Activer le contraste adaptéDésactiver le contraste adapté
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Votre compte a été clôturé.

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Pour des raisons de sécurité et pour continuer à accéder à votre espace membre, nous vous remercions de bien vouloir valider votre compte membre en cliquant sur le lien suivant : Je valide mon compte membre
Vous allez recevoir un email à l'adresse indiquée lorsque vous aviez créé votre compte.
Cliquez ensuite sur le lien présent dans le mail. Vous pourrez alors de nouveau accéder à votre compte membre.
Si vous n'avez pas reçu cet email, contactez-nous

Un email de confirmation vient de vous être adressé.

Mot de passe oublié ?

Bénéficiez gratuitement de fonctionnalités et de services additionnels. Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Un potager à la maison: à Cuba, plus qu'une mode, une nécessité
AFP11/07/2020 à 07:59

Jesus Sanchez élève lapins et poules dans la cour de sa maison à La Havane, le 24 juin 2020 ( AFP / YAMIL LAGE )

Lors de la crise économique des années 90 à Cuba, le beau-père de Yank Benavente pédalait de longues distances pour chercher à manger. Alors que l'île souffre des effets de la pandémie, Yank, lui, fait pousser des légumes sur son toit.

Artiste de 38 ans, il n'a plus de travail depuis que le pays a fermé ses portes aux touristes fin mars.

Mais il a désormais des laitues, des blettes, des concombres et des tomates au-dessus de chez lui, dans le quartier du Vedado à La Havane.

Si l'agriculture urbaine est à la mode, en Europe notamment, à Cuba c'est une nécessité alors qu'une deuxième Période spéciale - du nom de la crise des années 90 due à l'effondrement de l'URSS - se profile.

"L'idée de cultiver des légumes en ville, cela vient des problèmes du pays et du monde, liés à l'économie et au coronavirus", explique Yank, qui a fabriqué des jardinières à partir de vieilles gouttières françaises "Guichard Frères" récupérées sur une maison en cours de démolition.

Il répond ainsi à l'appel du gouvernement communiste, qui incite les habitants à faire pousser leurs aliments en prévision de temps plus durs.

"Nos réserves, notre potentiel, se trouvent dans notre capacité à produire nous-mêmes", assure le ministre de l'Economie Alejandro Gil.

- Agriculture insuffisante -

L'artiste cubain Yank Benavente dans son potager, sur le toit de sa maison, à La Havane le 30 juin 2020 ( AFP / YAMIL LAGE )

Certes, la pandémie de coronavirus a aggravé la situation sur l'île, privée des devises du tourisme qui lui permettaient de payer ses importations.

Mais, comme le souligne l'économiste Pedro Monreal sur Twitter, "les raisons de la crise (alimentaire, ndlr) existaient avant la pandémie".

Problème principal: l'agriculture cubaine ne couvre que 20% des besoins de la population, obligeant à importer le reste, pour un coût de 2 milliards de dollars l'an dernier.

Jesus Sanchez arrose ses plantations dans son jardin à La Havane, le 24 juin 2020 ( AFP / YAMIL LAGE )

Une étude économique d'une ambassade dresse un portrait sombre: "Cuba figure aujourd'hui parmi les pays d'Amérique Latine présentant les plus faibles rendements en matière de production agricole", avec des pertes de près de 57% des aliments produits, pendant la récolte puis la distribution, et plus de 14% de la surface agricole laissée à l'abandon.

En 2019, sous l'effet de ces problèmes structurels mais aussi du climat, la production de légumes a baissé de 4,3% et celle de fruits de 11,6%.

Yank se souvient qu'en 1994, pendant la Période spéciale, le manque d'aliments poussait son beau-père à enfourcher son vélo pour aller à la campagne chercher des légumes.

"Si on ne trouve pas vite une solution, je pense que ça va être pire qu'en 94", redoute-t-il.

- "La beauté d'une laitue" -

Yank Benavente travaille dans son potager, sur le toit de sa maison, à La Havane le 30 juin 2020 ( AFP / YAMIL LAGE )

Déjà, à cette époque, avoir un potager chez soi était encouragé.

A Cuba, "l'agriculture urbaine est née sous la Période spéciale, quand la population avait besoin d'alternatives pour se fournir en aliments", rappelle Marcelo Resende, représentant de l'Organisation onusienne pour l'alimentation et l'agriculture (FAO) sur l'île.

"Et dans ce contexte de difficile production d'aliments, le pays met l'accent sur l'agriculture urbaine pour y répondre" à nouveau.

Yoandra Alvarez, 49 ans, s'y est mis dès les années 1990. Dans la banlieue de La Havane, elle a repris un terrain à l'abandon, où s'entassaient les détritus.

Aujourd'hui y poussent une centaine d'arbres fruitiers, de quoi fabriquer confitures et glaces.

Yoandra Alvarez travaille dans sa plantation d'arbres fruitiers, à La Havane le 23 juin 2020 ( AFP / YAMIL LAGE )

Considérée comme une référence locale, elle se réjouit de voir ce regain de l'agriculture urbaine: "C'est très intéressant. Les gens commencent à voir la beauté d'une laitue", sourit-elle.

Faute d'engrais chimiques, quasi-impossibles à importer en raison de l'embargo américain, les Cubains utilisent des techniques naturelles, mais "il faut améliorer l'accès aux graines, à l'eau, on y travaille", indique le représentant de la FAO.

Pour Jesus Sanchez, adepte de la permaculture et de l'agriculture urbaine, plus de retour en arrière possible: chez lui, il utilise des vieux pneus et des bouteilles comme récipients pour ses cultures, tout en élevant lapins et poules.

"Pas besoin de sortir pour chercher des condiments, et on a de la citrouille, du manioc et de la patate douce pour manger", raconte-t-il, heureux de partager avec ses voisins. "Quand on cueille les mangues, on en donne à tout le monde!"

mav/kal/ao

0 commentaire

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

Signaler le commentaire

Fermer

Les Risques en Bourse

Fermer