1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Un demi-milliard d'euros : la facture salée des radars vandalisés
Le Parisien22/01/2019 à 20:47

Un demi-milliard d'euros : la facture salée des radars vandalisés

Repeints à la bombe, enturbannés de sacs-poubelles ou carrément incendiés... Les radars prennent cher. Et entre le manque à gagner et les réparations, l'addition va être faramineuse. Bien sûr, tous ces soldats de la sécurité routière n'ont pas subi les mêmes outrages, il faut encore établir un état des lieux précis des dégradations mais « on peut tabler sur 500 millions d'euros de manque à gagner pour l'Etat et 50 millions de réparations », estime Valérie Rabault (PS), ex-rapporteur général du Budget à l'Assemblée nationale.Selon nos calculs, sur un an, il manquera au moins 512,8 millions d'euros dans les caisses de l'Etat. Soit 430,5 millions d'euros de manque à gagner et 82,3 millions d'euros de réparations.En effet, alors que la Sécurité routière se refusait à donner le nombre des flasheurs hors service pour ne pas créer « une course à l'échalote » selon les mots du délégué interministériel, le ministre de l'Intérieur a annoncé la semaine dernière que 60 % des 3 275 radars étaient dégradés en France « depuis la crise des Gilets jaunes ».Or, moins de radars en état de fonctionnement, c'est par ricochet moins d'argent dans les caisses... Pour l'année 2018, on s'attendait pourtant à une recette record, en anticipant une hausse des excès de vitesse de 12 % due au passage aux 80 km/h. Les cabines grises devaient alors rapporter 1,23 milliard d'euros à l'Etat. Le bilan n'est pas encore disponible mais une chose est sûre : le compte sera très loin du milliard. Des exutoires depuis le passage aux 80 km/hLes flasheurs sont bien devenus des exutoires de la colère de certains conducteurs. Mais pas uniquement depuis la crise des Gilets jaunes. La casse généralisée remonte en fait à l'été. « Les radars ne se relèvent pas du passage aux 80 km/h sur les routes secondaires françaises, analyse Pierre Chasseray de l'association 40 millions d'automobilistes. La crise des ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr

5 commentaires

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

  • bigfake
    23 janvier16:20

    c'est une catastrophe nationale qui restera dans les heures les plus sombres de notre histoire.

    Signaler un abus

Voir plus de commentaires

Signaler le commentaire

Fermer

Les Risques en Bourse

Fermer