1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Un plan pour accompagner les femmes victimes de violences
Reuters24/11/2017 à 14:48

UN PLAN POUR ACCOMPAGNER LES FEMMES VICTIMES DE VIOLENCES

PARIS (Reuters) - Emmanuel Macron présentera samedi une série de mesures permettant de mieux accompagner les femmes victimes de violences, comme la mise en place d'un signalement par internet, a-t-on appris vendredi à l'Elysée.

A cette occasion, le chef de l'Etat lancera officiellement la "grande cause nationale" consacrée à l'égalité entre les femmes et les hommes, qui doit être déclinée tout au long du quinquennat avec, chaque année, une thématique particulière.

En 2017-2018, l'accent sera mis sur les violences faites aux femmes, un enjeu dont Emmanuel Macron a pris conscience avant le flot de révélations déclenchées par l'affaire Harvey Weinstein, le magnat d'Hollywood accusé par des dizaines de victimes, assure-t-on à l'Elysée.

"Certes, il y a une vague de libération de la parole, pour autant c'était déjà une préoccupation essentielle", dit-on à la présidence, où on insiste sur la nécessité de mener un "combat culturel" pour faire reculer à terme les violences.

Parmi les premiers dispositifs figurent la mise en place d'un signalement en ligne pour les victimes, qui leur permettra d'engager des démarches sans se rendre dans un commissariat ou une gendarmerie.

L'exécutif entend également étendre la possibilité de recueillir des preuves de violences avant tout dépôt de plainte, généraliser les arrêts de bus à la demande en soirée et lancer une application destinée aux victimes de cyberharcèlement.

Ces mesures d'accompagnement doivent être complétées par un volet répressif inclus dans un futur projet de loi contre les violences sexistes et sexuelles.

L'exécutif prévoit également une campagne nationale de sensibilisation censée s'étaler sur l'ensemble du quinquennat.

Plusieurs militantes féministes ont réclamé un "plan d'urgence" contre les agressions sexuelles dans une lettre ouverte publiée il y a trois semaines et signée par une centaine de personnalités publiques, parmi lesquelles des écrivaines et des cinéastes.

Dans cet appel, signé également par 128.000 personnes à ce jour, elles demandent notamment le doublement des subventions aux associations spécialisées et la création au collège d'un "brevet de la non-violence".

(Simon Carraud, édité par Yves Clarisse)

1 commentaire

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

  • cesarski
    24 novembre15:04

    ce n'est pas une loi qui reglera le probleme malheureusement!

    Signaler un abus

Signaler le commentaire

Fermer

Les Risques en Bourse

Fermer