1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Votre compte a été clôturé.

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Un journaliste lyonnais entendu par la police
Le Point31/10/2014 à 19:44

Il y a quelques semaines, l'auteur de ces lignes alertait les lecteurs du Point.fr d'une enquête du ministère de l'Intérieur pour tenter d'identifier les sources d'un journaliste qui a écrit un article sur les factures non payées de la mairie de Lille à l'un des services de la Place Beauvau. Cette fois, c'est la police de Lyon qui a filé Slim Mazni, connu pour ses enquêtes rigoureuses à Lyon Capitale, afin de connaître les auteurs de certains de ses tuyaux. Il s'agissait pourtant de dédouaner des gardiens de la paix trop vite dénoncés comme des ripoux. La contre-enquête du reporter n'a pas été du goût de la hiérarchie policière locale, qui veut démontrer que depuis l'affaire Neyret elle ne laisse rien passer. Ni de celui du juge d'instruction chargé de l'affaire de ces faux ripoux.Ainsi que le raconte le mensuel rhodanien, quatre personnes, fonctionnaires ou anciens fonctionnaires de police, ciblées comme sources, ont été placées en garde à vue... pendant que Slim Mazni était auditionné comme témoin par un commissaire de police... Ce dernier savait parfaitement qui Mazni a rencontré pour son enquête. "Ses questions portaient uniquement sur mes contacts", confirme le journaliste au Point.fr. D'autant que les protagonistes de l'affaire ont été photographiés - par des policiers - en compagnie du reporter. Est-il encore possible de travailler sereinement quand on est journaliste dans la deuxième ville de France ?

Source Le Point.fr

1 commentaire

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

  • manx750
    31 octobre19:09

    En hollandie socialiste, démocratique et populaire, la liberté est surveillée dès lors que l'on ne cire pas les pompes du pouvoir hollandais. Les Journalistes non inféodés, les dames catéchistes et les veilleurs sont les cibles du pouvoir, qui ne recule plus devant rien pour intimider. Parfois, même, il tue, comme à Sevins.

    Signaler un abus

Signaler le commentaire

Fermer

Les Risques en Bourse

Fermer