1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Conserver cet article pour le lire plus tard

Fermer

Ce service est réservé aux clients et membres de Boursorama.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

Un été dans le silence d'un monastère bénédictin
Le Parisien21/07/2018 à 09:28

Un été dans le silence d'un monastère bénédictin

« Des vitamines pour redonner du souffle à sa vie. » C'est avec cette jolie formule que Bénédicte, 53 ans et habitante de Troyes (Aube), résume les bienfaits de sa retraite estivale. Elle n'est pas allée bien loin pour la faire, début juillet. A 30 km de chez elle précisément, dans le monastère bénédictin Notre-Dame-de-la-Sainte Espérance, situé dans la région Champagne-Ardenne, à Mesnil-Saint-Loup petite municipalité rurale d'environ cinq cents habitants aux portes du Pays d'Othe.« Ce monde où tout va très vite, consumériste et un peu superficiel, ce n'est pas mon truc. J'ai souvent besoin de me retrouver en profondeur dans une solitude. Quand on ressort du monastère, ça vous remet sur la bonne route, assure cette directrice d'un établissement médico-social. La réalité de la vie n'a certes pas changé mais on l'accueille autrement, on y replonge avec confiance. Moi je suis célibataire, sans enfant. Ce n'est pas forcément que ce que j'avais choisi comme vie mais c'est comme ça. C'était mon chemin. Dans un monastère, on y apprend que rien n'est un échec. »« Beaucoup de gens cherchent un sens à leur vie »Ces retraites personnelles, elle en fait depuis maintenant 30 ans. Trente ans qu'à chaque déménagement pour des raisons professionnelles, elle se met en quête du monastère qui pourrait l'accueillir non loin de sa nouvelle maison. Elle constate avec bienveillance que ces parenthèses sont devenues « tendance » et que de plus en plus de personnes font des retraites, « même des non-croyants », précise cette femme catholique qui y vient aussi pour prier.« Oui, ça attire. J'y ai vu pas mal de jeunes notamment, mais aussi des femmes et des hommes, en plein divorce, qui avaient besoin d'être écoutés. Oui, il existe beaucoup de gens qui ne savent pas où ils vont, qui cherchent un sens à leur vie et qui ont soif de le savoir. »Elle était étudiante la première fois qu'elle a côtoyé ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr

0 commentaire

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

Signaler le commentaire

Fermer

Les Risques en Bourse

Fermer