Bienvenue sur le nouveau Boursorama. Découvrez tout ce qui a changé
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Un des ex-otages français victime de Nemmouche en Syrie

Reuters06/09/2014 à 22:26

* Nicolas Hénin raconte avoir été maltraité par Nemmouche * Pas de confirmation des autres otages * Nemmouche pas geôlier, combattant de l'Etat islamique-Hénin (Actualisé avec conférence de presse, avocat Nemmouche) PARIS, 6 septembre (Reuters) - Nicolas Hénin, ex-otage en Syrie et journaliste au Point, a été la victime de Mehdi Nemmouche au cours de sa captivité, a-t-il affirmé samedi lors d'une conférence de presse, après des révélations du journal Le Monde. Le quotidien rapportait samedi matin que Mehdi Nemmouche, accusé d'avoir tué en mai quatre personnes au musée juif de Bruxelles, aurait été l'un des geôliers des journalistes français retenus en Syrie début 2014. "Après l'arrestation de Mehdi Nemmouche (...) J'ai été confronté à un certain nombre de documents audiovisuels qui m'ont permis de le reconnaître formellement", a déclaré Nicolas Hénin lors d'une conférence de presse dans les locaux du Point. Ces documents lui ont été montrés dans le cadre de l'enquête, a-t-il dit, précisant avoir été "en contact" avec cet homme, qu'il connaissait sous le nom d'Abou Omar, entre juillet et décembre 2013. "Mehdi Nemmouche m'a maltraité moi-même. Je n'ai pas connaissance d'autres otages occidentaux qu'il aurait maltraités. En revanche, j'ai pu l'entendre torturer des prisonniers syriens", a également déclaré le journaliste, précisant qu'ils étaient détenus dans le sous-sol d'un ancien hôpital. Selon lui, entre "50 et 80 prisonniers de droit commun de cet Etat islamique" se trouvaient dans cet endroit. Nicolas Hénin a précisé que Mehdi Nemmouche, qui lui a "cassé la figure", n'avait pas selon lui pour mission d'être gardien d'otages mais qu'il s'agissait d'un combattant "plutôt d'ordre secondaire". "Il a pu nous apparaître qu'il n'était probablement pas parti en Syrie pour se battre pour un quelconque idéal mais avant tout sans doute par manque de reconnaissance, pour se réaliser d'une certaine façon, réaliser une sorte de cavalcade meurtrière dont il avait fomenté le dessin", a-t-il dit. SILENCE COLLECTIF L'auteur présumé de la tuerie de Bruxelles, souvent masqué, s'est plusieurs fois présenté à eux à visage découvert, selon lui. "Je pense qu'il a fait le choix de se présenter à nous le visage découvert afin d'être sûr qu'il serait un jour confronté à nous dans un processus juridique qu'il attend avec délice", a dit Nicolas Hénin, précisant qu'une procédure judiciaire lancée pendant leur captivité était en cours. Les journalistes Didier François, Edouard Elias, Nicolas Hénin et Pierre Torres ont été libérés en avril dernier. Interrogé sur le fait de savoir si ces derniers, qui n'étaient pas présents, avaient également reconnu Mehdi Nemmouche, il a dit :"Ce n'est pas à moi de parler en leur nom". Mais Nicolas Hénin a affirmé que lui et les autres anciens otages avaient collectivement pris la décision de taire cette information. "Nous avons pris la décision, les anciens otages, les autorités de police et de justice, de garder cet élément secret, à la fois pour protéger les otages que nous laissons derrière nous (... ) et aussi pour faciliter le bon déroulement de l'enquête", a-t-il dit. Nicolas Hénin a déclaré avoir été poussé à parler par la publication du Monde, se disant "victime mais journaliste" et plus inquiet que jamais sur le sort des autres détenus. NEMMOUCHE JAMAIS INTERROGE SUR LA SYRIE Selon Le Monde, qui a révélé cette information, les souvenirs des personnes interrogées ne sont pas identiques à propos de Mehdi Nemmouche. "Si certains évoquent 'une possibilité', d'autres affichent une plus grande certitude", souligne le quotidien. Mehdi Nemmouche a quitté la Syrie en février, écrit Le Monde. Ce Franco-Algérien de 29 ans, arrêté le 30 mai à Marseille à sa descente d'un car en provenance de Belgique, a été remis fin juillet aux autorités belges. Son avocat Apolin Pepiezep a déclaré à Reuters que son client n'avait jamais été interrogé par les enquêteurs sur son séjour en Syrie au cours de ses cinq jours de garde-à-vue. "Il n'a jamais été questionné sur son séjour en Syrie, ni sur son rôle de geôlier. Si cette information est avérée, pourquoi on ne lui a pas posé la question ?", a-t-il dit. Interrogé par BFM TV en marge d'un déplacement, le ministre de l'Intérieur Bernard Cazeneuve a confirmé que, lors de leur découverte, ces éléments avaient immédiatement été transmis à la justice par la Direction générale de la sécurité intérieure (DGSI). Contacté par Reuters, le parquet de Paris a indiqué qu'il ne ferait aucun commentaire. (Marion Douet, avec Chine Labbé, Dominique Vidalon, Pauline Mével et Thierry Chiarello, édité par Jean-Philippe Lefief et Bertrand Boucey)

Les Risques en Bourse

Fermer

Note d'information importante

Chère Cliente, Cher Client,

Nous souhaitons vous donner quelques règles à suivre pour investir dans les meilleures conditions et vous présenter les risques potentiels auxquels vous êtes susceptibles d'être exposés.

Vos connaissances, Votre profil d'investisseur
Tout d'abord évaluez vos connaissances boursières et financières et formez-vous en consultant le Guide de l'Investisseur, véritable introduction à la bourse et à l'épargne qui est disponible sur votre site Boursorama Banque sous la rubrique «Aide/Formation».
Définissez ensuite votre profil d'investisseur (prudent, équilibré, dynamique) et vos objectifs (durée de placement, rentabilité …). Ce constat vous permettra de vous orienter vers les produits et les marchés qui vous sont le mieux adaptés.

Pensez à vos besoins de liquidité
Adaptez votre durée de placement (1 mois, 1 an, 5 ans, …) à vos besoins de liquidités (projets, impôts …) et en tout état de cause, n'investissez pas en Bourse une partie trop importante de votre patrimoine.

La composition de votre portefeuille
Etudiez la composition de votre portefeuille : diversifiez vos placements afin de réduire au maximum le risque inhérent à un support ou à un secteur en particulier et n'investissez pas dans les produits optionnels (warrants, certificats), fortement risqués, si votre portefeuille n'est pas suffisamment important.

Connaître la vie des Sociétés
Renseignez-vous sur la société au sein de laquelle vous envisagez d'investir (actualités, santé financière, opérations à venir, …).

Agir en connaissance de cause
Soyez conscient des risques auxquels vous êtes exposés : de fait, si certains produits (actions volatiles, warrants, certificats, future…) ou certains modes d'investissement (Service de Règlement Différé) augmentent les espérances de gain, ils accroissent aussi fortement le risque de perte (totale). Ainsi, une connaissance technique préalable approfondie est requise, c'est pourquoi nous conseillons aux néophytes de s'écarter de ce type de produits.

Des risques différents selon les marchés
Prenez connaissance des caractéristiques des marchés sur lesquels vous allez investir : vous êtes confrontés à un risque variable (liquidité, volatilité, niveau d'information, change…) selon les marchés sur lesquels vous décidez d'intervenir (Premier Marché, Second Marché, Nouveau marché, Marché Libre, Marché étranger…).

Figez vos pertes
Enfin, la règle d'or à retenir est de savoir figer ses pertes : à vous de définir le montant de perte acceptable dès le début et une fois ce niveau atteint agissez en conséquence.

En appliquant ces quelques règles de bonnes conduite vous serez à même de mieux appréhender votre risque lorsque vous allez investir sur les Marchés

Un ensemble de cours complets sur la Bourse est également mis à votre disposition gratuitement et que vous pouvez retrouver sur votre site Boursorama Banque dans la rubrique «Aide/Formation». Si des questions resteraient en suspend, n'hésitez pas à contacter votre agence qui est à votre disposition.

Cordialement,
L'équipe de Boursorama Banque.