Bienvenue sur le nouveau Boursorama. Découvrez tout ce qui a changé
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Un ancien milicien rwandais témoigne contre Pascal Simbikangwa

Reuters24/02/2014 à 16:26

TÉMOIGNAGE DIRECT CONTRE PASCAL SIMBIKANGWA À SON PROCÈS

par Chine Labbé

PARIS (Reuters) - Un ancien milicien rwandais condamné pour sa participation au génocide de 1994 a déclaré lundi avoir vu Pascal Simbikangwa, un ex-militaire jugé à Paris depuis trois semaines, entraîner des tueurs et participer à une réunion préparant les massacres.

La Cour d'assises de Paris a entamé avec ce témoignage sa plongée au coeur des faits qui sont reprochés à Pascal Simbikangwa, après s'être consacrée jusqu'à présent à son parcours et au contexte politique ayant mené au génocide.

Il est accusé d'avoir fourni des armes et donné des instructions à des civils et des miliciens à Kigali et dans la préfecture de Gisenyi (ouest du pays) sur des barrières dressées pour filtrer et tuer les "ennemis", principalement des Tutsi.

D'avril à juillet 1994, ce génocide a fait quelque 800.000 morts. La mort du président Juvénal Habyarimana dans un attentat, le 6 avril, a donné le signal de départ des tueries.

"Le 7 (avril 1994) dans l'après-midi, (Pascal Simbikangwa) est venu dans une réunion qui préparait les massacres", dans la préfecture de Gisenyi, a dit lundi Théoneste Habarugira, alors agriculteur et membre des milices Hutu Interahamwe.

"Il a pris la parole, il a dit qu'il fallait tuer les Tutsi", a-t-il ajouté dans sa langue natale, le kinyarwanda.

"Entre avril et mai, il a entraîné des jeunes gens", a poursuivi ce témoin qui a passé près de sept ans en prison au Rwanda après sa condamnation par un tribunal populaire. "Il était dans une voiture, il donnait des ordres aux militaires."

"ON SE BAT CONTRE L'INNOCENCE"

Après une brillante carrière militaire gâchée par un accident de la route l'ayant rendu paraplégique, Pascal Simbikangwa rejoint en 1988 les services de renseignement intérieurs, où il acquiert la réputation de "tortionnaire", selon l'accusation.

Mais le "capitaine à roulettes", qui minimise depuis le début du procès son importance dans l'administration rwandaise, nie les faits qui lui sont reprochés et se dit victime de "rumeurs" colportées par la rébellion Tutsi du Front patriotique rwandais, désormais au pouvoir.

"Au Rwanda, on se bat contre l'innocence", a-t-il dit lors d'une précédente audience.

"Personne, même si je perdais (ce procès), ne me convaincrait d'avoir demandé aux milices (la vie de) la famille de ma mère pour épargner celle de mon père", a ajouté celui dont la mère était Tutsi et le père Hutu.

Du petit fonctionnaire au dignitaire travaillant pour les réseaux occultes de la présidence, des portraits contradictoires de lui ont été brossés devant la Cour.

La défense, qui a relevé de nombreuses incohérences dans les déclarations de plusieurs témoins à charge, dénonce le manque de crédibilité de l'accusation, qui ne repose sur aucune victime directe.

Les trois magistrats et les six jurés de la Cour d'assises devront rendre leur verdict le 14 mars prochain.

Pascal Simbikangwa, premier Rwandais jugé en France pour les événements de 1994, encourt la prison à perpétuité pour complicité de génocide et de crimes contre l'humanité.

Edité par Yves Clarisse

Les Risques en Bourse

Fermer

Note d'information importante

Chère Cliente, Cher Client,

Nous souhaitons vous donner quelques règles à suivre pour investir dans les meilleures conditions et vous présenter les risques potentiels auxquels vous êtes susceptibles d'être exposés.

Vos connaissances, Votre profil d'investisseur
Tout d'abord évaluez vos connaissances boursières et financières et formez-vous en consultant le Guide de l'Investisseur, véritable introduction à la bourse et à l'épargne qui est disponible sur votre site Boursorama Banque sous la rubrique «Aide/Formation».
Définissez ensuite votre profil d'investisseur (prudent, équilibré, dynamique) et vos objectifs (durée de placement, rentabilité …). Ce constat vous permettra de vous orienter vers les produits et les marchés qui vous sont le mieux adaptés.

Pensez à vos besoins de liquidité
Adaptez votre durée de placement (1 mois, 1 an, 5 ans, …) à vos besoins de liquidités (projets, impôts …) et en tout état de cause, n'investissez pas en Bourse une partie trop importante de votre patrimoine.

La composition de votre portefeuille
Etudiez la composition de votre portefeuille : diversifiez vos placements afin de réduire au maximum le risque inhérent à un support ou à un secteur en particulier et n'investissez pas dans les produits optionnels (warrants, certificats), fortement risqués, si votre portefeuille n'est pas suffisamment important.

Connaître la vie des Sociétés
Renseignez-vous sur la société au sein de laquelle vous envisagez d'investir (actualités, santé financière, opérations à venir, …).

Agir en connaissance de cause
Soyez conscient des risques auxquels vous êtes exposés : de fait, si certains produits (actions volatiles, warrants, certificats, future…) ou certains modes d'investissement (Service de Règlement Différé) augmentent les espérances de gain, ils accroissent aussi fortement le risque de perte (totale). Ainsi, une connaissance technique préalable approfondie est requise, c'est pourquoi nous conseillons aux néophytes de s'écarter de ce type de produits.

Des risques différents selon les marchés
Prenez connaissance des caractéristiques des marchés sur lesquels vous allez investir : vous êtes confrontés à un risque variable (liquidité, volatilité, niveau d'information, change…) selon les marchés sur lesquels vous décidez d'intervenir (Premier Marché, Second Marché, Nouveau marché, Marché Libre, Marché étranger…).

Figez vos pertes
Enfin, la règle d'or à retenir est de savoir figer ses pertes : à vous de définir le montant de perte acceptable dès le début et une fois ce niveau atteint agissez en conséquence.

En appliquant ces quelques règles de bonnes conduite vous serez à même de mieux appréhender votre risque lorsque vous allez investir sur les Marchés

Un ensemble de cours complets sur la Bourse est également mis à votre disposition gratuitement et que vous pouvez retrouver sur votre site Boursorama Banque dans la rubrique «Aide/Formation». Si des questions resteraient en suspend, n'hésitez pas à contacter votre agence qui est à votre disposition.

Cordialement,
L'équipe de Boursorama Banque.