Bienvenue sur le nouveau Boursorama. Découvrez tout ce qui a changé
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Conserver cet article pour le lire plus tard

Fermer

Ce service est réservé aux clients et membres de Boursorama.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

Un "continent" de plastique exploré dans l'Atlantique Nord

Reuters28/05/2014 à 14:45

UN "CONTINENT" DE PLASTIQUE EXPLORÉ DANS L'ATLANTIQUE NORD

par Cécile Everard

FORT-DE-FRANCE Martinique (Reuters) - L'expédition "Septième continent", qui vient de rentrer en Martinique d'un périple d'un mois à la recherche d'un énorme amas de plastique dans l'Atlantique Nord, est revenue attérrée de son voyage après avoir validé ses hypothèses. En pire.

"Ce ne sont pas les macrodéchets les plus impressionnants", raconte Patrick Deixonne, membre de la société des Explorateurs français et chef de cette mission qui a emmené ses sept membres jusqu'à 1.000 kilomètres des côtes martiniquaises, jusqu'à la mer des Sargasses, du 5 au 26 mai.

"Ce sont les grandes soupes de déchets, formées de petites particules de plastique. Un des moments les plus marquants est lorsque nous avons été plusieurs à y plonger le bras : il a fallu ensuite utiliser des pinces à épiler pour retirer les petits morceaux de plastique de notre peau. Imaginons la baleine bleue qui ouvre grand sa gueule pour avaler tout ça!"

Laurent Morisson, un des membres de l'équipage, ajoute : "Au début de l'expédition, nous observions des baleines, des dauphins, des oiseaux. Puis ils ont disparu et nous avons commencé à voir du plastique partout."

La zone explorée n'a pas été sélectionnée au hasard : des courants océaniques tourbillonnants, les gyres, sont à l'origine de cette concentration de détritus en plusieurs endroits du globe, dont cinq sites principaux : océan Pacifique Nord et Sud, océan Atlantique Nord et Sud et océan Indien.

Ce phénomène de concentration des déchets a été mis pour la première fois en évidence par l'Américain Charles Moore, de l'Algalita marine research Foundation, dans le Pacifique Nord.

Cette fondation a ainsi découvert un "continent de plastique" - une image forte choisie à dessein, même s'il est impossible d'y planter un drapeau - d'une superficie égale à environ six fois celle de la France, soit 3,5 millions de kilomètres carrés.

DONNÉES À EXPLOITER

C'est pour "faire connaître ce phénomène aux Européens", que Patrick Deixonne a décidé de suivre les traces de Charles Moore en montant lui-même des expéditions, la dernière en date étant la réplique de celle qu'il avait conduite en mai 2013 dans le Pacifique Nord.

"Ce projet est né quand j'ai traversé l'Atlantique à la rame en 2009, du Sénégal à Cayenne, en Guyane. Quand on rame, c'est comme lorsque l'on marche à travers le désert, on a le temps de contempler le paysage. J'ai vu beaucoup de morceaux de plastique. En rentrant, cela a tourné dans ma tête et je me suis demandé où ils pouvaient bien aller."

Financée en grande partie par l'Agence de l'eau Seine Normandie et portée par l'association guyanaise Ocean scientific logistic (OSL), l'expédition a été montée en partenariat avec des organismes scientifiques comme Mercator océan, le Centre national d'études spatiales, l'Agence spatiale européenne et le Centre national de la recherche scientifique.

L'un des objectifs de l'expédition était de cartographier le "continent", en liaison avec les organismes scientifiques.

"Régulièrement, des photos optiques et radar de la zone où nous nous situions étaient prises par satellite", témoigne Romain Toutlemonde, chargé de l'intendance. "Nous devions alors décrire ce que nous voyions à droite, à gauche et à l'avant du bateau, notamment en matière de macrodéchets, et aussi relever les paramètres donnés par des bouées gyroplastic (température, salinité, présence de phytoplancton et de plastique).

Les données vont mettre des mois, voire des années à être exploitées par les scientifiques.

UN BIOFILM DE PLASTIQUE À LA SURFACE

"Nous souhaitons estimer la quantité de plastique présente par unité de surface, et aller plus loin", précise Alexandra Ter Hall, chercheuse au CNRS, à l'Université Paul Sabatier de Toulouse. "Nous allons évaluer la concentration en polluants organiques persistants (POP) et en métaux lourds contenus dans ces plastiques. Nous allons aussi analyser le biofilm qui se forme à la surface des plastiques : il semblerait que des bactéries étrangères au milieu océanique s'y installent. Nous ne connaissons pas leur impact sur les écosystèmes."

Selon la littérature scientifique américaine, la continent de plastique pourrait concerner dans l'Atlantique Nord une superficie de 1.000 km sur 2.000 km environ.

"Il a été démontré que les tortues et 90% des oiseaux marins ingèrent du plastique, mais aussi les organismes plus petits, du poisson au phytoplancton", explique Alexandra Ter Hall.

"Nous ne sommes pas contre le plastique. Seulement, nous en consommons à outrance, sans nous soucier de son recyclage", dit Patrick Deixonne, qui souhaite repartir l'année prochaine sur un autre gyre, dans l'océan Atlantique Sud ou dans l'océan Indien.

(Edité par Yves Clarisse)

Les Risques en Bourse

Fermer

Note d'information importante

Chère Cliente, Cher Client,

Nous souhaitons vous donner quelques règles à suivre pour investir dans les meilleures conditions et vous présenter les risques potentiels auxquels vous êtes susceptibles d'être exposés.

Vos connaissances, Votre profil d'investisseur
Tout d'abord évaluez vos connaissances boursières et financières et formez-vous en consultant le Guide de l'Investisseur, véritable introduction à la bourse et à l'épargne qui est disponible sur votre site Boursorama Banque sous la rubrique «Aide/Formation».
Définissez ensuite votre profil d'investisseur (prudent, équilibré, dynamique) et vos objectifs (durée de placement, rentabilité …). Ce constat vous permettra de vous orienter vers les produits et les marchés qui vous sont le mieux adaptés.

Pensez à vos besoins de liquidité
Adaptez votre durée de placement (1 mois, 1 an, 5 ans, …) à vos besoins de liquidités (projets, impôts …) et en tout état de cause, n'investissez pas en Bourse une partie trop importante de votre patrimoine.

La composition de votre portefeuille
Etudiez la composition de votre portefeuille : diversifiez vos placements afin de réduire au maximum le risque inhérent à un support ou à un secteur en particulier et n'investissez pas dans les produits optionnels (warrants, certificats), fortement risqués, si votre portefeuille n'est pas suffisamment important.

Connaître la vie des Sociétés
Renseignez-vous sur la société au sein de laquelle vous envisagez d'investir (actualités, santé financière, opérations à venir, …).

Agir en connaissance de cause
Soyez conscient des risques auxquels vous êtes exposés : de fait, si certains produits (actions volatiles, warrants, certificats, future…) ou certains modes d'investissement (Service de Règlement Différé) augmentent les espérances de gain, ils accroissent aussi fortement le risque de perte (totale). Ainsi, une connaissance technique préalable approfondie est requise, c'est pourquoi nous conseillons aux néophytes de s'écarter de ce type de produits.

Des risques différents selon les marchés
Prenez connaissance des caractéristiques des marchés sur lesquels vous allez investir : vous êtes confrontés à un risque variable (liquidité, volatilité, niveau d'information, change…) selon les marchés sur lesquels vous décidez d'intervenir (Premier Marché, Second Marché, Nouveau marché, Marché Libre, Marché étranger…).

Figez vos pertes
Enfin, la règle d'or à retenir est de savoir figer ses pertes : à vous de définir le montant de perte acceptable dès le début et une fois ce niveau atteint agissez en conséquence.

En appliquant ces quelques règles de bonnes conduite vous serez à même de mieux appréhender votre risque lorsque vous allez investir sur les Marchés

Un ensemble de cours complets sur la Bourse est également mis à votre disposition gratuitement et que vous pouvez retrouver sur votre site Boursorama Banque dans la rubrique «Aide/Formation». Si des questions resteraient en suspend, n'hésitez pas à contacter votre agence qui est à votre disposition.

Cordialement,
L'équipe de Boursorama Banque.