Bienvenue sur le nouveau Boursorama. Découvrez tout ce qui a changé
  1. Aide
    1. Espace client
    2. Connexion
Accès membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Un duel UMP-FN pour succéder à Jérôme Cahuzac à l'Assemblée

Reuters17/06/2013 à 02:01

UN DUEL UMP-FN POUR REPRENDRE LE FAUTEUIL DE JÉRÔME CAHUZAC À L?ASSEMBLÉE

BORDEAUX (Reuters) - Les candidats de l'UMP et du Front national s'affronteront au second tour de l'élection législative partielle de Villeneuve-sur-Lot (Lot-et-Garonne) pour succéder au socialiste Jérôme Cahuzac, selon les résultats définitifs du premier tour.

Ce nouvel échec du PS fragilise le principal groupe de la majorité, qui ne dispose toujours après ce scrutin que de 292 députés à l'Assemblée nationale, soit trois sièges à peine de plus que la majorité absolue.

Le PS Bernard Barral, qui espérait récupérer le siège de l'ancien ministre du Budget, vacant depuis la démission de ce dernier, n'a obtenu dimanche que 23,69% des suffrages et n'a pas atteint le seuil de 12,5% des inscrits nécessaire pour rester en course.

L'UMP Jean-Louis Costes devance, avec 28,71% des voix, le candidat du Front national, Etienne Bousquet-Cassagne (26,04)%, âgé seulement de 23 ans.

Jérôme Cahuzac avait démissionné de l'Assemblée nationale après avoir admis détenir un compte clandestin à l'étranger.

Il avait longtemps caressé l'idée de se représenter devant les électeurs qui l'avaient élu député en 2007 et réélu en 2012, et dont il a été le maire de 2001 à 2012.

Jean-Louis Costes a souhaité la constitution d'un "front républicain" pour faire barrage au candidat du FN.

"Le Front national surfe sur les peurs de nos administrés mais ne propose rien de concret, en tout cas pas de solutions applicables", a-t-il déclaré.

"Je demande effectivement à faire barrage au Front national", lui a répondu Bernard Barral. "Ce soir j'ai mal au c?ur, j'ai mal à la France. Je suis très malheureux pour ces gens qui ont cru en moi."

François Hollande a abondé dans le même sens dimanche soir lors d'un entretien sur M6, tirant la leçon de ce scrutin.

"Lorsqu'il y a des scandales (...), il y a toujours la tentation de l'extrême droite", a-t-il dit en estimant que l'on assistait à une "séquelle" de l'affaire Cahuzac.

Le candidat socialiste a expliqué sa défaite par "l'affaire Cahuzac mais également par la dispersion des voix de gauche".

L'ancien Premier ministre UMP François Fillon a jugé la sanction "sans appel".

REJET ET SANCTION

"C'est la sanction du comportement d'un homme. C'est la sanction d'une majorité sans cap ni autorité, élue sur des promesses intenables et aujourd'hui incapable d'endiguer une crise économique qu'elle a niée", écrit-il dans un communiqué.

Pour François Fillon, l'élimination du candidat PS "témoigne d'un rejet catégorique de la politique du gouvernement" et d'un fossé qui se creuse entre les Français et la majorité.

Le président du groupe UMP à l'Assemblée, Christian Jacob, a salué le score de Jean-Louis Costes et jugé celui-ci en bonne position. Il a en revanche qualifié le résultat du candidat du PS de "défaite historique".

"Ce premier tour témoigne d'un double rejet: le rejet de Jérôme Cahuzac et, surtout, le rejet des socialistes par les Français", écrit-il dans un communiqué.

Le secrétaire général du FN, Steeve Briois, impute à la présence du parti d'extrême-droite et à une faible participation l'"éjection" dès le premier tour du candidat socialiste.

L'abstention a été forte: environ 46% des électeurs inscrits seulement sont allés voter malgré la présence au premier tour de 17 candidats, contre 57,73% en 2012.

Le dirigeant du FN invite les indécis ou les électeurs des candidats évincés à apporter leur soutien à Etienne Bousquet-Cassagne plutôt qu'à Jean-Louis Costes, "dont le parti est largement aussi vérolé que celui de Jérôme Cahuzac".

Pour Philippe Vigier, porte-parole de l'Union des démocrates et indépendants (UDI), l'échec de Bernard Barral, qui s'ajoute aux sept élections législatives partielles déjà perdues par la majorité, sanctionne "l'absence de cap de François Hollande" et un manque de confiance des Français dans le chef de l'Etat.

"L'UDI appelle les électeurs à se mobiliser fortement lors du second tour pour faire gagner le candidat UMP" dimanche prochain, ajoute-t-il dans un communiqué.

Claude Canellas, édité par Emmanuel Jarry

Les Risques en Bourse

Fermer

Note d'information importante

Chère Cliente, Cher Client,

Nous souhaitons vous donner quelques règles à suivre pour investir dans les meilleures conditions et vous présenter les risques potentiels auxquels vous êtes susceptibles d'être exposés.

Vos connaissances, Votre profil d'investisseur
Tout d'abord évaluez vos connaissances boursières et financières et formez-vous en consultant le Guide de l'Investisseur, véritable introduction à la bourse et à l'épargne qui est disponible sur votre site Boursorama Banque sous la rubrique «Aide/Formation».
Définissez ensuite votre profil d'investisseur (prudent, équilibré, dynamique) et vos objectifs (durée de placement, rentabilité …). Ce constat vous permettra de vous orienter vers les produits et les marchés qui vous sont le mieux adaptés.

Pensez à vos besoins de liquidité
Adaptez votre durée de placement (1 mois, 1 an, 5 ans, …) à vos besoins de liquidités (projets, impôts …) et en tout état de cause, n'investissez pas en Bourse une partie trop importante de votre patrimoine.

La composition de votre portefeuille
Etudiez la composition de votre portefeuille : diversifiez vos placements afin de réduire au maximum le risque inhérent à un support ou à un secteur en particulier et n'investissez pas dans les produits optionnels (warrants, certificats), fortement risqués, si votre portefeuille n'est pas suffisamment important.

Connaître la vie des Sociétés
Renseignez-vous sur la société au sein de laquelle vous envisagez d'investir (actualités, santé financière, opérations à venir, …).

Agir en connaissance de cause
Soyez conscient des risques auxquels vous êtes exposés : de fait, si certains produits (actions volatiles, warrants, certificats, future…) ou certains modes d'investissement (Service de Règlement Différé) augmentent les espérances de gain, ils accroissent aussi fortement le risque de perte (totale). Ainsi, une connaissance technique préalable approfondie est requise, c'est pourquoi nous conseillons aux néophytes de s'écarter de ce type de produits.

Des risques différents selon les marchés
Prenez connaissance des caractéristiques des marchés sur lesquels vous allez investir : vous êtes confrontés à un risque variable (liquidité, volatilité, niveau d'information, change…) selon les marchés sur lesquels vous décidez d'intervenir (Premier Marché, Second Marché, Nouveau marché, Marché Libre, Marché étranger…).

Figez vos pertes
Enfin, la règle d'or à retenir est de savoir figer ses pertes : à vous de définir le montant de perte acceptable dès le début et une fois ce niveau atteint agissez en conséquence.

En appliquant ces quelques règles de bonnes conduite vous serez à même de mieux appréhender votre risque lorsque vous allez investir sur les Marchés

Un ensemble de cours complets sur la Bourse est également mis à votre disposition gratuitement et que vous pouvez retrouver sur votre site Boursorama Banque dans la rubrique «Aide/Formation». Si des questions resteraient en suspend, n'hésitez pas à contacter votre agence qui est à votre disposition.

Cordialement,
L'équipe de Boursorama Banque.