Bienvenue sur le nouveau Boursorama. Découvrez tout ce qui a changé
  1. Aide
    1. Espace client
    2. Connexion
Accès membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Un harki gréviste de la faim exige de voir François Hollande

Reuters20/09/2013 à 17:41

BORDEAUX (Reuters) - Le président du Comité national de liaison des harkis mène depuis lundi dernier à Agen (Lot-et-Garonne) une grève de la faim pour exiger d'être reçu par François Hollande à qui il reproche de n'avoir pas tenu ses promesses.

Installé dans un fourgon stationné devant la préfecture, Boaza Gasmi, 60 ans, est entouré de plusieurs membres de la communauté harki. Il se dit déterminé à obtenir du président de la République la reconnaissance des préjudices des harkis lors du retrait français.

"Je suis fatigué, mais je suis déterminé. Je ne fais pas ça pour m'amuser. Que François Hollande ne nous reçoive pas c'est du mépris. Peut-il ignorer les 1,5 millions de harkis et leurs descendants qui sont Français et dont les familles ont payé cher leur attachement à la France?", dit-il vendredi à Reuters.

Boaza Gasmi, qui préside une des plus importantes associations de harkis, a connu le camp de Bias près de Villeneuve-sur-Lot dans le Lot-et-Garonne, où il est arrivé en 1965 et où ses parents et leurs quatre enfants ont vécu dans des conditions très dures jusqu'en 1978.

Les harkis étaient des supplétifs de l'armée française qui ont été pour la plupart abandonnés en Algérie après les accords d'Evian signés en mars 1962 mettant fin à l'Algérie française.

Selon Boaza Gasmi 250.000 d'entre eux ont été massacrés par le FLN après le départ des Français et 70.000 environ ont été accueillis en France et placés dans des camps.

Le gréviste de la faim réclame du président qu'il "reconnaisse l'abandon des harkis par l'Etat français, les conditions inhumaines dans lesquelles nous avons été reçus en France, la discrimination dont ont été victimes les enfants de harkis".

Il demande également la création d'une commission composée de parlementaires et de harkis dont la mission serait d'élaborer un plan d'action en faveur de la communauté.

Une nouvelle audience avec le ministre délégué aux Anciens combattants Kader Arif, qui l'avait reçu au mois de mars, a été proposée mardi à Boaza Gasmi mais celui-ci l'a déclinée.

Claude Canellas, édité par Yves Clarisse


Les Risques en Bourse

Fermer

Note d'information importante

Chère Cliente, Cher Client,

Nous souhaitons vous donner quelques règles à suivre pour investir dans les meilleures conditions et vous présenter les risques potentiels auxquels vous êtes susceptibles d'être exposés.

Vos connaissances, Votre profil d'investisseur
Tout d'abord évaluez vos connaissances boursières et financières et formez-vous en consultant le Guide de l'Investisseur, véritable introduction à la bourse et à l'épargne qui est disponible sur votre site Boursorama Banque sous la rubrique «Aide/Formation».
Définissez ensuite votre profil d'investisseur (prudent, équilibré, dynamique) et vos objectifs (durée de placement, rentabilité …). Ce constat vous permettra de vous orienter vers les produits et les marchés qui vous sont le mieux adaptés.

Pensez à vos besoins de liquidité
Adaptez votre durée de placement (1 mois, 1 an, 5 ans, …) à vos besoins de liquidités (projets, impôts …) et en tout état de cause, n'investissez pas en Bourse une partie trop importante de votre patrimoine.

La composition de votre portefeuille
Etudiez la composition de votre portefeuille : diversifiez vos placements afin de réduire au maximum le risque inhérent à un support ou à un secteur en particulier et n'investissez pas dans les produits optionnels (warrants, certificats), fortement risqués, si votre portefeuille n'est pas suffisamment important.

Connaître la vie des Sociétés
Renseignez-vous sur la société au sein de laquelle vous envisagez d'investir (actualités, santé financière, opérations à venir, …).

Agir en connaissance de cause
Soyez conscient des risques auxquels vous êtes exposés : de fait, si certains produits (actions volatiles, warrants, certificats, future…) ou certains modes d'investissement (Service de Règlement Différé) augmentent les espérances de gain, ils accroissent aussi fortement le risque de perte (totale). Ainsi, une connaissance technique préalable approfondie est requise, c'est pourquoi nous conseillons aux néophytes de s'écarter de ce type de produits.

Des risques différents selon les marchés
Prenez connaissance des caractéristiques des marchés sur lesquels vous allez investir : vous êtes confrontés à un risque variable (liquidité, volatilité, niveau d'information, change…) selon les marchés sur lesquels vous décidez d'intervenir (Premier Marché, Second Marché, Nouveau marché, Marché Libre, Marché étranger…).

Figez vos pertes
Enfin, la règle d'or à retenir est de savoir figer ses pertes : à vous de définir le montant de perte acceptable dès le début et une fois ce niveau atteint agissez en conséquence.

En appliquant ces quelques règles de bonnes conduite vous serez à même de mieux appréhender votre risque lorsque vous allez investir sur les Marchés

Un ensemble de cours complets sur la Bourse est également mis à votre disposition gratuitement et que vous pouvez retrouver sur votre site Boursorama Banque dans la rubrique «Aide/Formation». Si des questions resteraient en suspend, n'hésitez pas à contacter votre agence qui est à votre disposition.

Cordialement,
L'équipe de Boursorama Banque.