Bienvenue sur le nouveau Boursorama. Découvrez tout ce qui a changé
  1. Aide
    1. Espace client
    2. Connexion
Accès membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Un plan contre la pauvreté destiné à aider jeunes et précaires

Reuters11/12/2012 à 14:51

LA PAUVRETÉ TOUCHE PRÈS DE NEUF MILLIONS DE FRANÇAIS

par Elizabeth Pineau et Marine Pennetier

PARIS (Reuters) - Hausse du RSA, garantie de ressources pour les jeunes, hébergement d'urgence, lutte contre le surendettement : Jean-Marc Ayrault a présenté mardi un plan de lutte contre la pauvreté, qui touche près de neuf millions de Français.

Dans un discours devant la Conférence contre la pauvreté et pour l'inclusion sociale, le Premier ministre a lancé des pistes pour faire évoluer en cinq ans une situation aiguë dans un contexte budgétaire très contraint.

"La pauvreté n'est pas une fatalité, la précarité n'est pas un fléau qui s'abat au hasard sur une partie de la population, ce n'est pas non plus une marque d'infamie", a-t-il déclaré en présence d'une partie du gouvernement.

Le plan, dont les détails restent à dévoiler, devrait être présenté au comité interministériel de lutte contre l'exclusion le 22 janvier prochain.

L'ensemble du dispositif devrait coûter entre deux et 2,5 milliards d'euros sur le quinquennat, a précisé le Premier ministre lors d'un aparté avec la presse à l'issue de son discours.

"Ces mesures sont un marqueur de la gauche. On est sûrement en dessous des espérance mais on a une volonté politique", a dit à Reuters la ministre en charge de la Lutte contre l'exclusion, Marie-Arlette Carlotti.

Jean-Marc Ayrault a annoncé une revalorisation de 10% sur cinq ans du Revenu de solidarité active (RSA), avec une première hausse dès septembre 2013, en plus de l'indexation annuelle.

Le montant du RSA dit "socle" destiné aux personnes sans ressources est d'environ 475 euros par mois, bien en-deçà du seuil de pauvreté fixé à 964 euros en 2010.

Jean-Marc Ayrault a annoncé en outre pour le premier trimestre 2013 une réforme du RSA activité, venant en complément d'un revenu, "qui n'a pas atteint ses objectifs", et de la prime pour l'emploi.

Selon les chiffres officiels, près de 70% des bénéficiaires potentiels du RSA activité, créé en 2009, n'y ont pas recours. Des campagnes d'information seront lancées à cet égard en 2013.

Pour les jeunes, priorité du quinquennat de François Hollande, le gouvernement propose un assouplissement de l'accès au RSA pour les moins de 25 ans. Quelque 100.000 jeunes supplémentaires pourraient ainsi en bénéficier.

Les familles monoparentales, particulièrement touchées par la pauvreté, devraient bénéficier d'une "amélioration conséquente des aides", dont le montant n'a pas été précisé.

HÉBERGEMENT D'URGENCE

Sur le volet logement, Jean-Marc Ayrault a annoncé la création de 8.000 nouvelles places d'hébergement.

"En plus des moyens supplémentaires accordés à l'automne 2012 et qui seront consolidés en 2013, nous créerons 4.000 nouvelles places de CADA (centre d'accueil de demandeurs d'asile) et 4.000 places d'hébergement d'urgence", a dit le Premier ministre.

Le gouvernement envisage aussi une "Sécurité sociale du logement" pour prévenir les risques locatifs.

La mise en place de tarifs sociaux pour l'accès au gaz et à l'électricité devrait permettre de "passer, à terme de deux millions à huit millions de bénéficiaires", a-t-il ajouté.

Les projets gouvernementaux incluent aussi la révision du plafond de la Couverture maladie universelle (CMU) "de façon à couvrir 500.000 personnes de plus" et la lutte contre la surendettement.

La création d'un registre national des crédits aux particuliers devrait permettre de faciliter le diagnostic avant toute nouvelle ouverture de crédit.

Selon une récente enquête de l'Insee, la France comptait 8,6 millions de personnes en situation de pauvreté en 2010, soit 14,1 % de la population, contre 13,5 % en 2009.

Selon la définition de l'Insee, un individu est considéré comme pauvre lorsqu'il vit dans un ménage dont le niveau de vie est inférieur au seuil de pauvreté. La moitié des 8,6 millions de personnes en situation de pauvreté en 2010 vivaient avec moins de 781 euros par mois.

Edité par Yves Clarisse


Les Risques en Bourse

Fermer

Note d'information importante

Chère Cliente, Cher Client,

Nous souhaitons vous donner quelques règles à suivre pour investir dans les meilleures conditions et vous présenter les risques potentiels auxquels vous êtes susceptibles d'être exposés.

Vos connaissances, Votre profil d'investisseur
Tout d'abord évaluez vos connaissances boursières et financières et formez-vous en consultant le Guide de l'Investisseur, véritable introduction à la bourse et à l'épargne qui est disponible sur votre site Boursorama Banque sous la rubrique «Aide/Formation».
Définissez ensuite votre profil d'investisseur (prudent, équilibré, dynamique) et vos objectifs (durée de placement, rentabilité …). Ce constat vous permettra de vous orienter vers les produits et les marchés qui vous sont le mieux adaptés.

Pensez à vos besoins de liquidité
Adaptez votre durée de placement (1 mois, 1 an, 5 ans, …) à vos besoins de liquidités (projets, impôts …) et en tout état de cause, n'investissez pas en Bourse une partie trop importante de votre patrimoine.

La composition de votre portefeuille
Etudiez la composition de votre portefeuille : diversifiez vos placements afin de réduire au maximum le risque inhérent à un support ou à un secteur en particulier et n'investissez pas dans les produits optionnels (warrants, certificats), fortement risqués, si votre portefeuille n'est pas suffisamment important.

Connaître la vie des Sociétés
Renseignez-vous sur la société au sein de laquelle vous envisagez d'investir (actualités, santé financière, opérations à venir, …).

Agir en connaissance de cause
Soyez conscient des risques auxquels vous êtes exposés : de fait, si certains produits (actions volatiles, warrants, certificats, future…) ou certains modes d'investissement (Service de Règlement Différé) augmentent les espérances de gain, ils accroissent aussi fortement le risque de perte (totale). Ainsi, une connaissance technique préalable approfondie est requise, c'est pourquoi nous conseillons aux néophytes de s'écarter de ce type de produits.

Des risques différents selon les marchés
Prenez connaissance des caractéristiques des marchés sur lesquels vous allez investir : vous êtes confrontés à un risque variable (liquidité, volatilité, niveau d'information, change…) selon les marchés sur lesquels vous décidez d'intervenir (Premier Marché, Second Marché, Nouveau marché, Marché Libre, Marché étranger…).

Figez vos pertes
Enfin, la règle d'or à retenir est de savoir figer ses pertes : à vous de définir le montant de perte acceptable dès le début et une fois ce niveau atteint agissez en conséquence.

En appliquant ces quelques règles de bonnes conduite vous serez à même de mieux appréhender votre risque lorsque vous allez investir sur les Marchés

Un ensemble de cours complets sur la Bourse est également mis à votre disposition gratuitement et que vous pouvez retrouver sur votre site Boursorama Banque dans la rubrique «Aide/Formation». Si des questions resteraient en suspend, n'hésitez pas à contacter votre agence qui est à votre disposition.

Cordialement,
L'équipe de Boursorama Banque.