1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Un produit financier innovant pour sauver les rhinocéros
Le Monde26/08/2019 à 01:14

Les investisseurs gagneront de l'argent si la population de rhinocéros noirs augmente dans cinq parcs du Kenya et d'Afrique du Sud.

Le rhinocéros, disent certains spécialistes, pourrait avoir disparu d'ici dix ans, en raison notamment du braconnage et de la réduction de son habitat. En particulier, le rhinocéros noir est classé « en danger critique », au seuil de l'extinction dans la nature. La population de ce mastodonte de la savane africaine est passée de 65 000 individus en 1970 à seulement 5 500 aujourd'hui.

Afin d'inverser la tendance, Conservation Capital, une société londonienne qui développe des modèles de protection de la faune, veut proposer dès 2020 une approche nouvelle : des obligations. Les investisseurs verront leur placement rémunéré si la population de rhinocéros s'accroît, selon un objectif chiffré.

« En réaction à la crise du braconnage, beaucoup d'argent a afflué ces cinq à dix dernières années pour la protection des rhinocéros. C'est fantastique, mais il s'agit d'argent de court terme », explique Kathleen Fitzgerald, représentante de Conservation Capital à Nairobi. Ces subventions, pour la plupart, n'offrent pas assez de visibilité pour, par exemple, embaucher plus de rangers [gardes dans les parcs]. De plus, souligne-t-elle, cet argent est rarement conditionné à des résultats. « Ce que nous proposons c'est donc du financement de long terme, sur cinq ans. Et un mécanisme basé sur la performance. »

Cinq parcs retenus sur 130 candidats Deux années ont été nécessaires à Conservation Capital et à son partenaire, la Zoological Society of London, pour structurer ce produit financier...

Retrouvez cet article sur LeMonde.fr

0 commentaire

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

Signaler le commentaire

Fermer

Les Risques en Bourse

Fermer