Bienvenue sur le nouveau Boursorama. Découvrez tout ce qui a changé
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Conserver cet article pour le lire plus tard

Fermer

Ce service est réservé aux clients et membres de Boursorama.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

Un député UMP propose aux enfants de couples gays de révoquer leur filiation

Le Parisien24/11/2014 à 10:44

Un député UMP propose aux enfants de couples gays de révoquer leur filiation

Il reconnaît un «mot maladroit» mais maintient son idée. Le député UMP du Pas-de-Calais Daniel Fasquelle a déposé vendredi dernier une proposition de loi à l'Assemblée nationale, inspirée des propos de Nicolas Sarkozy devant les membres de Sens commun, lorsque l'ancien chef de l'Etat a concédé à ces tenants de la Manif pour tous la possibilité d'abroger la loi Taubira sur le mariage des couples homosexuels.

Fasquelle propose qu'«à 18 ans, les enfants prisonniers d'une filiation avec des couples homosexuels devraient pouvoir confirmer l'adoption ou la remettre en cause afin de rétablir une filiation avec leur(s) parent(s) biologique(s)», a-t-il expliqué au quotidien gratuit Métronews. Le mot comme l'idée de «prisonnier» ont fait bondir. L'Association des familles homoparentales (ADFH) dénonce «une posture insultante et extrêmement grave». «Ce vocabulaire guerrier puisé dans l'univers du banditisme est une surenchère homophobe inacceptable», poursuit l'ADFH.

«Je voulais dire que l'adoption plénière en général rend prisonnier d'une filiation, mais je comprends que le mot fasse réagir. Je le retire», soutient le maire du Touquet au Lab d'Europe 1, sans modifier la substance de son texte : qu'un enfant qui connaît l'identité de ses parents biologiques -comprendre la femme qui l'a portée pour un couple de messieurs ou le donneur de sperme pour un couple de femmes - puisse rétablir ce lien en dépit d'une adoption plénière par ses parents homosexuels.

Ce droit de révocation existe aujourd'hui dans les cas d'adoption simple pour des «motifs graves», précise la loi, et sur décision de justice. 

La proposition du député, professeur de droit au centre universitaire de Boulogne-sur-Mer et rédacteur pour des revues juridiques, selon sa déclaration à la Haute autorité pour la transparence de la vie publique, abandonne cette condition de gravité au profit d'un simple choix. Daniel Fasquelle, en outre, ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr

6 commentaires

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

  • dotcom1
    11 décembre10:43

    Sachant qu'il y a 7000 mariages homo et que le taux de divorce est de 50%, en cas d'abrogation il y aura moins de 80 couples mariés homo dans 8 ans et plus aucun d'ici 15 ans.

    Signaler un abus

  • M2941863
    24 novembre11:58

    Et la mobilisation, pour que cesse l'envolée des impots, c'est pour quand ...!?

    Signaler un abus

  • LeRaleur
    24 novembre11:03

    Le retour sur ses racines est dans les gènes de tout un chacun, un jour ou l'autre. En tout cas pour connaître l'histoire de leur vie.

    Signaler un abus

  • pichou59
    24 novembre10:58

    le droit des enfants est souvent oublié ; sage proposition.

    Signaler un abus

  • m.bouil4
    24 novembre10:32

    Il y aura forcément des demandes de ce type. Autant que ces cas soient prévus par la loi.

    Signaler un abus

Voir plus de commentaires

Signaler le commentaire

Fermer

Les Risques en Bourse

Fermer

Note d'information importante

Chère Cliente, Cher Client,

Nous souhaitons vous donner quelques règles à suivre pour investir dans les meilleures conditions et vous présenter les risques potentiels auxquels vous êtes susceptibles d'être exposés.

Vos connaissances, Votre profil d'investisseur
Tout d'abord évaluez vos connaissances boursières et financières et formez-vous en consultant le Guide de l'Investisseur, véritable introduction à la bourse et à l'épargne qui est disponible sur votre site Boursorama Banque sous la rubrique «Aide/Formation».
Définissez ensuite votre profil d'investisseur (prudent, équilibré, dynamique) et vos objectifs (durée de placement, rentabilité …). Ce constat vous permettra de vous orienter vers les produits et les marchés qui vous sont le mieux adaptés.

Pensez à vos besoins de liquidité
Adaptez votre durée de placement (1 mois, 1 an, 5 ans, …) à vos besoins de liquidités (projets, impôts …) et en tout état de cause, n'investissez pas en Bourse une partie trop importante de votre patrimoine.

La composition de votre portefeuille
Etudiez la composition de votre portefeuille : diversifiez vos placements afin de réduire au maximum le risque inhérent à un support ou à un secteur en particulier et n'investissez pas dans les produits optionnels (warrants, certificats), fortement risqués, si votre portefeuille n'est pas suffisamment important.

Connaître la vie des Sociétés
Renseignez-vous sur la société au sein de laquelle vous envisagez d'investir (actualités, santé financière, opérations à venir, …).

Agir en connaissance de cause
Soyez conscient des risques auxquels vous êtes exposés : de fait, si certains produits (actions volatiles, warrants, certificats, future…) ou certains modes d'investissement (Service de Règlement Différé) augmentent les espérances de gain, ils accroissent aussi fortement le risque de perte (totale). Ainsi, une connaissance technique préalable approfondie est requise, c'est pourquoi nous conseillons aux néophytes de s'écarter de ce type de produits.

Des risques différents selon les marchés
Prenez connaissance des caractéristiques des marchés sur lesquels vous allez investir : vous êtes confrontés à un risque variable (liquidité, volatilité, niveau d'information, change…) selon les marchés sur lesquels vous décidez d'intervenir (Premier Marché, Second Marché, Nouveau marché, Marché Libre, Marché étranger…).

Figez vos pertes
Enfin, la règle d'or à retenir est de savoir figer ses pertes : à vous de définir le montant de perte acceptable dès le début et une fois ce niveau atteint agissez en conséquence.

En appliquant ces quelques règles de bonnes conduite vous serez à même de mieux appréhender votre risque lorsque vous allez investir sur les Marchés

Un ensemble de cours complets sur la Bourse est également mis à votre disposition gratuitement et que vous pouvez retrouver sur votre site Boursorama Banque dans la rubrique «Aide/Formation». Si des questions resteraient en suspend, n'hésitez pas à contacter votre agence qui est à votre disposition.

Cordialement,
L'équipe de Boursorama Banque.