipe de Boursorama Banque.